Archive for the conscience (examen) Category

Malachie 3,1-24

Posted in abondance, adultère (luxure, prostitution), allégorie et référence christique, alliance, anathème, attributs et noms divins, béatitude (bonheur), bénédiction, calomnie, médisance (langue), chercher Dieu, ciel (cieux), commandements (préceptes, décrets), conscience (examen), conversion (faire retour, repentir), crainte de Dieu, diable (démons, serpent), Dieu écoute, exauce, faire mémoire (mémorial, solennité), fécondité (prospérité, postérité), fidélité (infidélité), grâce (froment, vin nouveau, huile fraîche), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), impiété, inhabitation (présence divine), jour du Seigneur (déluge), jugement, justice (justification, juste), loi, lumière (lampe), maison (demeures) du Seigneur, mal (méchanceté), malédiction, mettre à l'épreuve (soumettre à la tentation), miracle (guérison, signe), offrande (prémisse et autres), opprimé (oppression), passage de la mort, Père et Fils, peuple de Dieu (Israel, Juda), porter du fruit, poussière (cendre, glaise), purgatoire, purification, rendre grâce (dîme), serment (vœux), source d'eau vive (rosée, pluie), témoignage (témoin), temple (sanctuaire), terre promise (terre sainte), veuve, orphelin, indigent, Yahvé (nom du Seigneur, Je Suis) with tags on 7 mars 2014 by JL

01Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, – dit le Seigneur de l’univers.

02 Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.

03 Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice.

04 Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.

05 Je m’approcherai de vous pour le jugement ; sans attendre, je témoignerai contre les magiciens, contre les adultères, contre ceux qui font de faux serments, contre ceux qui oppriment le salarié, la veuve et l’orphelin, qui excluent l’immigré et qui ne me craignent pas, – dit le Seigneur de l’univers.

06 Moi, le Seigneur, je n’ai pas changé, mais vous, fils de Jacob, vous n’en finissez pas de changer :

07 depuis les jours de vos pères, vous vous écartez de mes décrets et ne les gardez pas. Revenez à moi, et je reviendrai à vous, – dit le Seigneur de l’univers. Vous demandez : « En quoi devrons-nous revenir ? »

08 – Un homme peut-il tromper Dieu ? Et vous me trompez ! Vous dites : « En quoi t’avons-nous trompé ? » – Pour la dîme et les redevances.

09 Vous êtes maudits de malédiction, vous me trompez, vous, la nation entière !

10 Apportez toute la dîme à la maison du trésor, pour qu’il y ait de la nourriture dans ma Maison. Soumettez-moi donc ainsi à l’épreuve, – dit le Seigneur de l’univers –, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses du ciel si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance !

11 Pour vous, je menacerai l’insecte vorace : qu’il ne détruise plus les fruits de votre sol, et que la vigne de vos campagnes ne soit plus stérile, – dit le Seigneur de l’univers.

12 Toutes les nations vous diront bienheureux, car vous serez alors une terre de délices, – dit le Seigneur de l’univers.

13 Vous avez contre moi des paroles dures, – dit le Seigneur. Et vous osez demander : « Qu’avons-nous dit entre nous contre toi ? »

14 Voici ce que vous avez dit : « Servir Dieu n’a pas de sens. À quoi bon garder ses observances, mener une vie sans joie en présence du Seigneur de l’univers ?

15 Nous en venons à dire bienheureux les arrogants ; même ceux qui font le mal sont prospères, même s’ils mettent Dieu à l’épreuve, ils en réchappent ! »

16 Alors ceux qui craignent le Seigneur s’exhortèrent mutuellement. Le Seigneur fut attentif et les écouta ; un livre fut écrit devant lui pour en garder mémoire, en faveur de ceux qui le craignent et qui ont le souci de son nom.

17 Le Seigneur de l’univers déclara : Ils seront mon domaine particulier pour le jour que je prépare. Je serai indulgent envers eux, comme un homme est indulgent envers le fils qui le sert fidèlement.

18 Vous verrez de nouveau qu’il y a une différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui refuse de le servir.

19 Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme la fournaise. Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera, – dit le Seigneur de l’univers –, il ne leur laissera ni racine ni branche.

20 Mais pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera : il apportera la guérison dans son rayonnement. Vous sortirez en bondissant comme de jeunes veaux à la pâture.

21 Vous foulerez les méchants, car ils seront de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prépare, – dit le Seigneur de l’univers.

22 Souvenez-vous de la loi de Moïse, mon serviteur, à qui j’ai prescrit, sur l’Horeb, décrets et ordonnances pour tout Israël.

23 Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable.

24 Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, et le cœur des fils vers leurs pères, pour que je ne vienne pas frapper d’anathème le pays !

 

Publicités

Ecclésiastique 37,1-31

Posted in chemin (voie du Seigneur), conscience (examen), mal (méchanceté), oeuvres (notre contribution), pureté du coeur, vérité with tags on 3 février 2014 by JL

01Tous tes amis diront : « Moi aussi, je suis ton ami ! », mais tel n’est ami que de nom.

02 N’est-ce pas triste à mourir de voir un compagnon ou un ami se changer en ennemi ?

03 Ô mauvais penchant, d’où as-tu été tiré pour couvrir ainsi la terre de fourberie ?

04 Si l’ami n’est qu’un compagnon de plaisir, au temps de la fête, que vienne la détresse, il changera de camp.

05 Si l’ami a souffert de la faim avec son compagnon, au moment du combat, il prendra les armes avec lui.

06 Que ton cœur n’oublie jamais un ami, ne perds pas son souvenir si tu deviens riche.

07 Tout conseiller fait valoir son avis, mais il en est qui conseillent dans leur propre intérêt.

08 Méfie-toi d’un donneur de conseils, sache d’abord de quoi il a besoin, car il donne des conseils intéressés. Il pourrait jeter sur toi son dévolu

09 et te dire : « Tu es sur le bon chemin », puis il prendra ses distances pour voir ce qui t’arrive.

10 Ne consulte pas quelqu’un de sournois ; à ceux qui te jalousent cache ton projet.

11 Ne consulte pas non plus une femme sur sa rivale, un lâche sur la guerre, un négociant sur le taux de change, un acheteur sur une vente, un envieux sur la générosité, un homme sans cœur sur la bienfaisance, un paresseux sur quelque ouvrage que ce soit, un travailleur saisonnier sur l’achèvement de la moisson, un serviteur paresseux sur une grosse besogne. Pour un conseil, ne te fie à aucun de ces gens-là.

12 Mais adresse-toi toujours à un homme religieux, dont tu sais qu’il observe les commandements, qui a un cœur selon ton cœur et qui, si tu échoues, partagera ta souffrance.

13 Puis tiens-t’en au conseil de ton cœur, car personne ne t’est plus fidèle que lui.

14 Bien souvent, l’âme d’un homme l’avertit mieux que sept veilleurs en faction sur la hauteur.

15 Mais, par-dessus tout, supplie le Très-Haut de diriger tes pas dans la vérité.

16 Le point de départ de toute œuvre, c’est la réflexion ; toute entreprise est précédée d’un projet.

17 La racine des pensées, c’est le cœur ;

18 il en sort quatre rameaux : le bien et le mal, la vie et la mort ; et celle qui décide de tout, c’est la langue.

19 Tel homme est habile pour en instruire beaucoup, mais pour lui-même il n’est bon à rien.

20 Tel autre veut faire étalage de sagesse et se rend détestable, il finira par mourir de faim :

21 le Seigneur ne lui donne pas de plaire car il est dépourvu de toute sagesse.

22 Tel, enfin, est sage dans son cœur, et les fruits de son intelligence, dans sa bouche, sont dignes de foi.

23 C’est l’homme sage qui enseigne son peuple : les fruits de son intelligence sont dignes de foi !

24 L’homme sage est comblé de bénédictions ; tous ceux qui le voient le proclament heureux.

25 Les jours d’une vie humaine sont comptés, mais les jours d’Israël sont sans nombre.

26 Le sage, au milieu de son peuple, gagne la confiance, et son nom vivra à jamais.

27 Mon fils, sur ton mode de vie éprouve-toi toi-même, vois ce qui te fait du mal et ne te l’accorde pas.

28 Car tout ne convient pas à tous, et tous ne trouvent pas agrément à tout.

29 Ne sois pas insatiable des plaisirs de la table, et ne te précipite pas sur les plats,

30 car, à trop manger, on se rend malade et la gloutonnerie provoque des coliques.

31 Beaucoup même en sont morts, mais qui se modère prolonge sa vie.

Ecclésiastique 32,1-24

Posted in chemin (voie du Seigneur), chercher Dieu, confiance en Dieu, conscience (examen), crainte de Dieu, justice (justification, juste), loi with tags on 2 février 2014 by JL

01 On t’a choisi pour présider un banquet ? Ne prends pas de grands airs. Sois un simple convive parmi les autres, occupe-toi d’eux, et alors seulement tu iras t’asseoir.

02 Quand tu auras rempli tout ton office, va prendre place afin de te réjouir avec eux et recevoir la couronne pour ta parfaite organisation.

03 Si tu es âgé, prends la parole, car cela te revient, mais mesure bien ce que tu dis, ne retarde pas la musique

04 et, pendant qu’on l’écoute, ne te répands pas en bavardages : n’étale pas ta sagesse à contretemps.

05 Une pierre de grenat enchâssée dans un bijou en or, tel est un concert dans un banquet bien arrosé.

06 Une émeraude enchâssée dans une monture d’or, tel est un air de musique sur un bon vin.

07 Si tu es jeune, ne prends la parole que si tu dois le faire, mais pas plus de deux fois, et seulement si on t’interroge.

08 Résume ton propos : en quelques mots on peut dire beaucoup ; montre-toi instruit et discret à la fois.

09 Avec de grands personnages, ne fais pas l’important ; quand un autre a la parole, ne bavarde pas.

10 Aussi sûr qu’un éclair devance le tonnerre, la faveur est d’avance acquise à une personne réservée.

11 Quand c’est l’heure, lève-toi, ne t’attarde pas, rentre chez toi sans flâner.

12 Là, tu pourras te divertir et faire ce qui te plaît, sans risque de pécher par vantardise.

13 Et, pour tout cela, bénis ton Créateur, lui qui t’enivre de ses biens.

14 Qui craint le Seigneur recevra son enseignement, ceux qui le cherchent dès l’aurore obtiendront sa faveur.

15 Qui scrute la Loi en sera comblé, mais l’hypocrite y trouvera une occasion de chute.

16 Ceux qui craignent le Seigneur découvriront ce qui est juste et feront briller leurs jugements comme la lumière.

17 Le pécheur n’accepte pas les remarques et trouve toujours à justifier ce qui lui plaît.

18 Un homme réfléchi ne néglige aucun avis, l’insolent et l’orgueilleux n’ont peur de rien.

19 Ne fais rien sans avoir réfléchi, et tu n’auras pas à regretter tes actes.

20 Le chemin accidenté, ne le prends pas, de peur de buter sur les pierres.

21 Ne te fie pas à un chemin uni,

22 et même avec tes enfants sois sur tes gardes.

23 En tous tes actes, fie-toi à ta conscience, car cela aussi est observance des commandements.

24 Qui se fie à la Loi est attentif aux commandements, qui met sa confiance dans le Seigneur ne connaîtra pas le déclin.

Navigation par chapitre :

Ecclésiastique 14,1-27

Posted in béatitude (bonheur), calomnie, médisance (langue), chemin (voie du Seigneur), connaissance (intelligence de la foi), conscience (examen), fécondité (prospérité, postérité), futilité de notre vie (fragilité), jalousie, kénose (abaissement, cœur brisé), mal (méchanceté), oeuvres (notre contribution), plan de Dieu (secret, intention), sagesse, shéol (hades, séjour des morts), vices (passions) with tags on 30 janvier 2014 by JL

Heureux l’homme qui n’a pas péché en paroles et qui n’est pas tourmenté par le regret de ses fautes.2 Heureux l’homme qui ne se fait pas à lui-même de reproches et qui ne sombre pas dans le désespoir.3 A l’homme mesquin ne sied pas la richesse, et pour l’homme cupide à quoi bon de grands biens ?4 Qui amasse en se privant amasse pour autrui, de ses biens d’autres se repaîtront.5 Celui qui est dur pour soi-même, pour qui serait-il bon ? Il ne jouit même pas de ses propres biens.6 Il n’y a pas homme plus cruel que celui qui se torture soi-même, c’est là le salaire de sa méchanceté.7 S’il fait du bien, c’est par mégarde, finalement il laisse voir sa méchanceté.8 C’est un méchant, l’homme aux regards cupides, qui détourne les yeux et méprise la vie d’autrui.9 L’homme jaloux n’est pas content de ce qu’il a, la cupidité dessèche l’âme.10 L’avare est chiche de pain et la disette est sur sa table.11 Mon fils, si tu as de quoi, traite-toi bien, et présente au Seigneur les offrandes qu’il demande.12 N’oublie pas que la mort ne tardera pas et que le pacte du shéol ne t’a pas été révélé.13 Avant de mourir fais du bien à tes amis et selon tes moyens sois libéral.14 Ne te refuse pas le bonheur présent, ne laisse rien échapper d’un légitime désir.15 Ne laisseras-tu pas à d’autres ta fortune ? Et tes biens ne seront-ils pas partagés par le sort ?16 Offre et reçois, trompe tes soucis, ce n’est pas au shéol qu’on peut chercher la joie.17 Toute chair s’use comme un vêtement, la loi éternelle c’est qu’il faut mourir.18 Comme le feuillage sur un arbre touffu tantôt tombe et tantôt repousse, ainsi les générations de chair et de sang : les uns meurent et les autres naissent.19 Toute oeuvre corruptible périt et son auteur s’en va avec elle.20 Heureux l’homme qui médite sur la sagesse et qui raisonne avec intelligence,21 qui réfléchit dans son coeur sur les voies de la sagesse et qui s’applique à ses secrets.22 Il la poursuit comme le chasseur, il est aux aguets sur sa piste ;23 il se penche à ses fenêtres et écoute à ses portes ;24 il se poste tout près de sa demeure et fixe un pieu dans ses murailles ;25 il dresse sa tente à proximité et s’établit dans une retraite de bonheur ;26 il place ses enfants sous sa protection et sous ses rameaux il trouve un abri ;27 sous son ombre il est protégé de la chaleur et il s’établit dans sa gloire.

Sagesse 12,1-27

Posted in abomination, alliance, attributs et noms divins, bonté divine (amour de Dieu), châtiment, conscience (examen), enfer (géhenne, vallée du Cédron), face de Dieu (visage), fécondité (prospérité, postérité), foi (adhérance), idolâtrie, jugement, justice (justification, juste), pardon (miséricorde, pitié), péché (faute), peuple de Dieu (Israel, Juda), puissance divine, serment (vœux), terre promise (terre sainte), volonté divine with tags on 28 janvier 2014 by JL

Car ton esprit incorruptible est en toutes choses !2 Aussi est-ce peu à peu que tu reprends ceux qui tombent ; tu les avertis, leur rappelant en quoi ils pèchent, pour que, débarrassés du mal, ils croient en toi, Seigneur.3 Les anciens habitants de ta terre sainte,4 tu les avais pris en haine pour leurs détestables pratiques, actes de sorcellerie, rites impies.5 Ces impitoyables tueurs d’enfants, ces mangeurs d’entrailles en des banquets de chairs humaines et de sang, ces initiés membres de confrérie,6 ces parents meurtriers d’êtres sans défense, tu avais voulu les faire périr par les mains de nos pères,7 pour que cette terre, qui de toutes t’est la plus chère, reçût une digne colonie d’enfants de Dieu.8 Eh bien ! même ceux-là, parce que c’étaient des hommes, tu les as ménagés, et tu as envoyé des frelons comme avant-coureurs de ton armée, pour les exterminer petit à petit.9 Non qu’il te fût impossible de livrer des impies aux mains de justes en une bataille rangée, ou de les anéantir d’un seul coup au moyen de bêtes cruelles ou d’une parole inexorable ;10 mais en exerçant tes jugements peu à peu, tu laissais place au repentir. Tu n’ignorais pourtant pas que leur nature était perverse, leur malice innée, et que leur mentalité ne changerait jamais ;11 car c’était une race maudite dès l’origine. Et ce n’est pas non plus par crainte de personne que tu accordais l’impunité à leurs fautes.12 Car qui dira : Qu’as-tu fait ? Ou qui s’opposera à ta sentence ? Et qui te citera en justice pour avoir fait périr des nations que tu as créées ? Ou qui se portera contre toi le vengeur d’hommes injustes ?13 Car il n’y a pas, en dehors de toi, de Dieu qui ait soin de tous, pour que tu doives lui montrer que tes jugements n’ont pas été injustes.14 Il n’y a pas non plus de roi ou de souverain qui puisse te regarder en face au sujet de ceux que tu as châtiés.15 Mais, étant juste, tu régis l’univers avec justice, et tu estimes que condamner celui qui ne doit pas être châtié, serait incompatible avec ta puissance.16 Car ta force est le principe de ta justice, et de dominer sur tout te fait ménager tout.17 Tu montres ta force, si l’on ne croit pas à la plénitude de ta puissance, et tu confonds l’audace de ceux qui la connaissent ;18 mais toi, dominant ta force, tu juges avec modération, et tu nous gouvernes avec de grands ménagements, car tu n’as qu’à vouloir, et ta puissance est là.19 En agissant ainsi, tu as appris à ton peuple que le juste doit être ami des hommes, et tu as donné le bel espoir à tes fils qu’après les péchés tu donnes le repentir.20 Car, si ceux qui étaient les ennemis de tes enfants et promis à la mort, tu les as punis avec tant d’attention et d’indulgence, leur donnant temps et lieu pour se défaire de leur malice,21 avec quelle précaution n’as-tu pas jugé tes fils, toi qui, par serments et alliances, as fait à leurs pères de si belles promesses ?22 Ainsi, tu nous instruis, quand tu châties nos ennemis avec mesure, pour que nous songions à ta bonté quand nous jugeons, et, quand nous sommes jugés, nous comptions sur la miséricorde.23 Voilà pourquoi aussi ceux qui avaient mené dans l’injustice une vie insensée, tu les as torturés par leurs propres abominations ;24 car ils avaient erré trop loin sur les chemins de l’erreur, en prenant pour des dieux les plus vils et les plus méprisés des animaux, trompés comme de tout petits enfants sans intelligence.25 Aussi, comme à des enfants sans raison, leur as-tu envoyé un jugement de dérision.26 Mais ceux qui ne s’étaient pas laissé avertir par une réprimande dérisoire allaient subir un jugement digne de Dieu.27 Sur ces êtres qui les faisaient souffrir et contre lesquels ils s’indignaient, ces êtres qu’ils tenaient pour dieux et par lesquels ils étaient châtiés, ils virent clair, et celui que jadis ils refusaient de connaître, ils le reconnurent pour vrai Dieu. Et c’est pourquoi l’ultime condamnation s’abattit sur eux.

Sagesse 2,1-24

Posted in allégorie et référence christique, béatitude (bonheur), connaissance (intelligence de la foi), conscience (examen), diable (démons, serpent), image de Dieu (ressemblance), immortalité de l'âme (souffle de vie), impiété, loi, passage de la mort, pauvre (faible), péché originel, plan de Dieu (secret, intention), rétribution (mérite), sainteté (saint), shéol (hades, séjour des morts), veuve, orphelin, indigent, vision béatifique with tags on 27 janvier 2014 by JL

Car ils disent entre eux, dans leurs faux calculs : « Courte et triste est notre vie ; il n'y a pas de remède lors de la fin de l'homme et on ne connaît personne qui soit revenu de l'Hadès.2 Nous sommes nés du hasard, après quoi nous serons comme si nous n'avions pas existé. C'est une fumée que le souffle de nos narines, et la pensée, une étincelle qui jaillit au battement de notre coeur ;3 qu'elle s'éteigne, le corps s'en ira en cendre et l'esprit se dispersera comme l'air inconsistant.4 Avec le temps, notre nom tombera dans l'oubli, nul ne se souviendra de nos oeuvres ; notre vie passera comme les traces d'un nuage, elle se dissipera comme un brouillard que chassent les rayons du soleil et qu'abat sa chaleur.5 Oui, nos jours sont le passage d'une ombre, notre fin est sans retour, le sceau est apposé et nul ne revient.6 Venez donc et jouissons des biens présents, usons des créatures avec l'ardeur de la jeunesse.7 Enivrons-nous de vins de prix et de parfums, ne laissons point passer la fleur du printemps,8 couronnons-nous de boutons de roses, avant qu'ils ne se fanent,9 qu'aucune prairie ne soit exclue de notre orgie, laissons partout des signes de notre liesse, car telle est notre part, tel est notre lot !10 Opprimons le juste qui est pauvre, n'épargnons pas la veuve, soyons sans égards pour les cheveux blancs chargés d'années du vieillards.11 Que notre force soit la loi de la justice, car ce qui est faible s'avère inutile.12 Tendons des pièges au juste, puisqu'il nous gêne et qu'il s'oppose à notre conduite, nous reproche nos fautes contre la Loi et nous accuse de fautes contre notre éducation.13 Il se flatte d'avoir la connaissance de Dieu et se nomme enfant du Seigneur.14 Il est devenu un blâme pour nos pensées, sa vue même nous est à charge ;15 car son genre de vie ne ressemble pas aux autres, et ses sentiers sont tout différents.16 Il nous tient pour chose frelatée et s'écarte de nos chemins comme d'impuretés. Il proclame heureux le sort final des justes et il se vante d'avoir Dieu pour père.17 Voyons si ses dires sont vrais, expérimentons ce qu'il en sera de sa fin.18 Car si le juste est fils de Dieu, Il l'assistera et le délivrera des mains de ses adversaires.19 Eprouvons-le par l'outrage et la torture afin de connaître sa douceur et de mettre à l'épreuve sa résignation.20 Condamnons-le à une mort honteuse, puisque, d'après ses dires, il sera visité. »21 Ainsi raisonnent-ils, mais ils s'égarent, car leur malice les aveugle.22 Ils ignorent les secrets de Dieu, ils n'espèrent pas de rémunération pour la sainteté, ils ne croient pas à la récompense des âmes pures.23 Oui, Dieu a créé l'homme pour l'incorruptibilité, il en a fait une image de sa propre nature ;24 c'est par l'envie du diable que la mort est entrée dans le monde : ils en font l'expérience, ceux qui lui appartiennent !

Proverbes 20,1-30

Posted in abomination, calomnie, médisance (langue), chemin (voie du Seigneur), conscience (examen), créateur (création), jugement, lumière (lampe), malédiction, pureté du coeur, serment (vœux), source d'eau vive (rosée, pluie), ténèbre with tags on 23 janvier 2014 by JL

Raillerie dans le vin ! Insolence dans la boisson ! Qui s'y égare n'est pas sage.2 Tel le rugissement du lion, la colère du roi ! Qui l'excite pèche contre lui-même.3 C'est un honneur pour l'homme d'éviter les procès, mais quiconque est fou se déchaîne.4 A l'automne, le paresseux ne laboure pas, à la moisson il cherche, et rien !5 C'est une eau profonde que le conseil au coeur de l'homme, l'homme intelligent n'a qu'à puiser.6 Beaucoup de gens se proclament hommes de bien, mais un homme fidèle, qui le trouvera ?7 Le juste qui se conduit honnêtement, heureux ses enfants après lui !8 Un roi siégeant au tribunal dissipe tout mal par son regard.9 Qui peut dire : « J'ai purifié mon coeur, de mon péché je suis net ? « 10 Poids et poids, mesure et mesure : deux choses en horreur à Yahvé.11 Même par ses actes un jeune homme se fait connaître, si son action est pure et si elle est droite.12 L'oreille qui entend, l'oeil qui voit, l'un et l'autre, Yahvé les a faits.13 N'aime pas à somnoler, tu deviendrais pauvre ; tiens les yeux ouverts, tu auras ton content de pain !14 « Mauvais ! mauvais !  » dit l'acheteur, mais en partant il se félicite.15 Il y a l'or et toutes sortes de perles, mais la chose la plus précieuse, ce sont les lèvres instruites.16 Prends-lui son vêtement, car il a cautionné un étranger, au profit d'inconnus, prends-lui un gage !17 Doux est à l'homme le pain de la fraude, mais ensuite la bouche est remplie de gravier.18 Dans le conseil s'affermissent les projets : par de sages calculs conduis la guerre.19 Il révèle les secrets, le colporteur de médisance ; avec qui a toujours la bouche ouverte, ne te lie pas !20 Qui maudit son père et sa mère verra s'éteindre sa lampe au coeur des ténèbres.21 Le bien vite acquis au début ne sera pas béni à la fin.22 Ne dis point : « Je rendrai le mal !  » fie-toi à Yahvé qui te sauvera.23 Abomination pour Yahvé : poids et poids ; une balance fausse, ce n'est pas bien.24 Yahvé dirige les pas de l'homme : comment l'homme comprendrait-il son chemin ?25 C'est un piège pour l'homme de crier : « Ceci est sacré !  » et, après les voeux, de réfléchir.26 Un roi sage vanne les méchants et fait passer sur eux la roue.27 La lampe de Yahvé, c'est l'esprit de l'homme qui pénètre jusqu'au tréfonds de son être.28 Piété et fidélité montent la garde près du roi ; sur la piété est fondé le trône.29 La fierté des jeunes gens, c'est leur vigueur, la parure des vieillards, c'est leur tête chenue.30 Les blessures sanglantes sont un remède à la méchanceté, les coups vont jusqu'au fond de l'être.