Archive for the oeuvres (notre contribution) Category

Ecclésiastique 14,1-27

Posted in béatitude (bonheur), calomnie, médisance (langue), chemin (voie du Seigneur), connaissance (intelligence de la foi), conscience (examen), fécondité (prospérité, postérité), futilité de notre vie (fragilité), jalousie, kénose (abaissement, cœur brisé), mal (méchanceté), oeuvres (notre contribution), plan de Dieu (secret, intention), sagesse, shéol (hades, séjour des morts), vices (passions) with tags on 30 janvier 2014 by JL

Heureux l’homme qui n’a pas péché en paroles et qui n’est pas tourmenté par le regret de ses fautes.2 Heureux l’homme qui ne se fait pas à lui-même de reproches et qui ne sombre pas dans le désespoir.3 A l’homme mesquin ne sied pas la richesse, et pour l’homme cupide à quoi bon de grands biens ?4 Qui amasse en se privant amasse pour autrui, de ses biens d’autres se repaîtront.5 Celui qui est dur pour soi-même, pour qui serait-il bon ? Il ne jouit même pas de ses propres biens.6 Il n’y a pas homme plus cruel que celui qui se torture soi-même, c’est là le salaire de sa méchanceté.7 S’il fait du bien, c’est par mégarde, finalement il laisse voir sa méchanceté.8 C’est un méchant, l’homme aux regards cupides, qui détourne les yeux et méprise la vie d’autrui.9 L’homme jaloux n’est pas content de ce qu’il a, la cupidité dessèche l’âme.10 L’avare est chiche de pain et la disette est sur sa table.11 Mon fils, si tu as de quoi, traite-toi bien, et présente au Seigneur les offrandes qu’il demande.12 N’oublie pas que la mort ne tardera pas et que le pacte du shéol ne t’a pas été révélé.13 Avant de mourir fais du bien à tes amis et selon tes moyens sois libéral.14 Ne te refuse pas le bonheur présent, ne laisse rien échapper d’un légitime désir.15 Ne laisseras-tu pas à d’autres ta fortune ? Et tes biens ne seront-ils pas partagés par le sort ?16 Offre et reçois, trompe tes soucis, ce n’est pas au shéol qu’on peut chercher la joie.17 Toute chair s’use comme un vêtement, la loi éternelle c’est qu’il faut mourir.18 Comme le feuillage sur un arbre touffu tantôt tombe et tantôt repousse, ainsi les générations de chair et de sang : les uns meurent et les autres naissent.19 Toute oeuvre corruptible périt et son auteur s’en va avec elle.20 Heureux l’homme qui médite sur la sagesse et qui raisonne avec intelligence,21 qui réfléchit dans son coeur sur les voies de la sagesse et qui s’applique à ses secrets.22 Il la poursuit comme le chasseur, il est aux aguets sur sa piste ;23 il se penche à ses fenêtres et écoute à ses portes ;24 il se poste tout près de sa demeure et fixe un pieu dans ses murailles ;25 il dresse sa tente à proximité et s’établit dans une retraite de bonheur ;26 il place ses enfants sous sa protection et sous ses rameaux il trouve un abri ;27 sous son ombre il est protégé de la chaleur et il s’établit dans sa gloire.

Publicités

Sagesse 6,1-25

Posted in attributs et noms divins, chemin (voie du Seigneur), connaissance (intelligence de la foi), convoitise (envie), immortalité de l'âme (souffle de vie), lumière (lampe), oeuvres (notre contribution), parole de Dieu (vivante), plan de Dieu (secret, intention), puissance divine, royaume de Dieu, sagesse, sainteté (saint), vérité with tags on 28 janvier 2014 by JL

Ecoutez donc, rois, et comprenez ! Instruisez-vous, juges des confins de la terre !2 Prêtez l’oreille, vous qui dominez sur la multitude, qui vous enorgueillissez de foules de nations !3 Car c’est le Seigneur qui vous a donné la domination et le Très-Haut le pouvoir, c’est lui qui examinera vos oeuvres et scrutera vos desseins.4 Si donc, étant serviteurs de son royaume, vous n’avez pas jugé droitement, ni observé la loi, ni suivi la volonté de Dieu,5 il fondra sur vous d’une manière terrifiante et rapide. Un jugement inexorable s’exerce en effet sur les gens haut placés ;6 au petit, par pitié, on pardonne, mais les puissants seront examinés puissamment.7 Car le Maître de tous ne recule devant personne, la grandeur ne lui en impose pas ; petits et grands, c’est lui qui les a faits et de tous il prend un soin pareil,8 mais une enquête sévère attend les forts.9 C’est donc à vous, souverains, que s’adressent mes paroles, pour que vous appreniez la sagesse et évitiez les fautes ;10 car ceux qui observent saintement les choses saintes seront reconnus saints, et ceux qui s’en laissent instruire y trouveront leur défense.11 Désirez donc mes paroles, aspirez à elles et vous serez instruits.12 La Sagesse est brillante, elle ne se flétrit pas. Elle se laisse facilement contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent.13 Elle prévient ceux qui la désirent en se faisant connaître la première.14 Qui se lève tôt pour la chercher n’aura pas à peiner : il la trouvera assise à sa porte.15 Méditer sur elle est en effet la perfection de l’intelligence, et qui veille à cause d’elle sera vite exempt de soucis.16 Car ceux qui sont dignes d’elle, elle-même va partout les chercher et sur les sentiers elle leur apparaît avec bienveillance, à chaque pensée elle va au-devant d’eux.17 Car son commencement, c’est le désir très vrai de l’instruction, le souci de l’instruction, c’est l’amour,18 l’amour, c’est l’observation de ses lois, l’attention aux lois, c’est la garantie de l’incorruptibilité,19 et l’incorruptibilité fait qu’on est près de Dieu ;20 ainsi le désir de la Sagesse conduit à la royauté.21 Si donc trônes et sceptres vous plaisent, souverains des peuples, honorez la Sagesse, afin de régner à jamais.22 Ce qu’est la Sagesse et comment elle est née, je vais l’exposer ; je ne vous cacherai pas les mystères, mais je suivrai ses traces depuis le début de son origine, je mettrai sa connaissance en pleine lumière, sans m’écarter de la vérité.23 Oh ! je ne ferai pas route avec l’envie desséchante : elle n’a rien de commun avec la Sagesse.24 Une multitude de sages est le salut du monde, un roi sensé fait la stabilité du peuple.25 Laissez-vous donc instruire par mes paroles : vous y trouverez profit.

Sagesse 3,1-19

Posted in béatitude (bonheur), bonté divine (amour de Dieu), châtiment, confiance en Dieu, election divine, espérance, fécondité (prospérité, postérité), fidélité (infidélité), grâce (froment, vin nouveau, huile fraîche), immortalité de l'âme (souffle de vie), impiété, jour du Seigneur (déluge), jugement, justice (justification, juste), maison (demeures) du Seigneur, malédiction, mettre à l'épreuve (soumettre à la tentation), oeuvres (notre contribution), pardon (miséricorde, pitié), passage de la mort, porter du fruit, sacrifice d'holocauste et communion, sagesse, sainteté (saint), temple (sanctuaire), vérité with tags on 28 janvier 2014 by JL

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu. Et nul tourment ne les atteindra.2 Aux yeux des insensés ils ont paru mourir, leur départ a été tenu pour un malheur3 et leur voyage loin de nous pour un anéantissement, mais eux sont en paix.4 S’ils ont, aux yeux des hommes, subi des châtiments, leur espérance était pleine d’immortalité ;5 pour une légère correction ils recevront de grands bienfaits. Dieu en effet les a mis à l’épreuve et il les a trouvés dignes de lui ;6 comme l’or au creuset, il les a éprouvés, comme un parfait holocauste, il les a agréés.7 Au temps de leur visite, ils resplendiront, et comme des étincelles à travers le chaume ils courront.8 Ils jugeront les nations et domineront sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux à jamais.9 Ceux qui mettent en lui leur confiance comprendront la vérité et ceux qui sont fidèles demeureront auprès de lui dans l’amour, car la grâce et la miséricorde sont pour ses saints et sa visite est pour ses élus.10 Mais les impies auront un châtiment conforme à leurs pensées, eux qui ont négligé le juste et se sont écartés du Seigneur.11 Car malheur à qui méprise sagesse et discipline : vaine est leur espérance, sans utilité leurs fatigues, sans profit leurs oeuvres ;12 leurs femmes sont insensées, pervers leurs enfants, maudite leur postérité !13 Heureuse la femme stérile qui est sans tache, celle qui n’a pas connu d’union coupable ; car elle aura du fruit à la visite des âmes.14 Heureux encore l’eunuque dont la main ne commet pas de forfait et qui ne nourrit pas de pensées perverses contre le Seigneur : il lui sera donné pour sa fidélité une grâce de choix, un lot très délicieux dans le Temple du Seigneur.15 Car le fruit de labeurs honnêtes est plein de gloire, impérissable est la racine de l’intelligence.16 Mais les enfants d’adultères n’atteindront pas leur maturité, la postérité issue d’une union illégitime disparaîtra.17 Même si leur vie se prolonge, ils seront comptés pour rien et, à la fin, leur vieillesse sera sans honneur,18 s’ils meurent tôt, ils n’auront pas d’espérance ni de consolation au jour de la Décision,19 car la fin d’une race injuste est cruelle !

Sagesse 1,1-16

Posted in blasphème, calomnie, médisance (langue), châtiment, chercher Dieu, connaissance (intelligence de la foi), créateur (création), Dieu écoute, exauce, droiture, enfer (géhenne, vallée du Cédron), Esprit-Saint, foi (adhérance), impiété, justice (justification, juste), mal (méchanceté), mettre à l'épreuve (soumettre à la tentation), oeuvres (notre contribution), omniscience divine, passage de la mort, sagesse, shéol (hades, séjour des morts) with tags on 27 janvier 2014 by JL

Aimez la justice, vous qui jugez la terre, ayez sur le Seigneur de droites pensées et cherchez-le en simplicité de coeur,2 parce qu’il se laisse trouver par ceux qui ne le tentent pas, il se révèle à ceux qui ne lui refusent pas leur foi.3 Car les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et, mise à l’épreuve, la Puissance confond les insensés.4 Non, la Sagesse n’entre pas dans une âme malfaisante, elle n’habite pas dans un corps tributaire du péché.5 Car l’esprit saint, l’éducateur, fuit la fourberie, il se retire devant des pensées sans intelligence, il s’offusque quand survient l’injustice.6 La Sagesse est un esprit ami des hommes, mais elle ne laisse pas impuni le blasphémateur pour ses propos ; car Dieu est le témoin de ses reins, le surveillant véridique de son coeur, et ce que dit sa langue, il l’entend.7 L’esprit du Seigneur en effet remplit le monde, et lui, qui tient unies toutes choses, a connaissance de chaque mot.8 Nul ne saurait donc se dérober, qui profère des méchancetés, la Justice vengeresse ne le laissera pas échapper.9 Sur les desseins de l’impie il sera fait enquête, le bruit de ses paroles ira jusqu’au Seigneur, pour que soient châtiés ses forfaits.10 Une oreille jalouse écoute tout, la rumeur même des murmures ne lui échappe pas.11 Gardez-vous donc des vains murmures, épargnez à votre langue les mauvais propos ; car un mot furtif ne demeure pas sans effet, une bouche mensongère donne la mort à l’âme.12 Ne recherchez pas la mort par les égarements de votre vie et n’attirez pas sur vous la ruine par les oeuvres de vos mains.13 Car Dieu n’a pas fait la mort, il ne prend pas plaisir à la perte des vivants.14 Il a tout créé pour l’être ; les créatures du monde sont salutaires, en elles il n’est aucun poison de mort, et l’Hadès ne règne pas sur la terre ;15 car la justice est immortelle.16 Mais les impies appellent la mort du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument, avec elle ils font un pacte, dignes qu’ils sont de lui appartenir.

Ecclésiaste 9,1-18

Posted in allégorie (analogie), futilité de notre vie (fragilité), oeuvres (notre contribution), pauvre (faible), péché (faute), shéol (hades, séjour des morts) with tags on 25 janvier 2014 by JL

Oui ! A tout cela j’ai mis tout mon coeur et j’ai éprouvé tout cela : à savoir que les justes et les sages avec leurs oeuvres sont dans la main de Dieu. L’homme ne connaît ni l’amour ni la haine, tous deux sont devant lui2 vanité. Ainsi, tous ont un même sort, le juste et le méchant, Le bon et le mauvais, le pur et l’impur, celui qui sacrifie et celui qui ne sacrifie pas ; le bon est comme le pécheur, celui qui prête serment comme celui qui craint de prêter serment.3 C’est un mal, parmi tout ce qui se fait sous le soleil, qu’il y ait un même sort pour tous. Et le coeur des hommes est plein de méchanceté, la sottise est dans leur coeur durant leur vie et leur fin est chez les morts.4 Mais il y a de l’espoir pour celui qui est lié à tous les vivants, et un chien vivant vaut mieux qu’un lion mort.5 Les vivants savent au moins qu’ils mourront, mais les morts ne savent rien du tout. Il n’y a plus pour eux de salaire, puisque leur souvenir est oublié.6 Leur amour, leur haine, leur jalousie ont déjà péri, et ils n’auront plus jamais part à tout ce qui se fait sous le soleil.7 Va, mange avec joie ton pain et bois de bon coeur ton vin, car Dieu a déjà apprécié tes oeuvres.8 En tout temps porte des habits blancs et que le parfum ne manque pas sur ta tête.9 Prends la vie avec la femme que tu aimes, tous les jours de la vie de vanité que Dieu te donne sous le soleil, tous tes jours de vanité, car c’est ton lot dans la vie et dans la peine que tu prends sous le soleil.10 Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le tant que tu en as la force, car il n’y a ni oeuvre, ni réflexion, ni savoir, ni sagesse dans le Shéol où tu t’en vas.11 J’ai vu encore sous le soleil que la course ne revient pas aux plus rapides, ni le combat aux héros, qu’il n’y a pas de pain pour les sages, pas de richesse pour les intelligents, pas de faveur pour les savants : temps et contretemps leur arrivent à tous.12 Mais l’homme ne connaît pas son heure. Comme les poissons pris au filet perfide, comme les oiseaux pris au piège, ainsi sont surpris les enfants des hommes au temps du malheur, quand il fond sur eux à l’improviste.13 Voici encore quelle sorte de sagesse j’ai vue sous le soleil, et elle me paraît importante :14 Il y avait une ville, petite, avec peu d’habitants. Un grand roi vint contre elle ; il l’assiégea et bâtit contre elle de grands ouvrages.15 Mais il trouva devant lui un homme pauvre et sage qui sauva la ville par sa sagesse. Or personne n’a gardé le souvenir de cet homme pauvre.16 Alors je dis : La sagesse vaut mieux que la force, mais la sagesse du pauvre est méconnue et ses paroles, personne ne les écoute.17 On écoute les paroles calmes des sages plus que les cris de celui qui commande aux insensés.18 Mieux vaut la sagesse que les armes, mais un seul péché annule beaucoup de bien.

Ecclésiaste 5,1-19

Posted in abondance, calomnie, médisance (langue), ciel (cieux), oeuvres (notre contribution), serment (vœux) with tags on 24 janvier 2014 by JL

Ne hâte pas tes lèvres, que ton coeur ne se presse pas de proférer une parole devant Dieu, car Dieu est au ciel et toi sur la terre ; aussi, que tes paroles soient peu nombreuses.2 Car du nombre des tracas vient le songe, du nombre des paroles, le ton de l’insensé.3 Si tu fais un voeu à Dieu, ne tarde pas à l’accomplir, car Dieu n’aime pas les insensés. Ton voeu, accomplis-le.4 Et mieux vaut ne pas faire de voeu que d’en faire un sans l’accomplir.5 Ne laisse pas ta bouche faire de toi un pécheur. Et ne va pas dire au Messager que c’était par inadvertance : pourquoi donner à Dieu l’occasion de s’irriter contre toi et de ruiner l’oeuvre de tes mains ?6 Car du nombre des songes viennent les vanités et les paroles multipliées. Ainsi crains Dieu.7 Si tu vois dans une province le pauvre opprimé, la justice et le droit bafoués, n’en sois pas surpris ; car au-dessus d’une autorité veille une plus haute autorité, et de plus hautes au-dessus d’elles.8 Mais le profit qu’on tire d’une terre est à tous, un roi est servi par les champs.9 Qui aime l’argent ne se rassasie pas d’argent, qui aime l’abondance n’a pas de revenu, cela aussi est vanité.10 Où abonde le bien, abondent ceux qui le mangent, quel avantage pour le propriétaire, sinon un spectacle pour les yeux ?11 Le sommeil du travailleur est doux, qu’il ait mangé peu ou beaucoup ; mais la satiété du riche ne le laisse pas dormir.12 Il est un tort criant que je vois sous le soleil : la richesse gardée par son possesseur à son propre détriment.13 Il perd cette richesse dans une mauvaise affaire, il met au monde un fils, il n’a plus rien en main.14 Comme il était sorti du sein de sa mère, tout nu, il s’en retournera, comme il était venu. De son travail il n’a rien retiré qui lui reste en main.15 Cela aussi est un tort criant qu’il s’en aille comme il était venu : Quel profit retire-t-il d’avoir travaillé pour le vent ?16 Et puis tous ses jours se passent dans l’obscurité, le deuil, les chagrins nombreux, la maladie et l’irritation.17 Voici ce que j’ai vu : le bonheur qui convient à l’homme, c’est de manger et de boire, et de trouver le bonheur dans tout le travail qu’il accomplit sous le soleil, tout au long des jours de la vie que Dieu lui donne, car c’est là sa part.18 Et tout homme à qui Dieu donne richesses et ressources, qu’il laisse maître de s’en nourrir, d’en recevoir sa part et de jouir de son travail, cela est un don de Dieu.19 Car il ne se souvient guère des jours de sa vie tant que Dieu occupe son coeur à la joie.

Ecclésiaste 3,1-22

Posted in immortalité de l'âme (souffle de vie), jugement, oeuvres (notre contribution), pauvre (faible), poussière (cendre, glaise), transcendance de Dieu with tags on 24 janvier 2014 by JL

1 Il y a un moment pour tout et un temps pour toute chose sous le ciel.2 Un temps pour enfanter, et un temps pour mourir ; un temps pour planter, et un temps pour arracher le plant.3 Un temps pour tuer, et un temps pour guérir ; un temps pour détruire, et un temps pour bâtir.4 Un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour gémir, et un temps pour danser.5 Un temps pour lancer des pierres, et un temps pour en ramasser ; un temps pour embrasser, et un temps pour s’abstenir d’embrassements.6 Un temps pour chercher, et un temps pour perdre ; un temps pour garder, et un temps pour jeter.7 Un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler.8 Un temps pour aimer, et un temps pour haïr ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.9 Quel profit celui qui travaille trouve-t-il à la peine qu’il prend ?10 Je regarde la tâche que Dieu donne aux enfants des hommes :11 tout ce qu’il fait convient en son temps. Il a mis dans leur coeur l’ensemble du temps, mais sans que l’homme puisse saisir ce que Dieu fait, du commencement à la fin.12 Et je sais qu’il n’y a pas de bonheur pour l’homme, sinon dans le plaisir et le bien-être durant sa vie.13 Et si un homme mange, boit et trouve le bonheur dans son travail, cela est un don de Dieu.14 Je sais que tout ce que Dieu fait sera pour toujours. A cela il n’y a rien à ajouter, de cela il n’y a rien à retrancher, et Dieu fait en sorte qu’on le craigne.15 Ce qui est fut déjà ; ce qui sera est déjà. Or Dieu recherche le persécuté.16 Je regarde encore sous le soleil : à la place du droit, là se trouve le crime, à la place du juste se trouve le criminel ;17 et je me dis en moi-même : le juste et le criminel, Dieu les jugera, car il y a un temps pour toutes choses et pour toute action ici.18 Je me dis en moi-même, en ce qui concerne les enfants des hommes : c’est pour que Dieu les éprouve et leur montre qu’ils sont des bêtes.19 Car le sort de l’homme et le sort de la bête sont un sort identique : comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, et c’est un même souffle qu’ils ont tous les deux. La supériorité de l’homme sur la bête est nulle, car tout est vanité.20 Tout s’en va vers un même lieu : tout vient de la poussière, tout s’en retourne à la poussière.21 Qui sait si le souffle de l’homme monte vers le haut et si le souffle de la bête descend en bas, vers la terre ?22 Je vois qu’il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à se réjouir de ses oeuvres, car c’est là sa part. Qui donc l’emmènera voir ce qui sera après lui ?