Isaïe 22,1-25

01 Proclamation sur le Val de la Vision. Ville de Jérusalem, qu’as-tu donc à monter tout entière sur les terrasses,

02 ville en fête, pleine de cris, cité joyeuse ? Tes morts ne sont pas morts par l’épée, ils n’ont pas été tués dans un combat.

03 Tes chefs ont pris la fuite comme un seul homme ; sans même avoir tiré de l’arc, ils sont faits prisonniers. Si loin qu’ils aient fui, on les a tous retrouvés : ils sont prisonniers ensemble.

04 C’est pourquoi je dis : « Détournez de moi vos regards, je pleure amèrement ! Ne cherchez pas à me consoler du désastre subi par la fille de mon peuple. »

05 Oui, c’est un jour d’affolement, d’effarement, d’effondrement, envoyé par le Seigneur, Dieu de l’univers. Dans le Val de la Vision, on sape la muraille, des cris s’élèvent vers la montagne.

06 Élam lève le carquois, il amène des chars et des cavaliers ; Qir brandit son bouclier.

07 Les plus belles de tes vallées sont remplies de chars, les cavaliers sont rangés devant tes portes.

08 Et Juda, lui, est privé de ses défenses ! En regardant, ce jour-là, vers l’arsenal du palais royal,

09 vous avez vu comme elles sont nombreuses, les brèches de la Cité de David. Vous avez recueilli les eaux dans le réservoir inférieur.

10 Vous avez recensé les maisons de Jérusalem, démoli des maisons pour renforcer le rempart.

11 Vous avez creusé un bassin entre les deux remparts pour les eaux de l’ancien réservoir. Mais vous n’avez pas regardé vers Celui qui est à l’œuvre ; Celui qui façonne tout depuis longtemps, vous ne l’avez pas vu.

12 Ce jour-là, le Seigneur, Dieu de l’univers, appelait à pleurer, à se lamenter, à se raser la tête, à se vêtir de toile à sac.

13 Et voilà qu’on se réjouit, on fait la fête ; on tue le bœuf, on égorge le mouton ; on mange de la viande, on boit du vin : « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! »

14 Mais le Seigneur de l’univers m’a fait entendre cette révélation : « J’en fais serment : cette faute ne vous sera jamais remise, jusque dans la mort ». Il l’a dit, le Seigneur, Dieu de l’univers.

15 Ainsi parle le Seigneur, Dieu de l’univers : « Va trouver ce ministre, Shebna, le maître du palais, et dis-lui :

16 Ici, quel est ton bien ? Qui sont les tiens, ici, pour t’y faire creuser un tombeau, toi qui te creuses un tombeau sur une hauteur, et te fais tailler une demeure dans le roc ?

17 Voici que le Seigneur va te rejeter, il va te rejeter, grand homme, t’empaqueter comme un paquet,

18 t’enrouler, t’envoyer rouler comme une boule vers un pays aux vastes étendues. C’est là-bas que tu vas mourir, là-bas, dans tes chars prestigieux, toi, le déshonneur de la maison de ton maître.

19 Je vais te chasser de ton poste, t’expulser de ta place.

20 Et, ce jour-là, j’appellerai mon serviteur, Éliakim, fils d’Helcias.

21 Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ton écharpe, je lui remettrai tes pouvoirs : il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda.

22 Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David : s’il ouvre, personne ne fermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira.

23 Je le planterai comme une cheville dans un endroit solide ; il sera un trône de gloire pour la maison de son père.

24 Le poids de la gloire de la maison de son père y sera suspendu : les rameaux et les pousses, et même tous les petits récipients, depuis les coupes jusqu’aux vases de toute sorte.

25 Ce jour-là – oracle du Seigneur de l’univers –, la cheville plantée dans un endroit solide lâchera, elle cédera, elle tombera, et la charge qui pesait sur elle sera détruite. Le Seigneur a parlé. »

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :