Archive for the adversité (épreuve) Category

Isaïe 54,1-17

Posted in adversité (épreuve), allégorie (analogie), alliance, colère de Dieu, eaux innombrables (négatives), face de Dieu (visage), fécondité (prospérité, postérité), fidélité (infidélité), fondations (pieux sacré), Jérusalem (Sion), justice (justification, juste), paix, prophétie (oracle), remparts (murailles), sauveur (rédempteur) with tags on 11 février 2014 by JL

01 Crie de joie, femme stérile, toi qui n’as pas enfanté ; jubile, éclate en cris de joie, toi qui n’as pas connu les douleurs ! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de l’épouse, – dit le Seigneur.

02 Élargis l’espace de ta tente, déploie sans hésiter la toile de ta demeure, allonge tes cordages, renforce tes piquets !

03 Car tu vas te répandre au nord et au midi. Ta descendance dépossédera les nations, elle peuplera des villes désertées.

04 Ne crains pas, tu ne connaîtras plus la honte ; ne tiens pas compte des outrages, tu n’auras plus à rougir, tu oublieras la honte de ta jeunesse, tu ne te rappelleras plus le déshonneur de ton veuvage.

05 Car ton époux, c’est Celui qui t’a faite, son nom est « Le Seigneur de l’univers ». Ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël, il s’appelle « Dieu de toute la terre ».

06 Oui, comme une femme abandonnée, accablée, le Seigneur te rappelle. Est-ce que l’on rejette la femme de sa jeunesse ? – dit ton Dieu.

07 Un court instant, je t’avais abandonnée, mais dans ma grande tendresse, je te ramènerai.

08 Quand ma colère a débordé, un instant, je t’avais caché ma face. Mais dans mon éternelle fidélité, je te montre ma tendresse, – dit le Seigneur, ton rédempteur.

09 Je ferai comme au temps de Noé, quand j’ai juré que les eaux ne submergeraient plus la terre : de même, je jure de ne plus m’irriter contre toi, et de ne plus te menacer.

10 Même si les montagnes s’écartaient, si les collines s’ébranlaient, ma fidélité ne s’écarterait pas de toi, mon alliance de paix ne serait pas ébranlée, – dit le Seigneur, qui te montre sa tendresse.

11 Jérusalem, malheureuse, battue par la tempête, inconsolée, voici que je vais sertir tes pierres et poser tes fondations sur des saphirs.

12 Je ferai tes créneaux avec des rubis, tes portes en cristal de roche, et toute ton enceinte avec des pierres précieuses.

13 Tes fils seront tous disciples du Seigneur, et grande sera leur paix.

14 Tu seras établie sur la justice : loin de toi l’oppression, tu n’auras plus à craindre ; loin de toi la terreur, elle ne t’approchera plus.

15 Si l’on s’en prend à toi, moi, je n’y suis pour rien ; et quiconque s’en prend à toi devant toi tombera.

16 Voici que moi, j’ai créé l’artisan qui souffle sur les braises et en retire l’arme appropriée ; c’est moi aussi qui ai créé le destructeur pour ravager.

17 Toute arme forgée contre toi restera inefficace ; toute langue qui te citera au tribunal, tu la condamneras. Telle est la part des serviteurs du Seigneur, telle est la justice qui leur viendra de moi, – oracle du Seigneur.

Publicités

Isaïe 24,1-23

Posted in adversité (épreuve), attributs et noms divins, cantique (chant de l'âme), colère de Dieu, désolation (dévastation, ruine), diable (démons, serpent), gloire de Dieu, grâce (froment, vin nouveau, huile fraîche), Jérusalem (Sion), jour du Seigneur (déluge), kénose (abaissement, cœur brisé), malédiction, petit reste (rescapé), royaume de Dieu, vanité (néant) with tags on 6 février 2014 by JL

01 Voici que le Seigneur saccage la terre, qu’il la ravage, qu’il en bouleverse la face, qu’il en disperse les habitants.

02 Il en sera du prêtre comme du peuple, du maître comme de l’esclave, de la maîtresse comme de la servante, du vendeur comme de l’acheteur, du prêteur comme de l’emprunteur, du créancier comme du débiteur.

03 Saccagée, elle est saccagée, la terre ; pillée, elle est pillée. Car le Seigneur a proféré cette parole.

04 La terre est en deuil, elle s’épuise, le monde dépérit, il s’épuise, et le ciel dépérit en même temps que la terre.

05 La terre est profanée par ses habitants : ils ont transgressé les lois, ils ont changé les décrets, ils ont rompu l’alliance éternelle.

06 C’est pourquoi la malédiction dévore la terre : ses habitants en subissent la peine ; c’est pourquoi les habitants de la terre diminuent : il n’en reste qu’un petit nombre.

07 Deuil pour le vin nouveau : la vigne a dépéri ! Tous ceux qui avaient le cœur en fête se lamentent.

08 Elle a cessé, l’allégresse des tambourins ; il a pris fin, le joyeux vacarme ; elle a cessé, l’allégresse des cithares !

09 Ils ne boiront plus de vin en chantant ; la boisson forte est amère aux buveurs.

10 La cité-du-néant est en ruine, chaque maison est fermée, nul ne peut y entrer.

11 Dans la rue, on réclame du vin ; toute joie a disparu ; l’allégresse est bannie du pays.

12 Il ne reste de la ville que désolation : sa porte est brisée, fracassée.

13 Au cœur du pays, au milieu des populations, il en sera comme à la cueillette des olives, comme au grappillage après la vendange.

14 Ceux qui restent élèvent la voix, ils crient de joie ; du côté de la mer, on célèbre la grandeur du Seigneur ;

15 au pays de la lumière, on glorifie le Seigneur et, dans les îles de la mer, le nom du Seigneur, Dieu d’Israël.

16 Depuis les limites de la terre nous entendons des hymnes : « Honneur à Dieu le juste ! » Mais je dis : « Quelle épreuve pour moi ! Quelle épreuve pour moi ! Malheur à moi ! » Ils ont ravagé, les ravageurs ! Ravage : les ravageurs ont fait des ravages !

17 La frayeur, la fosse et le filet sont pour toi, habitant de la terre.

18 Celui qui fuit devant des cris de frayeur tombe dans la fosse ; celui qui remonte de la fosse est pris dans le filet ! Oui, les vannes d’en-haut s’ouvriront, les fondements de la terre trembleront.

19 La terre se brise, se brise en morceaux ! La terre éclate, elle vole en éclats ! La terre frémit, frémit tout entière !

20 La terre vacille, vacille comme un ivrogne, comme une cabane branlante ; son forfait pèse sur elle, elle tombe sans pouvoir se relever.

21 Ce jour-là, il arrivera que le Seigneur viendra sévir là-haut, contre l’armée d’en haut, et sur la terre contre les rois de la terre.

22 Ils seront entassés, enchaînés dans un cachot, prisonniers d’une prison. Après de nombreux jours, on sévira contre eux.

23 La lune rougira, le soleil se couvrira de honte. Car, sur le mont Sion et à Jérusalem, le Seigneur de l’univers régnera : devant les anciens resplendira sa gloire.

Ecclésiastique 34,1-31

Posted in ablution, adversité (épreuve), attributs et noms divins, béatitude (bonheur), bénédiction, buter (pierre d’achoppement), crainte de Dieu, espérance, impiété, loi, lumière (lampe), offrande (prémisse et autres), pardon (miséricorde, pitié), pauvre (faible), pénitence (deuil, jeûne, mettre le sac), prochain (amour du), protection divine (refuge, abri), sacrifice pour les péchés (expiation), sang, vision (songe, extase) with tags on 2 février 2014 by JL

01Les espoirs vains et trompeurs sont le lot des hommes stupides, et les songes donnent des ailes aux insensés.

02 S’arrêter à des songes, autant saisir une ombre ou poursuivre le vent.

03 Ce que l’on voit en songe n’est qu’un simple reflet : au lieu d’un visage réel, le semblant d’un visage.

04 De l’impur, que peut-il sortir de pur ? Du mensonge, que peut-il sortir de vrai ?

05 Divinations, présages, songes, autant de balivernes : délires d’une femme qui accouche !

06 À moins qu’ils ne soient envoyés comme une visite du Très-Haut, n’y attache pas ton esprit.

07 Les songes ont égaré bien des gens et fait tomber ceux qui avaient mis en eux leur espoir.

08 Mais la Loi ne trompe pas, elle accomplit ce qu’elle promet, la sagesse d’une bouche sincère trouve son accomplissement.

09 Un homme qui a voyagé a beaucoup appris, celui qui a de l’expérience parle en connaissance de cause.

10 Qui n’a pas été mis à l’épreuve connaît peu,

11 mais qui a voyagé est plein de ressources.

12 J’ai vu beaucoup de choses durant mes voyages, j’en sais plus que je ne pourrais dire.

13 J’ai été maintes fois en danger de mort, j’en suis sorti sain et sauf, grâce à mon expérience.

14 Ceux qui craignent le Seigneur auront la vie,

15 car ils ont mis leur espérance en celui qui les sauve.

16 Qui craint le Seigneur n’a rien à redouter, il ne s’effraie de rien, car c’est lui son espérance.

17 Qu’elle est heureuse, l’âme qui craint le Seigneur !

18 Sur qui prend-elle appui ? Qui est son soutien ?

19 Ceux qui aiment le Seigneur, le Seigneur les regarde : il est bouclier puissant, appui solide, abri contre le vent brûlant et le soleil de midi, protection contre l’obstacle, secours qui préserve de la chute ;

20 il relève l’âme, illumine le regard, donne guérison, vie et bénédiction.

21 Offrir en sacrifice un bien mal acquis, c’est se moquer ;

22 les dons des gens sans loi ne sont pas agréés.

23 Le Très-Haut n’agrée pas les offrandes des impies ; ce n’est pas le nombre des sacrifices qui lui fait pardonner les péchés.

24 Offrir un sacrifice avec les biens du pauvre, c’est sacrifier le fils sous les yeux de son père.

25 La vie des indigents tient à un peu de pain : qui le leur enlève est un assassin.

26 C’est tuer son prochain que lui retirer la subsistance,

27 c’est verser le sang que priver l’ouvrier de son salaire.

28 L’un construit, l’autre démolit ; qu’ont-ils gagné, sinon des peines ?

29 L’un prie, l’autre maudit ; de qui le Maître écoutera-t-il la voix ?

30 Si quelqu’un se purifie après avoir touché un cadavre et le touche à nouveau, à quoi lui aura servi son ablution ?

31 Ainsi l’homme qui jeûne à cause de ses péchés, puis y retourne et recommence : qui écoutera sa prière ? À quoi lui aura servi sa pénitence ?

Ecclésiastique 33,1-33

Posted in adversité (épreuve), crainte de Dieu, créateur (création), jugement, loi, oeuvre du Seigneur, poussière (cendre, glaise), rétribution (mérite) with tags on 2 février 2014 by JL

01À celui qui craint le Seigneur il n’arrive aucun mal : de chaque épreuve il est délivré.

02 Un homme sage n’aura pas d’aversion pour la Loi, mais qui triche avec elle est comme une barque dans la tempête.

03 Celui qui est intelligent se fie à la Loi, la Loi est pour lui aussi digne de foi qu’un oracle divin.

04 Prépare ton discours, et tu te feras écouter, rassemble tes idées avant d’intervenir.

05 Le cœur du fou est une roue de chariot, et son raisonnement, un essieu qui tourne sur lui-même.

06 Un ami moqueur est comme un étalon : il se met à hennir quel que soit son cavalier.

07 Comment se fait-il qu’un jour soit plus important qu’un autre, alors que, toute l’année, la lumière des jours vient du soleil ?

08 C’est le Seigneur qui, dans sa science, les a faits différents ; il a diversifié les temps et les fêtes.

09 Il en a élevé et sanctifié certains ; les autres, il les a pris pour faire nombre.

10 De même, les hommes sont tous tirés du sol, et c’est de la terre qu’Adam a été créé ;

11 mais, dans son vaste savoir, le Seigneur les a distingués : à chacun il offre un chemin différent.

12 Il en est parmi eux qu’il a bénis et élevés, il en est qu’il a consacrés, et dont il a fait ses proches. Il en a maudit et abaissé d’autres, il les a rejetés de leur place.

13 Comme l’argile est dans la main du potier, qui la modèle à son gré, ainsi les hommes sont dans la main de leur Créateur qui les rétribue selon son jugement.

14 Face au mal, le bien ; face à la mort, la vie ; de même, face à l’homme religieux, le pécheur.

15 Considère ainsi toutes les œuvres du Très-Haut : elles vont deux par deux, l’une en face de l’autre.

16 Et moi, dernier venu, j’ai été vigilant comme le grappilleur qui passe après les vendangeurs ;

17 grâce à la bénédiction du Seigneur j’ai rattrapé le retard et, autant qu’un vendangeur, j’ai rempli le pressoir.

18 Comprenez-le bien : ce n’est pas pour moi seul que j’ai peiné, mais pour tous ceux qui recherchent la sagesse.

19 Écoutez-moi, grands de ce peuple, et vous qui présidez l’assemblée, prêtez l’oreille !

20 Ni à ton fils ni à ta femme, ni à ton frère ni à ton ami, ne donne pouvoir sur toi durant ta vie. Ne fais don de tes biens à personne : tu pourrais t’en repentir et devoir les redemander.

21 Aussi longtemps que tu vis et qu’il te reste un souffle, ne te livre pas au pouvoir d’un mortel.

22 Car il vaut mieux que tes enfants te sollicitent que de dépendre de tes fils.

23 De toutes tes affaires, garde le contrôle, ne laisse pas ternir ta réputation.

24 Et quand arrivera le dernier des jours de ta vie, quand viendra l’heure de ta mort, tu répartiras ton héritage.

25 Fourrage, bâton et fardeau, voilà pour l’âne ; pour le domestique : pain, discipline et travail.

26 Fais travailler ton serviteur, tu trouveras le repos ; laisse ses mains inoccupées, il cherchera la liberté.

27 La bride et le joug font plier la nuque ; pour le mauvais domestique : sévices et châtiments.

28 Mets-le au travail de peur qu’il ne devienne paresseux,

29 car la paresse enseigne bien des vices.

30 Tiens-le à l’ouvrage, selon ce qui lui convient, et s’il n’obéit pas, mets-lui des fers aux pieds ; mais ne dépasse la mesure avec personne, et ne fais rien sans discernement.

32 As-tu un domestique ? Qu’il soit comme un autre toi-même, puisque tu l’as acquis dans le sang. As-tu un domestique ? Traite-le comme un frère, puisque tu as besoin de lui comme de toi-même.

32 Si tu le maltraites et qu’il s’enfuie,

33 sur quel chemin iras-tu le chercher ?

Ecclésiastique 22,1-27

Posted in adversité (épreuve), calomnie, médisance (langue), connaissance (intelligence de la foi), courage (force), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), pauvre (faible), sang with tags on 31 janvier 2014 by JL

Le paresseux est semblable à une pierre crottée, tout le monde le persifle.2 Le paresseux est semblable à une poignée d'ordures, quiconque le touche secoue la main.3 C'est la honte d'un père que d'avoir donné le jour à un fils mal élevé, mais une fille naît pour sa confusion.4 Une fille sensée trouvera un mari, mais la fille indigne est le chagrin de celui qui l'a engendrée.5 Une fille éhontée déshonore son père et son mari, l'un et l'autre la renient.6 Remontrances inopportunes : musique en un jour de deuil ; coups de fouet et correction, voilà en tout temps la sagesse.7 Des enfants qui mènent une vie honnête en ne manquant de rien, font oublier l'origine obscure de leur parents.8 Des enfants méprisants, mals élevés, gonflés d'orgueil, souillent la noblesse de leur famille.9 C'est recoller des tessons que d'enseigner un sot, c'est réveiller un homme abruti de sommeil.10 Raisonner un sot c'est raisonner un homme assoupi, à la fin il dira : « De quoi s'agit-il ? « 11 Pleure un mort : il a perdu la lumière, pleure un insensé : il a perdu l'esprit ; pleure plus doucement le mort, car il a trouvé le repos, pour l'insensé la vie est plus triste que la mort.12 Pour un mort le deuil dure sept jours, pour l'insensé et l'impie, tous les jours de leur vie.13 N'adresse pas de longs discours à l'insensé, ne va pas au-devant du sot, garde-toi de lui pour n'avoir pas d'ennuis, pour ne pas te souiller à son contact. Ecarte-toi de lui, tu trouveras le repos, ses divagations ne t'ennuieront pas.14 Qu'y-a-t-il de plus lourd que le plomb ? Comment cela s'appelle-t-il ? L'insensé.15 Le sable, le sel, la masse de fer sont plus faciles à porter que l'insensé.16 Une charpente de bois assemblée dans une construction ne se laisse pas disjoindre par un tremblement de terre ; un coeur résolu, après mûre réflexion, ne se laisse pas émouvoir à l'heure du danger.17 Un coeur appuyé sur une sage réflexion est comme un ornement de stuc sur un mur poli.18 De petits cailloux au sommet d'un mur ne résistent pas au vent : le coeur du sot effrayé par ses imaginations ne peut résister à la peur.19 En frappant l'oeil on fait couler des larmes, en frappant le coeur on fait apparaître les sentiments.20 Qui lance une pierre sur des oiseaux les fait envoler, qui fait un reproche à son ami tue l'amitié.21 Si tu as tiré l'épée contre ton ami, ne te désespère pas : il peut revenir ;22 si tu as ouvert la bouche contre ton ami, ne crains pas : une réconciliation est possible, sauf le cas d'outrage, mépris, trahison d'un secret, coup perfide, car alors ton ami s'en ira.23 Gagne la confiance de ton prochain dans sa pauvreté afin que, dans sa prospérité, tu jouisses avec lui de ses biens ; aux jours d'épreuve demeure-lui fidèle afin de recevoir, s'il vient à hériter, ta part de l'héritage.24 Précédant les flammes on voit la vapeur du brasier et la fumée ; ainsi, précédant le sang, les injures.25 Je n'aurai pas honte de protéger un ami et de lui je ne me cacherai pas ;26 et s'il m'arrive du mal par lui, tous ceux qui l'apprendront se garderont de lui.27 Qui mettra une garde à ma bouche et sur mes lèvres le sceau du discernement, afin que je ne trébuche pas par leur fait, que ma langue ne cause pas ma perte ?

Ecclésiastique 12,1-18

Posted in adversité (épreuve), attributs et noms divins, charité (partage, aumône), châtiment, impiété, mal (méchanceté), péché (faute) with tags on 30 janvier 2014 by JL

Si tu fais le bien, sache à qui tu le fais et tes bienfaits ne seront pas perdus.2 Fais le bien à un homme pieux, il te le rendra, sinon par lui-même, du moins par le Très-Haut.3 Pas de bienfaits à qui persévère dans le mal et se refuse à faire la charité.4 Donne à l'homme pieux et ne viens pas en aide au pécheur.5 Fais le bien à qui est humble et ne donne pas à l'impie. Refuse-lui son pain, ne le lui donne pas, il en deviendrait plus fort que toi. Car tu serais payé au double en méchanceté pour tous les bienfaits dont tu l'aurais gratifié.6 Car le Très-Haut lui-même a les pécheurs en horreur et aux impies il infligera une punition.7 Donne à l'homme bon, mais ne viens pas en aide au pécheur.8 Dans la prospérité on ne peut reconnaître le véritable ami, et dans l'adversité l'ennemi ne peut se cacher.9 Quand un homme est heureux, ses ennemis ont du chagrin ; quand il est malheureux, même son ami l'abandonne.10 Ne te fie jamais à ton ennemi ; de même que l'airain se rouille, ainsi fait sa méchanceté.11 Même s'il se fait humble et s'avance en courbant l'échine, veille sur toi-même et méfie-toi de lui. Agis envers lui comme si tu polissais un miroir, sache que sa rouille ne tiendra pas jusqu'à la fin.12 Ne le mets pas près de toi, il pourrait te renverser et prendre ta place. Ne le fais pas asseoir à ta droite, il chercherait à te ravir ton siège, et finalement tu comprendrais mes paroles, tu te repentirais en songeant à mon discours.13 Qui aurait pitié du charmeur que mord le serpent et de tous ceux qui affrontent les bêtes féroces ?14 Il en va de même de celui qui fait du pécheur son compagnon et qui prend part à ses péchés.15 Il reste quelque temps avec toi, mais, si tu chancelles, il ne se contient plus.16 L'ennemi n'a que douceur sur les lèvres, mais dans son coeur il médite de te jeter dans la fosse. L'ennemi a des larmes dans les yeux, et s'il trouve l'occasion il ne se rassasiera pas de sang.17 Si le sort t'est contraire, tu le trouveras là avant toi, et sous prétexte de t'aider il te saisira le talon.18 Il hochera la tête et battra des mains, il ne fera que murmurer et changer de visage.

Ecclésiastique 2,1-18

Posted in adversité (épreuve), chemin (voie du Seigneur), confession, confiance en Dieu, courage (force), crainte de Dieu, détresse (désespoir), droiture, espérance, eternité (vie éternel), fidélité (infidélité), foi (adhérance), humilité (humble), joie divine (jubilation), jour du Seigneur (déluge), mettre à l'épreuve (soumettre à la tentation), pardon (miséricorde, pitié), passage de la mort, pureté du coeur, rétribution (mérite) with tags on 29 janvier 2014 by JL

Mon fils, si tu prétends servir le Seigneur, prépare-toi à l'épreuve.2 Fais-toi un coeur droit, arme-toi de courage, ne te laisse pas entraîner, au temps de l'adversité.3 Attache-toi à lui, ne t'éloigne pas, afin d'être exalté à ton dernier jour.4 Tout ce qui t'advient, accepte-le et, dans les vicissitudes de ta pauvre condition, montre-toi patient,5 car l'or est éprouvé dans le feu, et les élus dans la fournaise de l'humiliation.6 Mets en Dieu ta confiance et il te viendra en aide, suis droit ton chemin et espère en lui.7 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde, ne vous écartez pas, de peur de tomber.8 Vous qui craignez le Seigneur, ayez confiance en lui, et votre récompense ne saurait faillir.9 Vous qui craignez le Seigneur, espérez ses bienfaits, la joie éternelle et la miséricorde.10 Considérez les générations passées et voyez : qui donc, confiant dans le Seigneur, a été confondu ? Ou qui, persévérant dans sa crainte, a été abandonné ? Ou qui l'a imploré sans avoir été écouté ?11 Car le Seigneur est compatissant et miséricordieux, il remet les péchés et sauve au jour de la détresse.12 Malheur aux coeurs lâches et aux mains nonchalantes, et au pécheur dont la conduite est double.13 Malheur au coeur nonchalant faute de foi, car il ne sera pas protégé.14 Malheur à vous qui avez perdu l'endurance, que ferez-vous lorsque le Seigneur vous visitera ?15 Ceux qui craignent le Seigneur ne transgressent pas ses paroles, ceux qui l'aiment observent ses voies.16 Ceux qui craignent le Seigneur cherchent à lui plaire, ceux qui l'aiment se rassasient de la loi.17 Ceux qui craignent le Seigneur ont un coeur toujours prêt et savent s'humilier devant lui.18 Jetons-nous dans les bras du Seigneur, et non dans ceux des hommes, car telle est sa majesté, telle aussi sa miséricorde.