Ecclésiastique 31,1-31

01 La richesse provoque l’insomnie qui épuise le corps ; elle cause des soucis qui font perdre le sommeil.

02 Les soucis de l’existence empêchent de fermer l’œil, comme une maladie grave éloigne le sommeil.

03 Le riche s’est donné de la peine pour faire fortune, et, quand il s’arrête, il prend du bon temps.

04 Le pauvre s’est donné de la peine pour vivre de peu et, quand il s’arrête, il tombe dans la misère.

05 Qui aime l’or ne pourra rester juste, qui court après le gain se laisse fourvoyer.

06 Beaucoup sont tombés pour avoir aimé l’or ; leur perte était inévitable.

07 L’or est un piège pour ceux qui en font une idole ; l’insensé s’y fera prendre.

08 Heureux le riche qui fut trouvé sans reproche et n’a pas couru après l’or.

09 Qui est-il ? Nous le dirons bienheureux : parmi son peuple, il a fait des merveilles !

10 Qui donc fut jugé parfait dans l’épreuve ? À lui, la gloire pour toujours ! Qui donc pouvait pécher et n’a point péché, faire le mal, et ne l’a pas fait ?

11 Ses biens s’affermiront dans le Seigneur, et l’assemblée dira ses largesses.

12 Es-tu assis à une table somptueuse ? N’en reste pas la bouche ouverte et ne dis pas : « Eh bien, que de choses ! »

13 Souviens-toi que c’est mal d’avoir l’œil avide : y a-t-il créature plus avide que l’œil ? Voilà pourquoi il pleure à tout propos.

14 N’étends pas la main vers tout ce qu’il convoite, ne te jette pas aussi vite que lui sur le plat.

15 Pense à ton voisin autant qu’à toi ; agis en tout avec réflexion.

16 Mange ce qui t’est offert, en homme bien élevé ; ne mâche pas bruyamment : tu serais insupportable.

17 Par bonne éducation, arrête-toi avant les autres ; ne te montre pas vorace, de peur de choquer.

18 Et s’il y a beaucoup de monde à table, n’étends pas la main le premier.

19 Qu’il suffit de peu à l’homme bien éduqué ! Une fois couché, il n’a pas la respiration difficile.

20 Un estomac léger procure un sommeil réparateur ; on se lève le matin et on a l’esprit dispos. Mais les tourments de l’insomnie, les nausées et la colique attendent l’homme glouton.

21 Si tu as été forcé de trop manger, lève-toi, quitte la table et fais une pause.

22 Mon fils, écoute-moi sans ricaner : plus tard, tu comprendras mes paroles. Sois modéré en tout ce que tu fais, et tu ne tomberas jamais malade.

23 On bénit celui qui reçoit fastueusement, il justifie sa réputation de largesse.

24 Toute la ville dénigre celui qui reçoit chichement, il mérite sa réputation de pingre.

25 Avec le vin ne fais pas le brave, car le vin en a perdu beaucoup.

26 Comme à la forge on éprouve une lame quand on la trempe, le vin éprouve les cœurs quand des orgueilleux se querellent.

27 Pour les hommes, le vin, c’est la vie, tant qu’on le boit avec modération. Qu’est-ce qu’une vie où manque le vin ? Il a été créé pour la joie de l’homme.

28 Le vin est allégresse du cœur et joie de vivre pour qui le boit à son heure et avec mesure.

29 Le vin est amertume de l’âme pour qui le boit avec excès au point de s’exalter et de perdre l’équilibre.

30 L’ivresse décuple la fureur de l’insensé jusqu’au scandale, elle diminue sa force et lui attire des coups.

31 Ne provoque pas ton voisin au cours d’un banquet bien arrosé, ne te moque pas de lui quand il est joyeux, ne lui adresse pas des propos blessants et ne le harcèle pas de tes réclamations.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :