Isaïe 14,1-32

01 Oui, le Seigneur aura de la tendresse pour Jacob, il choisira encore Israël, il installera les siens sur leur terre où des immigrés se joindront à eux et s’uniront à la maison de Jacob.

02 Des peuples étrangers viendront les prendre pour les ramener chez eux. Sur la terre du Seigneur, la maison d’Israël s’attribuera ces peuples comme serviteurs et comme servantes. Ils tiendront captifs ceux qui les avaient capturés ; ils domineront ceux qui les avaient opprimés.

03 Le jour où le Seigneur t’aura fait reposer, après tant de peines et de tourments, après le dur esclavage qui fut le tien,

04 tu entonneras cette chanson contre le roi de Babylone, tu diras : « Comment ! Il est fini, l’oppresseur ! Elle est finie, la dictature !

05 Le Seigneur a brisé le bâton des impies, le sceptre des tyrans

06 qui frappait les peuples avec fureur, les frappait sans relâche, qui dominait les nations avec colère et les persécutait sans retenue.

07 Toute la terre repose, tranquille. On éclate en cris de joie !

08 Même les cyprès et les cèdres du Liban se réjouissent à tes dépens : “Depuis que tu es tombé, plus personne ne monte pour nous abattre.”

09 Le tréfonds des enfers s’agite pour toi à l’annonce de ta venue. Pour toi, il réveille les ombres, tous les grands de la terre ; il fait lever de leur trône tous les rois des nations.

10 Tous, ils prennent la parole et te disent : “Toi aussi, comme nous, te voilà sans force, devenu pareil à nous.”

11 Elle est jetée aux enfers, ta majesté, avec la musique de tes harpes. Tu as pour couche la vermine, et des vers pour te couvrir.

12 Comment ! Tu es tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es renversé à terre, toi qui faisais ployer les nations,

13 toi qui te disais : “J’escaladerai les cieux ; plus haut que les étoiles de Dieu j’élèverai mon trône ; j’irai siéger à la montagne de l’assemblée des dieux au plus haut du mont Safone,

14 j’escaladerai les hauteurs des nuages, je serai semblable au Très-Haut !”

15 Mais te voilà jeté aux enfers, au plus profond de l’abîme.

16 Ceux qui te voient te dévisagent, ils s’interrogent sur toi : “Est-ce bien l’homme qui faisait trembler la terre, qui ébranlait les royaumes,

17 changeait le monde en désert, et rasait les villes sans renvoyer le prisonnier dans sa maison ?”

18 Tous les rois des nations reposent avec honneur, tous sans exception, chacun dans sa demeure.

19 Mais toi, tu es jeté dehors, loin de ton sépulcre, comme un rejeton réprouvé ; tu es couvert par les victimes de l’épée qui descendent sur les pierres de la fosse ; tu es comme un cadavre qu’on piétine.

20 Tu ne les rejoindras pas dans la tombe, car tu as ruiné ton pays, assassiné ton peuple. Plus jamais on n’évoquera l’engeance des méchants :

21 préparez pour les fils un lieu d’exécution à cause de la faute de leurs pères, de peur qu’ils ne se relèvent pour conquérir la terre et couvrir de villes la face du monde. »

22 Je me lèverai contre eux, – oracle du Seigneur de l’univers – ; de Babylone, je retrancherai le nom et le reste, lignée et postérité, – oracle du Seigneur.

23 J’en ferai le domaine du hérisson, un marécage ; je la balaierai, je la détruirai – oracle du Seigneur de l’univers.

24 Le Seigneur de l’univers en a fait le serment : « Ce que j’ai prévu arrivera, ce que j’ai décidé s’accomplira :

25 Sur ma terre, je briserai Assour, je le piétinerai sur mes montagnes ; son joug sera écarté de la nuque des miens, et le fardeau, écarté de leurs épaules. »

26 C’est la décision prise contre toute la terre ; c’est la main étendue contre toutes les nations.

27 Le Seigneur de l’univers l’a décidé. Qui donc l’arrêterait ? Et sa main étendue, qui la détournerait ?

28 L’année de la mort du roi Acaz, il y eut cette proclamation :

29 Ne te réjouis pas, Philistie tout entière, si le bâton qui te frappait est brisé. De la racine du serpent va sortir une vipère, et son fruit sera un dragon ailé.

30 Les premiers-nés des faibles auront un pâturage, les malheureux reposeront en confiance, mais ta race, je la ferai mourir de faim, et ce qui restera de toi, je le tuerai.

31 Hurle, Porte de la ville ! Citadelle, pousse des cris ! Tremble, Philistie tout entière ! Du Nord arrive une fumée : ce sont des troupes sans déserteur !

32 Que répondre aux envoyés de cette nation ? Ceci : Le Seigneur a fondé Sion ; en elle se réfugient les pauvres de son peuple.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :