Archive for the jubilé Category

Isaïe 61,1-11

Posted in allégorie et référence christique, alliance, bénédiction, déportation (captif, exil), droiture, Esprit-Saint, eternité (vie éternel), fécondité (prospérité, postérité), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), humilité (humble), Jérusalem (Sion), joie divine (jubilation), jubilé, justice (justification, juste), kénose (abaissement, cœur brisé), libération (délivrance, joug), Marie, messie, onction (oindre), pénitence (deuil, jeûne, mettre le sac), prière de louange, sacerdoce baptésimale (prophète et roi) with tags on 12 février 2014 by JL

01 L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération,

02 proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur, et un jour de vengeance pour notre Dieu, consoler tous ceux qui sont en deuil,

03 ceux qui sont en deuil dans Sion, mettre le diadème sur leur tête au lieu de la cendre, l’huile de joie au lieu du deuil, un habit de fête au lieu d’un esprit abattu. Ils seront appelés « Térébinthes de justice », « Plantation du Seigneur qui manifeste sa splendeur ».

04 Ils rebâtiront les ruines antiques, ils relèveront les demeures dévastées des ancêtres, ils restaureront les villes en ruines, dévastées depuis des générations.

05 Des gens venus d’ailleurs se présenteront pour paître vos troupeaux, des étrangers seront vos laboureurs et vos vignerons.

06 Vous serez appelés « Prêtres du Seigneur » ; on vous dira « Servants de notre Dieu. » Vous vivrez de la ressource des nations et leur gloire sera votre parure.

07 Au lieu de votre honte : double part ! Au lieu de vos opprobres : cris de joie ! Ils recevront dans leur pays double héritage, ils auront l’allégresse éternelle.

08 Parce que moi, le Seigneur, j’aime le bon droit, parce que je hais le vol et l’injustice, loyalement, je leur donnerai la récompense, je conclurai avec eux une alliance éternelle.

09 Leurs descendants seront connus parmi les nations, et leur postérité, au milieu des peuples. Qui les verra pourra reconnaître la descendance bénie du Seigneur.

10 Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a vêtue des vêtements du salut, il m’a couverte du manteau de la justice, comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses joyaux.

11 Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Publicités

Nombres 36,1-13

Posted in jubilé, Uncategorized with tags on 24 février 2013 by JL
Les chefs de famille du clan des fils de Galaad, fils de Makir, fils de Manassé, l’un des clans des fils de Joseph, se présentèrent. Ils prirent la parole en présence de Moïse et des princes, chefs de famille des Israélites,2 et dirent : « Yahvé a ordonné à Monseigneur de donner le pays aux Israélites en le répartissant par le sort ; et Monseigneur a reçu de Yahvé l’ordre de donner la part d’héritage de Celophehad, notre frère, à ses filles.3 Or, si elles épousent un membre d’une autre tribu israélite, leur part sera retranchée de la part de nos pères. La part de la tribu à laquelle elles vont appartenir sera augmentée, et la part que le sort nous a donnée sera réduite.4 Et quand viendra le jubilé pour les Israélites, la part de ces femmes sera ajoutée à la part de la tribu à laquelle elles vont appartenir, et elle sera retranchée de la part de notre tribu. »5 Moïse, sur l’ordre de Yahvé, donna cet ordre aux Israélites. Il dit : « La tribu des fils de Joseph a parlé juste.6 Voici ce que Yahvé ordonne pour les filles de Celophehad : Elles épouseront qui bon leur semblera, pourvu qu’elles se marient dans un clan de la tribu de leur père.7 La part des Israélites ne passera pas de tribu à tribu ; les Israélites resteront attachés chacun à la part de sa tribu.8 Toute fille qui possède une part dans l’une des tribus Israélites devra se marier dans un clan de sa tribu paternelle, de sorte que les Israélites conservent chacun la part de son père.9 Une part ne pourra être transférée d’une tribu à l’autre : chacune des tribus des Israélites restera attachée à sa part. »10 Les filles de Celophehad firent comme Yahvé l’avait ordonné à Moïse.11 Mahla, Tirça, Hogla, Milka et Noa, filles de Celophehad, épousèrent les fils de leurs oncles paternels.12 Comme elles s’étaient mariées dans des clans des fils de Manassé, fils de Joseph, c’est à la tribu du clan de leur père que revint leur part.13 Tels sont les commandements et les lois que Yahvé prescrivit aux Israélites, par l’intermédiaire de Moïse, dans les Steppes de Moab, près du Jourdain, vers Jéricho.

Lévitique 27,1-34

Posted in jubilé, premier-né (prémisse), rendre grâce (dîme) with tags on 10 février 2013 by JL
Yahvé parla à Moïse et dit :2 Parle aux Israélites, tu leur diras : Si quelqu’un veut s’acquitter envers Yahvé du voeu qu’il a fait de la valeur d’une personne,3 un homme entre vingt et 60 ans sera estimé à 50 sicles d’argent — sicle du sanctuaire —4 pour une femme l’estimation sera de 30 sicles ;5 entre cinq et vingt ans, le garçon sera estimé à vingt sicles et la fille à dix sicles ;6 entre un mois et cinq ans, le garçon sera estimé à cinq sicles d’argent et la fille à trois sicles d’argent ;7 à 60 ans et au-dessus, l’homme sera estimé à quinze sicles et la femme à dix sicles.8 Si celui qui a voué est incapable de faire face à cette estimation, il présentera la personne au prêtre. Celui-ci fera l’estimation, mais il la fera selon les ressources de celui qui a voué.9 S’il s’agit d’animaux dont on peut faire offrande à Yahvé, tout animal que l’on donne à Yahvé sera chose consacrée.10 On ne pourra ni le changer ni le remplacer, mettre un bon pour un mauvais ou un mauvais pour un bon. Si l’on substitue un animal à un autre, l’un et l’autre seront choses consacrées.11 S’il s’agit d’un animal impur dont on ne peut faire offrande à Yahvé, quel qu’il soit, on le présentera au prêtre12 et celui-ci en fera l’estimation, le jugeant bon ou mauvais ; on s’en tiendra à son estimation,13 mais si l’on veut le racheter, on majorera cette estimation d’un cinquième.14 Si un homme consacre sa maison à Yahvé, le prêtre en fera l’estimation, la jugeant de grande ou de faible valeur. On s’en tiendra à l’estimation du prêtre,15 mais si cet homme qui a voué la maison la veut racheter, il majorera cette estimation d’un cinquième et elle lui reviendra.16 Si un homme consacre à Yahvé l’un des champs de son patrimoine, l’estimation en sera faite en fonction de son produit à raison de 50 sicles d’argent pour un muid d’orge.17 S’il consacre le champ pendant l’année jubilaire, on s’en tiendra à cette estimation ;18 mais s’il le consacre après le jubilé, le prêtre en calculera le prix en fonction des années restant à courir jusqu’à celle du jubilé et une déduction sera faite sur l’estimation.19 S’il veut racheter le champ, il majorera l’estimation d’un cinquième et le champ lui reviendra.20 S’il ne le rachète pas mais le vend à un autre, le droit de rachat s’éteint ;21 quand à l’année jubilaire l’acquéreur devra l’abandonner, ce sera chose consacrée à Yahvé, tel un champ dévoué par anathème : la propriété de cet homme passe au prêtre.22 S’il consacre à Yahvé un champ qu’il a acquis mais qui ne fait pas partie de son patrimoine,23 le prêtre en calculera le prix d’estimation en fonction du temps à courir jusqu’à l’année jubilaire, et l’homme en versera le montant ce jour même à titre de chose consacrée à Yahvé.24 Lors de l’année jubilaire le champ reviendra au vendeur, à celui dont c’est la propriété dans le pays.25 Toute estimation sera faite en sicles du sanctuaire, vingt géras valant un sicle.26 Nul, toutefois, ne pourra de son bétail consacrer un premier-né qui de droit appartient à Yahvé ; gros ou petit bétail, il appartient à Yahvé.27 Mais si c’est un animal impur on pourra le racheter au prix d’une estimation majorée d’un cinquième ; s’il n’est pas racheté, l’animal sera vendu au prix de l’estimation.28 Cependant rien de ce qu’un homme dévoue par anathème à Yahvé ne peut être vendu ou racheté, rien de ce qu’il peut posséder en hommes, bêtes ou champs patrimoniaux. Tout anathème est chose très sainte qui appartient à Yahvé.29 Aucun être humain dévoué par anathème ne pourra être racheté, il sera mis à mort.30 Toute dîme du pays prélevée sur les produits de la terre ou sur les fruits des arbres appartient à Yahvé ; c’est une chose consacrée à Yahvé.31 Si un homme veut racheter une partie de sa dîme, il en majorera la valeur d’un cinquième.32 En toute dîme de gros et de petit bétail, sera chose consacrée à Yahvé le dixième de tout ce qui passe sous la houlette.33 On ne triera pas le bon et le mauvais, on ne fera pas de substitution : si l’on en fait une, l’animal et son remplaçant seront choses consacrées sans possibilité de rachat.34 Tels sont les ordres que Yahvé donna à Moïse sur le mont Sinaï à l’intention des Israélites.

Lévitique 25,8-55

Posted in esclavage (du péché), etranger (terre étrangère), indulgence (intercession), jubilé, sabbat, sacrifice pour les péchés (expiation) with tags on 8 février 2013 by JL
Tu compteras sept semaines d'années, sept fois sept ans, c'est-à-dire le temps de sept semaines d'années, 49 ans.9 Le septième mois, le dixième jour du mois tu feras retentir l'appel de la trompe ; le jour des Expiations vous sonnerez de la trompe dans tout le pays.10 Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l'affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé : chacun de vous rentrera dans son patrimoine, chacun de vous retournera dans son clan.11 Cette cinquantième année sera pour vous une année jubilaire : vous ne sèmerez pas, vous ne moissonnerez pas les épis qui n'auront pas été mis en gerbe, vous ne vendangerez pas les ceps qui auront poussé librement.12 Le jubilé sera pour vous chose sainte, vous mangerez des produits des champs.13 En cette année jubilaire vous rentrerez chacun dans votre patrimoine.14 Si tu vends ou si tu achètes à ton compatriote, que nul ne lèse son frère !15 C'est en fonction du nombre d'années écoulées depuis le jubilé que tu achèteras à ton compatriote ; c'est en fonction du nombre d'années productives qu'il te fixera le prix de vente.16 Plus sera grand le nombre d'années, plus tu augmenteras le prix, moins il y aura d'années, plus tu le réduiras, car c'est un certain nombre de récoltes qu'il te vend.17 Que nul d'entre vous ne lèse son compatriote, mais aie la crainte de ton Dieu, car c'est moi Yahvé votre Dieu.18 Vous mettrez en pratique mes lois et mes coutumes, vous les garderez pour les mettre en pratique, et ainsi vous habiterez dans le pays en sécurité.19 La terre donnera son fruit, vous mangerez à satiété et vous habiterez en sécurité.20 Pour le cas où vous diriez : « Que mangerons-nous en cette septième année si nous n'ensemençons pas et ne récoltons pas nos produits » —21 j'ai prescrit à ma bénédiction de vous être acquise la sixième année en sorte qu'elle assure des produits pour trois ans.22 Quand vous sèmerez la huitième année vous pourrez encore manger des produits anciens jusqu'à la neuvième année ; jusqu'à ce que viennent les produits de cette année-là vous mangerez des anciens.23 La terre ne sera pas vendue avec perte de tout droit, car la terre m'appartient et vous n'êtes pour moi que des étrangers et des hôtes.24 Pour toute propriété foncière vous laisserez un droit de rachat sur le fonds.25 Si ton frère tombe dans la gêne et doit vendre de son patrimoine, son plus proche parent viendra chez lui exercer ses droits familiaux sur ce que vend son frère.26 Celui qui n'a personne pour exercer ce droit pourra, lorsqu'il aura trouvé de quoi faire le rachat,27 calculer les années que devrait durer l'aliénation, restituer à l'acheteur le montant pour le temps encore à courir, et rentrer dans son patrimoine.28 S'il ne trouve pas de quoi opérer cette restitution, le fonds vendu restera à l'acquéreur jusqu'à l'année jubilaire. C'est au jubilé que celui-ci en sortira pour rentrer dans son propre patrimoine.29 Si quelqu'un vend une maison d'habitation dans une ville enclose d'une muraille, il aura droit de rachat jusqu'à l'expiration de l'année qui suit la vente ; son droit de rachat est limité à l'année30 et, si le rachat n'a pas été fait à l'expiration de l'année, cette maison en ville close sera la propriété de l'acquéreur et de ses descendants à l'exclusion de tout autre droit : il n'aura pas à en sortir au jubilé.31 Mais les maisons des villages non enclos de murailles seront considérées comme sises à la campagne, elles comporteront droit de rachat et l'acquéreur en devra sortir au jubilé.32 Quant aux villes des lévites, aux maisons des villes que ceux-ci possèdent, elles comportent à leur profit un droit de rachat perpétuel.33 Et si c'est un lévite qui subit l'effet du droit de rachat, il quittera au jubilé le bien vendu pour retourner à sa maison, à la ville où il a un titre de propriété. Les maisons des villes des lévites sont en effet leur propriété au milieu des Israélites,34 et les champs de culture dépendant de ces villes ne pourront pas être vendus, car c'est leur propriété pour toujours.35 Si ton frère qui vit avec toi tombe dans la gêne et s'avère défaillant dans ses rapports avec toi, tu le soutiendras à titre d'étranger ou d'hôte et il vivra avec toi.36 Ne lui prends ni travail ni intérêts, mais aie la crainte de ton Dieu et que ton frère vive avec toi.37 Tu ne lui donneras pas d'argent pour en tirer du profit ni de la nourriture pour en percevoir des intérêts :38 je suis Yahvé votre Dieu qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte pour vous donner le pays de Canaan, pour être votre Dieu.39 Si ton frère tombe dans la gêne alors qu'il est en rapports avec toi et s'il se vend à toi, tu ne lui imposeras pas un travail d'esclave ;40 il sera pour toi comme un salarié ou un hôte et travaillera avec toi jusqu'à l'année jubilaire.41 Alors il te quittera, lui et ses enfants, et il retournera dans son clan, il rentrera dans la propriété de ses pères.42 Ils sont en effet mes serviteurs, eux que j'ai fait sortir du pays d'Egypte, et ils ne doivent pas se vendre comme un esclave se vend.43 Tu n'exerceras pas sur lui un pouvoir de contrainte mais tu auras la crainte de ton Dieu.44 Les serviteurs et servantes que tu auras viendront des nations qui vous entourent ; c'est d'elles que vous pourrez acquérir serviteurs et servantes.45 De plus vous en pourrez acquérir parmi les enfants des hôtes qui résident chez vous ainsi que de leurs familles qui vivent avec vous et qu'ils ont engendrées sur votre sol : ils seront votre propriété46 et vous les laisserez en héritage à vos fils après vous pour qu'ils les possèdent à titre de propriété perpétuelle. Vous les aurez pour esclaves, mais sur vos frères, les Israélites, nul n'exercera un pouvoir de contrainte.47 Si l'étranger ou celui qui est ton hôte atteint une certaine aisance alors que ton frère, dans ses rapports avec lui, tombe dans la gêne et se vend à cet étranger, à cet hôte, ou au descendant de la famille d'un résidant,48 il jouira d'un droit de rachat, vente faite, et l'un de ses frères pourra le racheter.49 Pourront le racheter son oncle paternel, le fils de son oncle ou l'un des membres de sa famille ; ou, s'il en a les moyens, il pourra se racheter lui-même.50 En accord avec celui qui l'a acquis, il fera le compte des années comprises entre l'année de la vente et l'année jubilaire ; le montant du prix de vente sera évalué en fonction des années, en comptant ses journées comme celles d'un salarié.51 S'il reste encore beaucoup d'années à courir, c'est en fonction de leur nombre qu'il remboursera comme valeur de son rachat une partie de son prix de vente.52 S'il ne reste que peu d'années à courir jusqu'au jubilé, c'est en fonction de leur nombre qu'il calculera ce qu'il remboursera pour son rachat,53 comme s'il était salarié à l'année. On ne le traitera pas arbitrairement sous tes yeux.54 S'il n'a été racheté d'aucune de ces manières, c'est en l'année jubilaire qu'il s'en ira, lui et ses enfants avec lui.55 Car c'est de moi que les Israélites sont les serviteurs ; ce sont mes serviteurs que j'ai fait sortir du pays d'Egypte. Je suis Yahvé votre Dieu.