Nombres 24,1-25

Balaam vit alors que Yahvé trouvait bon de bénir Israël. Il n’alla pas comme les autres fois à la recherche de présages, mais il se tourna face au désert.2 Levant les yeux, Balaam vit Israël, établi par tribus ; l’esprit de Dieu vint sur lui3 et il prononça son poème. Il dit : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant,4 oracle de celui qui écoute les paroles de Dieu. Il voit ce que Shaddaï fait voir, il obtient la réponse divine et ses yeux s’ouvrent.5 Que tes tentes sont belles, Jacob ! et tes demeures, Israël !6 Comme des vallées qui s’étendent, comme des jardins au bord d’un fleuve, comme des aloès que Yahvé a plantés, comme des cèdres auprès des eaux !7 Un héros grandit dans sa descendance, il domine sur des peuples nombreux. Son roi est plus grand qu’Agag, sa royauté s’élève.8 Dieu le fait sortir d’Egypte, il est pour lui comme des cornes de buffle. Il dévore le cadavre de ses adversaires, il leur brise les os.9 Il s’est accroupi, il s’est couché, comme un lion, comme une lionne : qui le fera lever ? Béni soit qui te bénit, et maudit qui te maudit ! « 10 Balaq se mit en colère contre Balaam. Il frappa des mains et dit à Balaam : « Je t’avais mandé pour maudire mes ennemis, et voilà que tu les bénis, et par trois fois !11 Et maintenant déguerpis et va-t’en chez toi. J’avais dit que je te comblerais d’honneurs. C’est Yahvé qui t’en a privé. »12 Balaam répondit à Balaq : « N’avais-je pas dit déjà à tes messagers :13 Quand Balaq me donnerait plein sa maison d’argent et d’or, je ne pourrais transgresser l’ordre de Yahvé et faire de moi-même ni bien ni mal ; ce que Yahvé dira, c’est ce que je dirai ?14 Maintenant que je pars chez les miens, viens, je vais t’aviser de ce que ce peuple fera à ton peuple, dans l’avenir. »15 Alors il prononça son poème. Il dit : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant,16 oracle de celui qui écoute les paroles de Dieu, de celui qui sait la science du Très-Haut. Il voit ce que Shaddaï fait voir, il obtient la réponse divine et ses yeux s’ouvrent.17 Je le vois — mais non pour maintenant, je l’aperçois — mais non de près : Un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d’Israël. Il frappe les tempes de Moab et le crâne de tous les fils de Seth.18 Edom devient un pays conquis ; pays conquis, Séïr. Israël déploie sa puissance,19 Jacob domine sur ses ennemis et fait périr les rescapés d’Ar. »20 Balaam vit Amaleq, il prononça son poème. Il dit : « Amaleq : prémices des nations ! Mais sa postérité périra pour toujours. »21 Puis il vit les Qénites, il prononça son poème. Il dit : « Ta demeure fut stable, Qayîn, et ton nid juché sur le rocher.22 Mais le nid appartient à Béor ; jusques à quand seras-tu captif d’Assur ? « 23 Puis il prononça son poème. Il dit : « Des peuples de la Mer se rassemblent au nord,24 des vaisseaux du côté de Kittim. Ils oppriment Assur, ils oppriment Ebèr, lui aussi périra pour toujours. »25 Puis Balaam se leva, partit et retourna chez lui. Balaq lui aussi passa son chemin.
Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :