Isaïe 15,1-9

01 Proclamation sur Moab. Depuis la nuit où Ar fut dévastée, Moab est réduite au silence. Depuis la nuit où Qir fut dévastée, Moab est réduite au silence.

02 On monte au sanctuaire, à Dibone, aux lieux sacrés pour y pleurer. Sur Nébo et sur Madaba, Moab hurle de douleur. Ils ont tous la tête rasée, ils ont tous la barbe coupée.

03 Dans les rues, ils se revêtent de toile à sac ; sur les toits et sur les places, tout le monde hurle et fond en larmes.

04 Heshbone et Élalé poussent des cris, leurs voix s’entendent jusqu’à Yahaç. C’est pourquoi les guerriers de Moab poussent des clameurs, l’âme de Moab frémit.

05 Mon cœur crie sur Moab ; ses fugitifs sont déjà à Soar, vers Églath-Shelishiya. Sur la montée de Louhith, on monte en pleurant ; sur le chemin de Horonaïm, ce sont des cris déchirants.

06 Les eaux de Nimrim sont un endroit désolé : l’herbe a séché, la végétation a disparu, plus aucune verdure.

07 Voilà pourquoi ses réserves et ses provisions sont transportées au-delà du torrent des Saules.

08 Car les cris font le tour du territoire de Moab : hurlements, jusqu’à Églaïm, hurlements, jusqu’à Beér-Élim.

09 Les eaux de Dimone sont rouges de sang, car j’imposerai plus encore à Dimone : le lion, pour les rescapés de Moab, pour ceux qui resteront dans la campagne.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :