Archive for the découragement Category

Baruch 3,1-38

Posted in allégorie et référence christique, attributs et noms divins, chemin (voie du Seigneur), ciel (cieux), commandements (préceptes, décrets), connaissance (intelligence de la foi), découragement, Dieu écoute, exauce, droite du Seigneur, ecouter (voix du Seigneur), faire mémoire (mémorial, solennité), justice (justification, juste), lumière (lampe), maison (demeures) du Seigneur, nuit de l'esprit, paix, péché (faute), prière d'invocation, pur et impur (souillure), purgatoire, richesse, sagesse, shéol (hades, séjour des morts) with tags on 19 février 2014 by JL

01 Seigneur, Souverain de l’univers, Dieu d’Israël, une âme angoissée, un esprit découragé crie vers toi.

02 Écoute, Seigneur, et prends pitié, car nous avons péché contre toi.

03 Toi, en effet, tu demeures à jamais ; nous, nous sommes à jamais perdus.

04 Seigneur, Souverain de l’univers, Dieu d’Israël, écoute donc la prière des morts d’Israël, des fils de ceux qui ont péché contre toi, qui n’ont pas écouté la voix du Seigneur leur Dieu, de sorte que les malheurs se sont attachés à nous.

05 Ne te souviens pas des injustices de nos pères, mais souviens-toi, en cette heure, de ta main et de ton nom.

06 Car tu es le Seigneur notre Dieu, et nous voulons te louer, Seigneur.

07 Oui, c’est pour cela que tu as mis ta crainte en notre cœur, pour que nous invoquions ton nom. Nous voulons te louer en notre exil, puisque nous avons détourné de notre cœur toute l’injustice de nos pères qui ont péché contre toi.

08 Nous voici aujourd’hui dans cet exil, où tu nous as dispersés, pour y être objet d’outrage et de malédiction, et pour notre amendement, après toutes les fautes de nos pères, qui s’étaient éloignés du Seigneur notre Dieu.

09 Écoute, Israël, les commandements de vie, prête l’oreille pour acquérir la connaissance.

10 Pourquoi donc, Israël, pourquoi es-tu exilé chez tes ennemis, vieillissant sur une terre étrangère,

11 souillé par le contact des cadavres, inscrit parmi les habitants du séjour des morts ?

12 – Parce que tu as abandonné la Source de la Sagesse !

13 Si tu avais suivi les chemins de Dieu, tu vivrais dans la paix pour toujours.

14 Apprends où se trouvent et la connaissance, et la force, et l’intelligence ; pour savoir en même temps où se trouvent de longues années de vie, la lumière des yeux et la paix.

15 Mais qui donc a découvert la demeure de la Sagesse, qui a pénétré jusqu’à ses trésors ?

16 Où sont-ils, les chefs des nations, ceux qui domptent les bêtes de la terre,

17 qui se jouent des oiseaux du ciel, et qui entassent l’argent et l’or, – ces biens auxquels les hommes accordent leur confiance – mais dont les possessions n’ont pas de fin ?

18 Où sont-ils, ceux qui travaillent l’argent avec soin, mais dont les œuvres ne laissent pas de traces ?

19 Ils ont disparu, ils sont descendus dans le séjour des morts, et d’autres se sont levés à leur place.

20 De plus jeunes ont vu le jour, se sont installés sur la terre, mais le chemin du savoir, ils ne l’ont pas connu,

21 ils n’ont pas compris ses sentiers, ils ne l’ont pas saisi. Même leurs fils sont restés loin de son chemin.

22 De la Sagesse, on n’a rien entendu en Canaan ; en Témane, nul ne l’a vue.

23 Ni les fils d’Agar, recherchant l’intelligence sur la terre, ni les marchands de Merrane et de Témane, ni les conteurs de fables, ni les chercheurs d’intelligence n’ont connu le chemin de la Sagesse. Ils n’ont pas gardé mémoire de ses sentiers.

24 Ô Israël, comme elle est grande, la maison de Dieu, comme il est vaste, le domaine qui lui appartient !

25 Grand et sans borne, élevé, sans mesure !

26 C’est là que naquirent les célèbres géants des origines, de haute stature, experts à la guerre.

27 Ce n’est pas eux que Dieu a choisis, il ne leur a pas montré le chemin du savoir.

28 Ils ont péri, par manque de connaissance, ils ont péri à cause de leur imprudence.

29 Qui est monté au ciel pour saisir la Sagesse et la faire descendre des nuées ?

30 Qui a traversé la mer pour la trouver et la rapporter au prix d’un or très fin ?

31 Nul ne connaît son chemin, nul n’examine son sentier.

32 Mais celui qui sait tout en connaît le chemin, il l’a découvert par son intelligence. Il a pour toujours aménagé la terre, et l’a peuplée de troupeaux.

33 Il lance la lumière, et elle prend sa course ; il la rappelle, et elle obéit en tremblant.

34 Les étoiles brillent, joyeuses, à leur poste de veille ;

35 il les appelle, et elles répondent : « Nous voici ! » Elles brillent avec joie pour celui qui les a faites.

36 C’est lui qui est notre Dieu : aucun autre ne lui est comparable.

37 Il a découvert les chemins du savoir, et il les a confiés à Jacob, son serviteur, à Israël, son bien-aimé.

38 Ainsi, la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes.

 

Publicités

Isaïe 50,1-11

Posted in allégorie et référence christique, ciel (cieux), crainte de Dieu, découragement, ecouter (voix du Seigneur), enfer (géhenne, vallée du Cédron), justice (justification, juste), parole de Dieu (vivante), révolte (trahison, nuque raide), ténèbre with tags on 11 février 2014 by JL

01 Ainsi parle le Seigneur : Où est donc la lettre de répudiation de votre mère, par laquelle je l’ai renvoyée ? Et quel est celui de mes créanciers auquel je vous ai vendus ? Eh bien, c’est à cause de vos fautes que vous avez été vendus, à cause de vos révoltes que votre mère a été renvoyée.

02 Pourquoi n’y avait-il personne quand je suis venu ? À mon appel, pourquoi nul n’a-t-il répondu ? Ma main serait-elle trop courte pour racheter ? n’aurais-je pas la force pour délivrer ? Eh bien, par ma seule menace je dessèche la mer, je change les fleuves en désert ; leurs poissons pourrissent faute d’eau, morts de soif.

03 Je revêts les cieux de noir, je les habille de deuil.

04 Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.

05 Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.

06 J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.

07 Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

08 Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi !

09 Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense ; qui donc me condamnera ? Les voici tous qui s’usent comme un vêtement, la teigne les dévorera !

10 Est-il quelqu’un parmi vous qui craint le Seigneur, qui écoute la voix de son serviteur ? S’il a marché dans les ténèbres sans la moindre clarté, qu’il se confie dans le nom du Seigneur, qu’il s’appuie sur son Dieu.

11 Mais vous tous qui allumez un feu, formant un cercle de flèches incendiaires, allez dans le brasier de votre propre feu, au milieu des flèches que vous enflammez. Voici ce que vous réserve ma main : vous resterez gisant dans la douleur.

Job 3,1-26

Posted in découragement, détresse (désespoir), diable (démons, serpent), ténèbre with tags on 27 décembre 2013 by JL

Enfin Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa naissance.2 Il prit la parole et dit :3 Périsse le jour qui me vit naître et la nuit qui annonça : « Un garçon vient d'être conçu. »4 Ce jour-là, qu'il soit ténèbres, que Dieu, de là-haut, ne le réclame pas, que la lumière ne brille pas sur lui !5 Que le revendiquent ténèbre et ombre épaisse, qu'une nuée s'installe sur lui, qu'une éclipse en fasse sa proie !6 Oui, que l'obscurité le possède, qu'il ne s'ajoute pas aux jours de l'année, n'entre point dans le compte des mois !7 Cette nuit-là, qu'elle soit stérile, qu'elle ignore les cris de joie !8 Que la maudissent ceux qui maudissent les jours et sont prêts à réveiller Léviathan !9 Que se voilent les étoiles de son aube, qu'elle attende en vain la lumière et ne voie point s'ouvrir les paupières de l'aurore !10 Car elle n'a pas fermé sur moi la porte du ventre, pour cacher à mes yeux la souffrance.11 Pourquoi ne suis-je pas mort au sortir du sein, n'ai-je péri aussitôt enfanté ?12 Pourquoi s'est-il trouvé deux genoux pour m'accueillir, deux mamelles pour m'allaiter ?13 Maintenant je serais couché en paix, je dormirais d'un sommeil reposant,14 avec les rois et les grands ministres de la terre, qui ont bâti leurs demeures dans des lieux désolés,15 ou avec les princes qui ont de l'or en abondance et de l'argent plein leurs tombes.16 Ou bien, tel l'avorton caché, je n'aurais pas existé, comme les petits qui ne voient pas le jour.17 Là prend fin l'agitation des méchants, là se reposent les épuisés.18 Les captifs de même sont laissés tranquilles et n'entendent plus les cris du surveillant.19 Là petits et grands se confondent et l'esclave recouvre sa liberté.20 Pourquoi donner à un malheureux la lumière, la vie à ceux qui ont l'amertume au coeur,21 qui aspirent après la mort sans qu'elle vienne, fouillent à sa recherche plus que pour un trésor ?22 Ils se réjouiraient en face du tertre funèbre, exulteraient s'ils atteignaient la tombe.23 Pourquoi ce don à l'homme qui ne voit plus sa route et que Dieu enclôt sur lui-même ?24 Pour nourriture, j'ai mes soupirs, comme l'eau s'épanchent mes rugissements.25 Toutes mes craintes se réalisent et ce que je redoute m'arrive.26 Ni tranquillité ni paix pour moi, et mes tourments chassent le repos.

Judith 7,1-32

Posted in courage (force), découragement, détresse (désespoir), source d'eau vive (rosée, pluie), tentation (filet) with tags on 21 décembre 2013 by JL

Le lendemain, Holopherne fit donner ordre à toute son armée, et à toute la foule des auxiliaires qui s'étaient rangés à ses côtés, de lever le camp pour se porter sur Béthulie, d'occuper les hautes passes de la montagne et d'engager ainsi la guerre contre les Israélites.2 En ce même jour tous les hommes d'armes levèrent donc le camp. Leur armée sur pied de guerre comprenait 120.000 fantassins et 12.000 cavaliers, sans compter les bagages et la multitude considérable des gens de pied mêlés à eux.3 Ils s'engagèrent dans le vallon proche de Béthulie en direction de la source et se déployèrent en profondeur, de Dotaïn jusqu'à Belbaïn, et en longueur, de Béthulie jusqu'à Cyamôn, située en face d'Esdrelon.4 Quand les Israélites aperçurent cette multitude, tout tremblants ils se dirent entre eux : « Et maintenant ils vont tondre tout le pays ! Ni les cimes les plus élevées, ni les gorges, ni les collines ne pourront tenir sous leur masse ! « 5 Chacun prit ses armes, sur les tours des feux furent allumés et l'on passa cette nuit-là à veiller.6 Le deuxième jour Holopherne déploya toute sa cavalerie sous les yeux des Israélites qui étaient à Béthulie.7 Il explora les montées qui conduisaient à leur ville, reconnut les sources d'eau, les occupa, y plaça des postes de soldats et revint lui-même à son armée.8 Puis, les princes des fils d'Esaü, les chefs du peuple des Moabites et les généraux du district côtier s'approchèrent de lui et lui dirent :9 « Que notre maître veuille bien nous écouter et son armée n'aura pas une seule blessure.10 Ce peuple des Israélites ne compte pas tant sur ses lances que sur la hauteur des monts où il habite. Il n'est certes pas facile d'escalader les cimes de ses montagnes !11 Alors, maître, ne combats pas contre eux en bataille rangée, et pas un homme de ton peuple ne tombera.12 Reste dans ton camp et gardes-y tous les hommes de ton armée, mais que tes serviteurs s'emparent de la source qui jaillit au pied de la montagne.13 C'est là en effet que se ravitaillent en eau les habitants de Béthulie. La soif les poussera donc à te livrer leur ville. Pendant ce temps nous et nos gens nous monterons sur les crêtes des monts les plus proches et nous y camperons en avant-postes : ainsi pas un seul homme ne sortira de la ville.14 La faim les consumera, eux, leurs femmes et leurs enfants, et, avant même que l'épée ne les atteigne, ils seront déjà étendus dans les rues devant leurs demeures.15 Et tu leur feras payer fort cher leur révolte et leur refus de venir pacifiquement à ta rencontre. »16 Leurs propos plurent à Holopherne ainsi qu'à tous ses officiers et il décida d'agir selon leurs suggestions.17 Une troupe de Moabites partit donc et avec eux 5.000 Assyriens. Ils se glissèrent dans le vallon et s'emparèrent des points d'eau et des sources des Israélites.18 Les Edomites et les Ammonites montèrent de leur côté, prirent position dans la montagne en face de Dotaïn, et envoyèrent de leurs hommes au sud et à l'est en face d'Egrebel qui est près de Chous, sur le torrent de Mochmour. Le reste de l'armée assyrienne prit position dans la plaine et couvrit toute la région. Tentes et bagages formaient un campement d'une masse énorme car leur multitude était considérable.19 Les Israélites crièrent vers le Seigneur leur Dieu. Ils perdaient courage, car les ennemis les avaient entourés et leur coupaient toute retraite.20 Durant 34 jours l'armée assyrienne, fantassins, chars et cavaliers, les tint encerclés. Les habitants de Béthulie virent se vider toutes les jarres d'eau21 et les citernes s'épuiser. On ne pouvait plus boire à sa soif un seul jour, car l'eau était rationnée.22 Les enfants s'affolaient, les femmes et les adolescents défaillaient de soif. Ils tombaient dans les rues et aux issues des portes de la ville, sans force aucune.23 Tout le peuple, adolescents, femmes et enfants, se rassembla autour d'Ozias et des chefs de la ville, poussant de grands cris et disant en présence de tous les anciens :24 « Que Dieu soit juge entre vous et nous, car vous nous avez causé un immense préjudice en ne traitant pas amicalement avec les Assyriens.25 Maintenant, il n'y a plus personne qui puisse nous secourir. Dieu nous a livrés entre leurs mains pour être terrassés par la soif en face d'eux et périr totalement.26 Appelez-les donc tout de suite. Livrez entièrement la ville au pillage des gens d'Holopherne et de toute son armée.27 Après tout, il vaut bien mieux pour nous devenir leur proie. Ainsi nous serons esclaves sans doute, mais nous vivrons et nous ne verrons pas de nos yeux la mort de nos petits, ni le trépas de nos femmes et de nos enfants.28 Nous vous adjurons par le ciel et la terre ainsi que par notre Dieu, le Seigneur de nos pères, qui nous punit à cause de nos fautes et pour les transgressions de nos pères, d'agir de cette façon aujourd'hui même. »29 L'assemblée tout entière se livra à une immense lamentation et tous crièrent à haute voix vers le Seigneur Dieu.30 Ozias leur dit : « Courage, frères, tenons encore cinq jours. D'ici là le Seigneur notre Dieu aura pitié de nous, car il ne nous abandonnera pas jusqu'au bout !31 Si, ce délai écoulé, aucun secours ne nous est parvenu, alors je suivrai votre avis. »32 Puis il congédia le peuple, chacun dans ses quartiers. Les hommes s'en allèrent sur les remparts et les tours de la cité, renvoyant femmes et enfants à la maison. La ville était plongée dans une profonde consternation.

2 Rois 19,1-37

Posted in allégorie (analogie), ange (chérubins), attributs et noms divins, créateur (création), découragement, diable (démons, serpent), Jérusalem (Sion), orgueil (se glorifier), pénitence (deuil, jeûne, mettre le sac), petit reste (rescapé), porter du fruit, prière de libération, prophétie (oracle), Yahvé (nom du Seigneur, Je Suis) with tags on 12 juillet 2013 by JL

A ce récit, le roi Ezéchias déchira ses vêtements, se couvrit d’un sac et se rendit au Temple de Yahvé.2 Il envoya le maître du palais Elyaqim, le secrétaire Shebna et les anciens des prêtres, couverts de sacs, auprès du prophète Isaïe fils d’Amoç.3 Ceux-ci lui dirent : « Ainsi parle Ezéchias : Ce jour-ci est un jour d’angoisse, de châtiment et d’opprobre. Les enfants sont à terme et la force manque pour enfanter.4 Puisse Yahvé, ton Dieu, entendre les paroles du grand échanson, que le roi d’Assyrie, son maître, a envoyé insulter le Dieu vivant, et puisse Yahvé, ton Dieu, punir les paroles qu’il a entendues ! Adresse une prière en faveur du reste qui subsiste encore. »5 Lorsque les ministres du roi Ezéchias furent arrivés auprès d’Isaïe,6 celui-ci leur dit : « Vous direz à votre maître : Ainsi parle Yahvé. N’aie pas peur des paroles que tu as entendues, des blasphèmes que les valets du roi d’Assyrie ont lancés contre moi.7 Voici que je vais mettre en lui un esprit et, sur une nouvelle qu’il entendra, il retournera dans son pays et, dans son pays, je le ferai tomber sous l’épée. »8 Le grand échanson s’en retourna et retrouva le roi d’Assyrie en train de combattre contre Libna. Le grand échanson avait appris en effet que le roi avait décampé de Lakish,9 car il avait reçu cette nouvelle au sujet de Tirhaqa, roi de Kush : « Voici qu’il est parti en guerre contre toi. » De nouveau, Sennachérib envoya des messagers à Ezéchias pour lui dire :10 « Vous parlerez ainsi à Ezéchias, roi de Juda : Que ton Dieu en qui tu te confies, ne t’abuse pas en disant : Jérusalem ne sera pas livrée aux mains du roi d’Assyrie !11 Tu as appris ce que les rois d’Assyrie ont fait à tous les pays, les vouant à l’anathème, et toi, tu serais délivré !12 Les ont-ils délivrées les dieux des nations que mes pères ont dévastées, Gozân, Harân, Réçeph, et les Edénites qui étaient à Tell Basar ?13 Où sont le roi de Hamat, le roi d’Arpad, le roi de Laïr, de Sepharvayim, de Héna et de Ivva ? « 14 Ezéchias prit la lettre des mains des messagers et la lut. Puis il monta au Temple de Yahvé et la déplia devant Yahvé.15 Et Ezéchias fit cette prière en présence de Yahvé : « Yahvé, Dieu d’Israël, qui sièges sur les chérubins, c’est toi qui es seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait le ciel et la terre.16 Prête l’oreille, Yahvé, et entends, ouvre les yeux, Yahvé, et vois ! Entends les paroles de Sennachérib, qui a envoyé dire des insultes au Dieu vivant.17 Il est vrai, Yahvé, les rois d’Assyrie ont exterminé les nations,18 ils ont jeté au feu leurs dieux, car ce n’étaient pas des dieux, mais l’ouvrage de mains d’hommes, du bois et de la pierre, alors ils les ont anéantis.19 Mais maintenant, Yahvé, notre Dieu, sauve-nous de sa main, je t’en supplie, et que tous les royaumes de la terre sachent que toi seul es Dieu, Yahvé ! « 20 Alors Isaïe, fils d’Amoç, envoya dire à Ezéchias : « Ainsi parle Yahvé, Dieu d’Israël. J’ai entendu la prière que tu m’as adressée au sujet de Sennachérib, roi d’Assyrie.21 Voici l’oracle que Yahvé a prononcé contre lui : Elle te méprise, elle te raille, la vierge, fille de Sion. Elle hoche la tête après toi, la fille de Jérusalem.22 Qui donc as-tu insulté, blasphémé ? Contre qui as-tu parlé haut et levé ton regard altier ? Contre le Saint d’Israël !23 Par tes messagers, tu as insulté le Seigneur. Tu as dit : Avec mes nombreux chars, j’ai gravi le sommet des monts, les dernières cimes du Liban. J’ai coupé sa haute futaie de cèdres et ses plus beaux cyprès. J’ai atteint son ultime retraite, son parc forestier.24 Moi, j’ai creusé et j’ai bu des eaux étrangères, j’ai asséché sous la plante de mes pieds tous les fleuves d’Egypte.25 Entends-tu bien ? De longue date, j’ai préparé cela, aux jours antiques j’en fis le dessein, maintenant je le réalise. Ton destin fut de réduire en tas de ruines des villes fortifiées.26 Leurs habitants, les mains débiles, épouvantés et confondus, furent comme plantes des champs, verdure du gazon, herbes des toits et guérets sous le vent d’orient.27 Quand tu te lèves et quand tu t’assieds, quand tu sors ou tu entres, je le sais.28 Parce que tu t’es emporté contre moi, que ton insolence est montée à mes oreilles, je passerai mon anneau à ta narine et mon mors à tes lèvres, je te ramènerai sur la route par laquelle tu es venu.29 Ceci te servira de signe ; On mangera cette année du grain tombé, et l’an prochain du grain de jachère, mais, le troisième an, semez et moissonnez, plantez des vignes et mangez de leur fruit.30 Le reste survivant de la maison de Juda produira de nouvelles racines en bas et des fruits en haut.31 Car de Jérusalem sortira un reste, et des réchappés, du mont Sion. L’amour jaloux de Yahvé Sabaot fera cela !32 Voici donc ce que dit Yahvé sur le roi d’Assyrie : Il n’entrera pas dans cette ville, il n’y lancera pas de flèche, il ne tendra pas de bouclier contre elle, il n’y entassera pas de remblai.33 Par la route qui l’amena, il s’en retournera, il n’entrera pas dans cette ville, oracle de Yahvé.34 Je protégerai cette ville et la sauverai à cause de moi et de mon serviteur David. »35 Cette même nuit, l’Ange de Yahvé sortit et frappa dans le camp assyrien 185.000 hommes. Le matin, au réveil, ce n’étaient plus que des cadavres.36 Sennachérib roi d’Assyrie leva le camp et partit. Il s’en retourna et resta à Ninive.37 Un jour qu’il était prosterné dans le temple de Nisrok, son dieu, ses fils Adrammélek et Saréçer le frappèrent avec l’épée et se sauvèrent au pays d’Ararat. Asarhaddon, son fils, devint roi à sa place.

2 Rois 6,24-33

Posted in confiance en Dieu, découragement, pénitence (deuil, jeûne, mettre le sac) with tags on 17 juin 2013 by JL
Il advint, après cela, que Ben-Hadad, roi d’Aram, rassembla toute son armée et vint mettre le siège devant Samarie.25 Il y eut une grande famine à Samarie et le siège fut si dur que la tête d’âne valait 80 sicles d’argent et le quarteron d’oignons sauvages cinq sicles d’argent.26 Comme le roi passait sur le rempart, une femme lui cria : « Au secours, Monseigneur le roi ! « 27 Il répondit : « Si Yahvé ne te secourt pas, d’où pourrais-je te secourir ? Serait-ce de l’aire ou du pressoir ? « 28 Puis le roi lui dit : « Qu’as-tu ?  » Elle reprit : « Cette femme m’a dit : Donne ton fils, que nous le mangions aujourd’hui, et nous mangerons mon fils demain.29 Nous avons fait cuire mon fils et nous l’avons mangé ; le jour d’après, je lui ai dit : Donne ton fils, que nous le mangions, mais elle a caché son fils. »30 Quand le roi entendit les paroles de cette femme, il déchira ses vêtements ; le roi passait sur le rempart, et le peuple vit qu’en dessous, il portait le sac à même le corps.31 Il dit : « Que Dieu me fasse tel mal et y ajoute tel autre, si la tête d’Elisée fils de Shaphat lui reste aujourd’hui sur les épaules ! « 32 Elisée était assis dans sa maison et les anciens étaient assis avec lui, et le roi se fit précéder par un messager. Mais avant que celui-ci n’arrivât jusqu’à lui, Elisée dit aux anciens : « Avez-vous vu que ce fils d’assassin a donné l’ordre qu’on m’ôte la tête ! Voyez : quand arrivera le messager, fermez la porte et repoussez-le avec la porte. Est-ce que le bruit des pas de son maître ne le suit point ? « 33 Il leur parlait encore que le roi descendit chez lui et dit : « Voici que tout ce mal vient de Yahvé ! Pourquoi garderais-je confiance en Yahvé ? « 

2 Samuel 22,1-51

Posted in allégorie (analogie), allégorie et référence christique, ange (chérubins), bénédiction, cantique (chant de l'âme), chemin (voie du Seigneur), ciel (cieux), colère de Dieu, colonne de nuée et de feu, conquérir (combat spirituel), courage (force), découragement, dépendance ontologique, diable (démons, serpent), eaux innombrables (négatives), ecouter (voix du Seigneur), eternité (vie éternel), fidélité (infidélité), fondations (pieux sacré), humilité (humble), justice (justification, juste), libération (délivrance, joug), lumière (lampe), montagne du Seigneur (théophanie), onction (oindre), parole de Dieu (vivante), passage de la mort, péché (faute), pensée du monde (mondanité), prière d'invocation, prière de louange, pureté du coeur, rétribution (mérite), refuge (ville fortifié), remparts (murailles), rocher (forteresse), salut (rachat, rédemption), sauveur (rédempteur), shéol (hades, séjour des morts), ténèbre, tente du rendez-vous, Yahvé (nom du Seigneur, Je Suis) with tags on 16 mai 2013 by JL
David adressa à Yahvé les paroles de ce cantique, quand Yahvé l’eut délivré de tous ses ennemis et de la main de Saül.2 Il dit : Yahvé est mon roc et ma forteresse, et mon libérateur,3 c’est mon Dieu. Je m’abrite en lui, mon rocher, mon bouclier et ma corne de salut, ma citadelle et mon refuge. Mon sauveur, tu m’as sauvé de la violence.4 Il est digne de louanges, j’invoque Yahvé et je suis sauvé de mes ennemis.5 Les flots de la Mort m’enveloppaient, les torrents de Bélial m’épouvantaient ;6 les filets du shéol me cernaient, les pièges de la mort m’attendaient.7 Dans mon angoisse j’invoquai Yahvé et vers mon Dieu je lançai mon cri ; il entendit de son temple ma voix et mon cri parvint à ses oreilles.8 Et la terre s’ébranla et chancela, les assises des cieux frémirent (sous sa colère elles furent ébranlées) ;9 une fumée monta à ses narines, et de sa bouche un feu dévorait (des braises s’y enflammèrent).10 Il inclina les cieux et descendit, une sombre nuée sous ses pieds ;11 il chevaucha un chérubin et vola, il plana sur les ailes du vent.12 Il fit des ténèbres son entourage, sa tente, ténèbre d’eau, nuée sur nuée ;13 un éclat devant lui enflammait grêle et braises de feu.14 Yahvé tonna des cieux, le Très-Haut donna de la voix ;15 il décocha des flèches et les dispersa il fit briller l’éclair et les chassa.16 Et le lit des mers apparut, les assises du monde se découvrirent, au grondement de la menace de Yahvé, au vent du souffle de ses narines.17 Il envoie d’en haut et me prend, il me retire des grandes eaux,18 il me délivre d’un puissant ennemi, d’adversaires plus forts que moi.19 Ils m’attendaient au jour de mon malheur, mais Yahvé fut pour moi un appui ;20 il m’a dégagé, mis au large, il m’a sauvé, car il m’aime.21 Yahvé me rend selon ma justice, selon la pureté de mes mains il me rétribue,22 car j’ai gardé les voies de Yahvé sans faillir loin de mon Dieu.23 Ses jugements sont tous devant moi, ses décrets, je ne les ai pas écartés ;24 mais je suis irréprochable avec lui, je me garde contre le péché.25 Et Yahvé me rétribue selon ma justice, ma pureté qu’il voit de ses yeux.26 Tu es fidèle avec le fidèle, sans reproche avec l’irréprochable,27 pur avec qui est pur mais rusant avec le fourbe,28 toi qui sauves le peuple des humbles et rabaisses les yeux hautains.29 C’est toi, Yahvé, ma lampe, mon Dieu éclaire ma ténèbre ;30 avec toi je force l’enceinte, avec mon Dieu je saute la muraille.31 Dieu, sa voie est sans reproche, et la parole de Yahvé sans alliage. Il est, lui, le bouclier de quiconque s’abrite en lui.32 Qui donc est Dieu, hors Yahvé, qui est Rocher, sinon notre Dieu ?33 Ce Dieu qui me ceint de force et rend ma voie irréprochable,34 qui égale mes pieds à ceux des biches et me tient debout sur les hauteurs,35 qui instruit mes mains au combat, mes bras à bander l’arc d’airain.36 Tu me donnes ton bouclier de salut et tu ne cesses de m’exaucer,37 tu élargis mes pas sous moi et mes chevilles n’ont point fléchi.38 Je poursuis mes ennemis et les extermine et je ne reviens pas qu’ils ne soient achevés ;39 je les frappe, ils ne peuvent se relever, ils tombent, ils sont sous mes pieds.40 Tu m’as ceint de force pour le combat, tu fais ployer sous moi mes agresseurs ;41 mes ennemis, tu me fais voir leur dos, et ceux qui me haïssent, je les extermine.42 Ils crient, et pas de sauveur, vers Yahvé, mais pas de réponse ;43 je les broie comme la poussière des places, je les foule comme la boue des ruelles.44 Tu me délivres des querelles des peuples, tu me mets à la tête des nations ; le peuple que j’ignorais m’est asservi,45 les fils d’étrangers me font leur cour, ils sont tout oreille et m’obéissent,46 les fils d’étrangers faiblissent, ils quittent en tremblant leurs réduits.47 Vive Yahvé, et béni soit mon Rocher, exalté, le Dieu de mon salut,48 le Dieu qui me donne les vengeances et broie les peuples sous moi,49 qui me soustrait à mes ennemis. Tu m’exaltes par-dessus mes agresseurs, tu me libères de l’homme de violence.50 Aussi je te louerai, Yahvé, chez les païens, et je veux jouer pour ton nom.51 Il multiplie pour son roi les délivrances et montre de l’amour pour son oint, pour David et sa descendance à jamais.