Archive pour Judith

Esther 1,1m-22

Posted in Uncategorized with tags on 22 décembre 2013 by JL

Mardochée logeait à la cour avec Bigtân et Téresh, deux eunuques du roi, gardes du palais.1 n Ayant eu vent de ce qu'ils machinaient et ayant pénétré leurs desseins, il découvrit qu'ils s'apprêtaient à porter la main sur le roi Assuérus, et le mit au courant.1 o Le roi fit donner la question aux deux eunuques, et, sur leurs aveux, les envoya au supplice.1 p Il fit ensuite consigner l'histoire dans ses Mémoires cependant que Mardochée, de son côté, la couchait aussi par écrit.1 q Puis le roi lui confia une fonction au palais et, pour le récompenser, le gratifia de présents.1 r Mais Aman, fils de Hamdata, l'Agagite, avait la faveur du roi, et, pour cette affaire des deux eunuques royaux, il médita de nuire à Mardochée. C'était au temps d'Assuérus, cet Assuérus dont l'empire s'étendait de l'Inde à l'Ethiopie, soit sur 127 provinces.2 En ce temps-là, comme il siégeait sur son trône royal, à la citadelle de Suse,3 la troisième année de son règne, il donna un banquet, présidé par lui, à tous ses grands officiers et serviteurs chefs de l'armée des Perses et des Mèdes, nobles et gouverneurs de provinces.4 Il voulait étaler à leurs yeux la richesse et la magnificence de son royaume ainsi que l'éclat splendide de sa grandeur, pendant une longue suite de jours, exactement 180.5 Ce temps écoulé, ce fut alors toute la population de la citadelle de Suse, du plus grand au plus petit, qui se vit offrir par le roi un banquet de sept jours, sur l'esplanade du jardin du palais royal.6 Ce n'étaient que tentures de toile blanche et de pourpre violette attachées par des cordons de byssus et de pourpre rouge, eux-mêmes suspendus à des anneaux d'argent fixés sur des colonnes de marbre blanc, lits d'or et d'argent posés sur un dallage de pierres rares, de marbre blanc, de nacre et de mosaïques !7 Pour boire, des coupes d'or, toutes différentes, et abondance de vin offert par le roi avec une libéralité royale.8 Le décret royal toutefois ne contraignait pas à boire, le roi ayant prescrit à tous les officiers de sa maison que chacun fût traité comme il l'entendait.9 La reine Vasthi, de son côté, avait offert aux femmes un festin dans le palais royal d'Assuérus.10 Le septième jour, mis en gaîté par le vin, le roi ordonna à Mehumân, à Bizzeta, à Harbona, à Bigta, à Abgata, à Zétar et à Karkas, les sept eunuques attachés au service personnel du roi Assuérus,11 de lui amener la reine Vasthi coiffée du diadème royal, en vue de faire montre de sa beauté au peuple et aux grands officiers. Le fait est qu'elle était très belle.12 Mais la reine Vasthi refusa de venir selon l'ordre du roi que les eunuques lui avaient transmis. L'irritation du roi fut extrême et sa colère s'enflamma.13 Il s'adressa aux sages versés dans la science des lois — car c'est ainsi que les affaires du roi étaient traitées, en présence de tous ceux qui étaient versés dans la science de la loi et du droit.14 Il fit venir près de lui Karshena, Shétar, Admata, Tarshish, Mérès, Marsena et Memukân, sept grands officiers perses et mèdes admis à voir la face du roi et siégeant aux premières places du royaume.15 « Selon la loi, dit-il, que faut-il faire à la reine Vasthi pour n'avoir pas obtempéré à l'ordre du roi Assuérus que les eunuques lui transmettaient ? « 16 Et en présence du roi et des grands officiers Memukân répondit : « Ce n'est pas seulement contre le roi que la reine Vasthi a mal agi, c'est aussi contre tous les grands officiers et contre toutes les populations répandues à travers les provinces du roi Assuérus.17 La façon d'agir de la reine ne manquera pas de venir à la connaissance de toutes les femmes, qui regarderont leur mari avec mépris. Le roi Assuérus lui-même, pourront-elles dire, avait donné l'ordre de lui amener la reine Vasthi, et elle n'est pas venue !18 Aujourd'hui même les femmes des grands officiers perses et mèdes vont parler à tous les grands officiers du roi de ce qu'elles ont appris de la façon d'agir de la reine, et ce sera grand mépris et grande colère.19 Si tel est le bon plaisir du roi, qu'un édit émané de lui s'inscrive, irrévocable, parmi les lois des Perses et des Mèdes, pour interdire à Vasthi de paraître en présence du roi Assuérus, et que le roi confère sa qualité de reine à une autre qui vaille mieux qu'elle.20 Puis l'ordonnance portée par le roi sera promulguée dans tout son royaume, qui est grand, et lors les femmes rendront honneur à leur mari, du plus grand jusqu'au plus humble. »21 Ce discours plut au roi et aux grands officiers, et le roi suivit l'avis de Memukân.22 Il envoya des lettres à toutes les provinces de l'empire, à chaque province selon son écriture et à chaque peuple selon sa langue, afin que tout mari fût maître chez lui.

Publicités

Judith 16,1-25

Posted in anathème, attributs et noms divins, cantique (chant de l'âme), châtiment, crainte de Dieu, créateur (création), ecouter (voix du Seigneur), enfer (géhenne, vallée du Cédron), eternité (vie éternel), jugement, prière de louange, puissance divine, sacrifice d'holocauste et communion, tentation (filet) with tags on 22 décembre 2013 by JL

Entonnez un chant à mon Dieu sur les tambourins, chantez le Seigneur avec les cymbales, mêlez pour lui le psaume au cantique, exaltez et invoquez son nom !2 Car le Seigneur est un Dieu briseur de guerres ; il a établi son camp au milieu de son peuple, pour m’arracher de la main de mes adversaires.3 Assur descendit des montagnes du septentrion, il vint avec les myriades de son armée. Leur multitude obstruait les torrents, leurs chevaux couvraient les collines.4 Ils parlaient d’embraser mon pays, de passer mes adolescents au fil de l’épée, de jeter à terre mes nourrissons, de livrer au butin mes enfants et mes jeunes filles au rapt.5 Mais le Seigneur Tout-Puissant le leur interdit par la main d’une femme.6 Car leur héros n’est pas tombé devant des jeunes gens, ce ne sont pas des fils de titans qui l’ont frappé, ni de fiers géants qui l’ont attaqué, mais c’est Judith, fille de Merari, qui l’a désarmé par la beauté de son visage.7 Elle avait déposé son vêtement de deuil pour le réconfort des affligés d’Israël, elle avait oint son visage de parfums,8 elle avait emprisonné sa chevelure sous un turban, elle avait mis une robe de lin pour le séduire.9 Sa sandale ravit son regard, sa beauté captiva son âme… et le cimeterre lui trancha le cou !10 Les Perses frémirent de son audace et les Mèdes furent confondus de sa hardiesse.11 Alors mes humbles crièrent, et eux prirent peur, mes faibles hurlèrent, et eux furent saisis d’effroi ; ils enflèrent leur voix, et eux reculèrent.12 Des enfants de femmelettes les tuèrent, ils les transpercèrent comme des fils de déserteurs. Ils périrent dans la bataille de mon Seigneur !13 Je veux chanter à mon Dieu un cantique nouveau. Seigneur, tu es grand, tu es glorieux, admirable dans ta force, invincible.14 Que toute ta création te serve ! Car tu as dit et les êtres furent, tu envoyas ton souffle et ils furent construits, et personne ne peut résister à ta voix.15 Les montagnes crouleraient-elles pour se mêler aux flots, les rochers fondraient-ils comme la cire devant ta face, qu’à ceux qui te craignent tu serais encore propice.16 Certes, c’est peu de chose qu’un sacrifice d’agréable odeur, et moins encore la graisse qui t’est brûlée en holocauste ; mais qui craint le Seigneur est grand toujours.17 Malheur aux nations qui se dressent contre ma race ! Le Seigneur Tout-Puissant les châtiera au jour du jugement. Il enverra le feu et les vers dans leurs chairs et ils pleureront de douleur éternellement.18 Quand ils furent arrivés à Jérusalem, tous se prosternèrent devant Dieu et, une fois le peuple purifié, ils offrirent leurs holocaustes, leurs oblations volontaires et leurs dons.19 Judith voua à Dieu, en anathème, tout le mobilier d’Holopherne donné par le peuple et la draperie qu’elle avait elle-même enlevée de son lit.20 La population se livra à l’allégresse devant le Temple, à Jérusalem, trois mois durant, et Judith resta avec eux.21 Ce temps écoulé, chacun revint chez soi. Judith regagna Béthulie et y demeura dans son domaine. De son vivant elle devint célèbre dans tout le pays.22 Beaucoup la demandèrent en mariage, mais elle ne connut point d’homme tous les jours de sa vie depuis que son mari Manassé était mort et avait été réuni à son peuple.23 Son renom croissait de plus en plus tandis qu’elle avançait en âge dans la maison de son mari. Elle atteignit 105 ans. Elle affranchit sa servante, puis mourut à Béthulie et fut ensevelie dans la caverne où reposait son mari Manassé.24 La maison d’Israël célébra son deuil durant sept jours. Avant de mourir elle avait réparti ses biens dans la parenté de son mari Manassé et dans la sienne propre.25 Plus personne n’inquiéta les Israélites du temps de Judith ni longtemps encore après sa mort.

Judith 15,1-14

Posted in butin de guerre (trésor), prière de louange, puissance divine with tags on 22 décembre 2013 by JL

Lorsque ceux qui étaient encore dans leurs tentes apprirent la nouvelle, ils en furent frappés de stupeur.2 Pris de crainte et de tremblement ils ne purent rester deux ensemble : ce fut la débandade. Chacun s'enfuit par les sentiers de la plaine ou de la montagne.3 Ceux qui étaient campés dans la région montagneuse autour de Béthulie se mirent à fuir eux aussi. Alors les hommes de guerre d'Israël foncèrent sur eux.4 Ozias dépêcha des messagers à Bétomestaïm, à Bèbé, à Chobé, à Kola, dans le territoire d'Israël tout entier, afin d'y faire connaître tout ce qui venait de se passer et d'inviter toutes les populations à se jeter sur les ennemis et à les anéantir.5 A peine les Israélites furent-ils avertis que d'un seul élan ils tombèrent tous sur eux et les frappèrent jusqu'à Choba. Ceux de Jérusalem et de toute la montagne se joignirent également à eux, car ils avaient aussi été mis au courant de ce qui s'était passé dans le camp ennemi. Puis ce furent les gens de Galaad et de Galilée qui les prirent de flanc et les frappèrent durement jusqu'à proximité de Damas et de sa région.6 Quant aux autres, demeurés à Béthulie, ils se jetèrent sur le camp d'Assur, le pillèrent et s'enrichirent extrêmement.7 Les Israélites, de retour du carnage, se rendirent maîtres du reste. Les gens des bourgs et des villages de la montagne et de la plaine s'emparèrent aussi d'un immense butin, car il y en avait en quantité.8 Le grand prêtre Ioakim et tout le Conseil des anciens d'Israël qui étaient à Jérusalem vinrent contempler les bienfaits dont le Seigneur avait comblé Israël, pour voir Judith et la saluer.9 En entrant chez elle, tous la bénirent ainsi d'une seule voix : « Tu es la gloire de Jérusalem ! Tu es le suprême orgueil d'Israël ! Tu es le grand honneur de notre race !10 En accomplissant tout cela de ta main, tu as bien mérité d'Israël, et Dieu a ratifié ce que tu as fait. Bénie sois-tu par le Seigneur Tout-Puissant dans la suite des temps !  » Et tout le peuple reprit : « Amen ! « 11 La population pilla le camp 30 jours durant. On donna à Judith la tente d'Holopherne, toute son argenterie, sa literie, ses bassins et tout son mobilier. Elle le prit, en chargea sa mule, attela ses chariots et y amoncela le tout.12 Toutes les femmes d'Israël, accourues pour la voir, s'organisèrent en choeur de danse pour la fêter. Judith prit en main des thyrses et en donna aux femmes qui l'accompagnaient.13 Judith et ses compagnes se couronnèrent d'olivier. Puis elle se mit en tête du peuple et conduisit le choeur des femmes. Tous les hommes d'Israël, en armes et couronnés, l'accompagnaient au chant des hymnes.14 Au milieu de tout Israël, Judith entonna ce chant d'action de grâces et tout le peuple clama l'hymne :

Judith 14,1-19

Posted in foi (adhérance) with tags on 21 décembre 2013 by JL

Judith leur dit : « Ecoutez-moi, frères. Prenez cette tête, suspendez-la au faîte de vos remparts.2 Puis, quand l'aube aura paru et que le soleil sera levé sur la terre, prenez chacun vos armes et que tout homme valide sorte de la ville. Sur cette troupe établissez un chef, tout comme si vous vouliez descendre dans la plaine vers le poste avancé des Assyriens. Mais ne descendez pas.3 Les Assyriens prendront leur équipement, gagneront leur camp et éveilleront les chefs de leur armée. On se précipitera alors vers la tente d'Holopherne et on ne le trouvera pas. La frayeur s'emparera d'eux et ils fuiront devant vous.4 Vous, et tous ceux qui habitent dans le territoire d'Israël, vous n'aurez plus qu'à les poursuivre et à les abattre dans leur retraite.5 « Mais avant d'agir ainsi, appelez-moi Achior l'Ammonite, pour qu'il voie et reconnaisse le contempteur de la maison d'Israël, celui qui l'avait envoyé parmi nous comme un homme voué d'avance à la mort. »6 On fit donc venir Achior de chez Ozias. Sitôt arrivé, à la vue de la tête d'Holopherne que tenait un des hommes de l'assemblée du peuple, il tomba la face contre terre et s'évanouit.7 On le releva. Il se jeta alors aux pieds de Judith et, se prosternant devant elle, s'écria : « Bénie sois-tu dans toutes les tentes de Juda et parmi tous les peuples ; ceux qui entendront prononcer ton nom seront saisis d'effroi !8 Et maintenant dis-moi ce que tu as fait durant ces jours. » Et Judith lui raconta, au milieu de tout le peuple, tout ce qu'elle avait fait depuis le jour de sa sortie de Béthulie jusqu'au moment où elle parlait.9 Quand elle se fut tue, le peuple poussa de puissantes acclamations et emplit la ville de cris d'allégresse.10 Achior, voyant tout ce qu'avait fait le Dieu d'Israël, crut fermement en lui, se fit circoncire et fut admis définitivement dans la maison d'Israël.11 Quand l'aube parut, les gens de Béthulie pendirent la tête d'Holopherne au rempart. Chacun prit ses armes et tous sortirent par bandes sur les pentes de la montagne.12 Ce que voyant, les Assyriens dépêchèrent des messagers vers leurs chefs qui, à leur tour, se rendirent chez les stratèges, les chiliarques et tous leurs officiers.13 On parvint ainsi jusqu'à la tente d'Holopherne. « Eveille notre maître, dit-on à son intendant. Ces esclaves ont osé descendre vers nous et nous attaquer pour se faire complètement massacrer. »14 Bagoas entra donc. Il frappa des mains devant le rideau de la tente, pensant qu'Holopherne dormait avec Judith.15 Mais comme personne ne semblait rien entendre, il ouvrit et pénétra dans la chambre à coucher et le trouva jeté sur le seuil, mort, la tête coupée.16 Il poussa alors un grand cri, pleura, sanglota, hurla et déchira ses vêtements,17 puis pénétra dans la tente où logeait Judith et ne la trouva pas. Alors, s'élançant dans la foule, il cria :18 « Ah ! les esclaves se sont rebellés ! Une femme des Hébreux a couvert de honte la maison de Nabuchodonosor. Holopherne gît à terre, décapité ! « 19 A ces mots les chefs de l'armée d'Assur, l'esprit complètement bouleversé, déchirèrent leurs tuniques et firent retentir le camp de leurs cris et de leurs clameurs.

 

Judith 13,1-20

Posted in adoration (contemplation), bénédiction, créateur (création), eternité (vie éternel), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), oeuvres (notre contribution), pardon (miséricorde, pitié), prière de louange, puissance divine, tentation (filet) with tags on 21 décembre 2013 by JL

Quand il se fit tard, ses officiers se hâtèrent de partir. Bagoas ferma la tente de l’extérieur, après avoir éconduit d’auprès de son maître ceux qui s’y trouvaient encore. Ils allèrent se coucher, fatigués par l’excès de boisson,2 et Judith fut laissée seule dans la tente avec Holopherne effondré sur son lit, noyé dans le vin.3 Judith dit alors à sa servante de se tenir dehors, près de la chambre à coucher, et d’attendre sa sortie comme elle le faisait chaque jour. Elle avait d’ailleurs eu soin de dire qu’elle sortirait pour sa prière et avait parlé dans le même sens à Bagoas.4 Tous s’en étaient allés de chez Holopherne et nul, petit ou grand, n’avait été laissé dans la chambre à coucher. Debout près du lit Judith dit en elle-même : « Seigneur, Dieu de toute force, en cette heure, favorise l’oeuvre de mes mains pour l’exaltation de Jérusalem.5 C’est maintenant le moment de ressaisir ton héritage et de réaliser mes plans pour écraser les ennemis levés contre nous. »6 Elle s’avança alors vers la traverse du lit proche de la tête d’Holopherne, en détacha son cimeterre,7 puis s’approchant de la couche elle saisit la chevelure de l’homme et dit : « Rends-moi forte en ce jour, Seigneur, Dieu d’Israël ! « 8 Par deux fois elle le frappa au cou, de toute sa force, et détacha sa tête.9 Elle fit ensuite rouler le corps loin du lit et enleva la draperie des colonnes. Peu après elle sortit et donna la tête d’Holopherne à sa servante,10 qui la mit dans la besace à vivres, et toutes deux sortirent du camp comme elles avaient coutume de le faire pour aller prier. Une fois le camp traversé elles contournèrent le ravin, gravirent la pente de Béthulie et parvinrent aux portes.11 De loin Judith cria aux gardiens des portes : « Ouvrez, ouvrez la porte ! Car le Seigneur notre Dieu est encore avec nous pour accomplir des prouesses en Israël et déployer sa force contre nos ennemis comme il l’a fait aujourd’hui ! « 12 Quand les hommes de la ville eurent entendu sa voix, ils se hâtèrent de descendre à la porte de leur cité et appelèrent les anciens.13 Du plus petit jusqu’au plus grand tout le monde accourut, car on ne s’attendait pas à son arrivée. Les gens ouvrirent la porte, accueillirent les deux femmes, firent du feu pour y voir et les entourèrent.14 D’une voix forte Judith leur dit : « Louez Dieu ! Louez-le ! Louez le Dieu qui n’a pas détourné sa miséricorde de la maison d’Israël, mais qui, cette nuit, a par ma main brisé nos ennemis. »15 Elle tire alors la tête de sa besace et la leur montre : « Voici la tête d’Holopherne, le général en chef de l’armée d’Assur, et voici la draperie sous laquelle il gisait dans son ivresse ! Le Seigneur l’a frappé par la main d’une femme !16 Vive le Seigneur qui m’a gardée dans mon entreprise ! Car mon visage n’a séduit cet homme que pour sa perte. Il n’a pas péché avec moi pour ma honte et mon déshonneur. »17 En proie à une grande émotion tout le peuple se prosterna pour adorer Dieu et cria d’une seule voix : « Béni sois-tu, ô notre Dieu, toi qui, en ce jour, as anéanti les ennemis de ton peuple ! « 18 Ozias, à son tour, dit à Judith : « Sois bénie, ma fille, par le Dieu Très-Haut, plus que toutes les femmes de la terre ; et béni soit le Seigneur Dieu, Créateur du ciel et de la terre, lui qui t’a conduite pour trancher la tête du chef de nos ennemis !19 Jamais la confiance dont tu as fait preuve ne s’effacera de l’esprit des hommes ; mais ils se souviendront éternellement de la puissance de Dieu.20 Fasse Dieu que tu sois éternellement exaltée et récompensée de mille biens, puisque tu n’as pas ménagé ta vie quand notre race était humiliée, mais que tu as conjuré notre ruine en marchant droit devant notre Dieu. » Tout le peuple répondit : « Amen ! Amen !  »

Judith 12,1-20

Posted in Uncategorized with tags on 21 décembre 2013 by JL

Il la fit ensuite introduire là où était disposée sa vaisselle d'argent, lui fit servir de ses mets et lui donna à boire de son vin.2 Mais Judith : « Je me garderai bien d'en manger de peur que, pour moi, il n'y ait là une occasion de faute. Ce que j'ai apporté avec moi me suffira » —3 « Et si tes provisions viennent à manquer, comment pourrons-nous t'en procurer de semblables ? Reprit Holopherne. Parmi nous il n'y a personne de ta race » —4 « Vis en paix, Monseigneur ! Moi, ta servante, je n'aurai pas consommé toutes mes provisions que le Seigneur n'ait accompli par moi ses desseins ! « 5 Les aides de camp d'Holopherne la conduisirent alors à sa tente où elle dormit jusqu'au milieu de la nuit. Quand approcha la veille de l'aurore, elle se leva.6 Elle avait fait dire à Holopherne : « Que Monseigneur veuille bien ordonner de laisser sortir sa servante pour la prière »,7 de sorte qu'Holopherne avait prescrit à ses gardes de ne pas l'en empêcher. Elle demeura trois jours dans le camp. Elle sortait de nuit vers le ravin de Béthulie et se lavait à la source où se trouvait le poste de garde.8 En remontant elle priait le Seigneur Dieu d'Israël de diriger son entreprise en vue du relèvement des fils de son peuple.9 Une fois purifiée, elle revenait et se tenait dans sa tente jusqu'au moment où, le soir, on lui apportait sa nourriture.10 Le quatrième jour, Holopherne donna un banquet auquel il invita seulement ses officiers, non compris ceux des services.11 Il dit à Bagoas, l'eunuque préposé à ses affaires : « Va donc persuader cette fille des Hébreux qui est chez toi de venir avec nous pour manger et boire en notre compagnie.12 Ce serait une honte pour nous de laisser partir une telle femme sans avoir eu commerce avec elle. Si nous ne réussissons pas à la décider, on rira bien de nous. »13 Bagoas sortit donc de chez Holopherne et entra chez Judith. « Cette jeune beauté daignerait-elle venir sans tarder en présence de mon maître ? Dit-il. Elle sera à la place d'honneur en face de lui, boira avec nous un vin joyeux, et deviendra aujourd'hui même comme l'une des filles des Assyriens qui se tiennent dans le palais de Nabuchodonosor » —14 « Qui suis-je donc, répondit Judith, pour m'opposer à Monseigneur ? Tout ce qui sera agréable à ses yeux je le ferai avec empressement, et ce sera pour moi un sujet de joie jusqu'au jour de ma mort ! « 15 Elle se leva, se para de ses vêtements et de tous ses atours féminins. Sa servante la précéda et étendit par terre vis-à-vis d'Holopherne la toison que Bagoas avait donnée à Judith pour son usage journalier, afin qu'elle pût s'y étendre pour manger.16 Judith entra et s'installa. Le coeur d'Holopherne en fut tout ravi et son esprit troublé. Il était saisi d'un désir intense de s'unir à elle, car depuis le jour où il l'avait vue il guettait un moment favorable pour la séduire.17 Il lui dit : « Bois donc ! Partage notre joie » —18 « Je bois volontiers, seigneur, car depuis ma naissance je n'ai jamais tant apprécié la vie qu'aujourd'hui ! « 19 Elle prit ce que lui avait préparé sa servante, puis mangea et but en face de lui.20 Holopherne était sous son charme, aussi but-il une telle quantité de vin qu'en aucun jour de sa vie il n'en avait tant absorbé.

Judith 11,1-23

Posted in Uncategorized with tags on 21 décembre 2013 by JL

« Confiance, femme, lui dit Holopherne. Ne crains rien. Je n'ai jamais fait de mal à personne qui ait choisi de servir Nabuchodonosor, roi de toute la terre.2 Maintenant même, si ton peuple de montagnards ne m'avait pas méprisé, je n'aurais pas levé la lance contre lui. Ce sont eux qui l'ont voulu.3 Mais, dis-moi, pourquoi t'es-tu enfuie de chez eux pour venir chez nous ? … En tout cas ç'aura été ton salut ! Courage ! Cette nuit-ci te verra encore en vie, et les autres aussi !4 Personne ne te fera de mal, va ! mais on te traitera bien, comme cela se pratique avec les serviteurs de mon seigneur le roi Nabuchodonosor. »5 Et Judith : « Daigne accueillir favorablement les paroles de ton esclave et que ta servante puisse parler devant toi. Cette nuit je ne proférerai aucun mensonge devant Monseigneur.6 Suis seulement les avis de ta servante, et Dieu mènera ton affaire à bonne fin, mon Seigneur n'échouera pas dans ses entreprises.7 Vive Nabuchodonosor, roi de toute la terre, lui qui t'a envoyé remettre toute âme vivante dans le droit chemin, et vive sa puissance ! car, grâce à toi, ce ne sont pas seulement les hommes qui le servent, mais par l'effet de ta force, les bêtes sauvages elles-mêmes, les troupeaux et les oiseaux du ciel vivront pour Nabuchodonosor et pour toute sa maison !8 Nous avons, en effet, entendu parler de ton talent et des ressources de ton esprit. C'est chose connue de toute la terre que, dans tout l'empire, tu es singulièrement capable, riche en expérience, étonnant dans la conduite de la guerre.9 Et puis, nous connaissons le discours prononcé par Achior dans ton conseil. Les gens de Béthulie l'ayant épargné, il leur a communiqué tout ce qu'il t'avait dit.10 Eh bien, maître et seigneur, ne néglige pas ses paroles, mais garde-les présentes à ton esprit, car elles sont vraies. Certes, notre race ne sera pas châtiée, l'épée ne pourra rien contre ses fils à moins qu'ils ne pèchent contre leur Dieu.11 Or, juste maintenant, afin que Monseigneur ne connaisse ni rebut ni échec, la mort va fondre sur leurs têtes. Car le péché s'est emparé d'eux, ce péché par lequel ils excitent la colère de leur Dieu chaque fois qu'ils se livrent au désordre.12 Depuis que les vivres leur manquent et que l'eau se fait rare, ils ont résolu de se battre sur leurs troupeaux et décidé de prendre pour eux tout ce que, par ses lois, Dieu leur a défendu de manger.13 Il n'est pas jusqu'aux prémices du blé, aux dîmes du vin et de l'huile — choses pourtant consacrées et réservées par eux aux prêtres qui, à Jérusalem, se tiennent devant la face de notre Dieu — qu'ils n'aient décidé de consommer. Pourtant personne du peuple n'a le droit d'y toucher, même de la main.14 Bien plus, ils ont envoyé à Jérusalem, où tout le monde en fait autant, des gens chargés de leur apporter du Conseil des anciens la permission nécessaire.15 Voici donc ce qui va leur arriver : sitôt la permission parvenue et dès qu'ils en auront usé, ce jour-là même ils te seront livrés pour leur ruine.16 Lorsque moi, ta servante, j'eus appris tout cela, je m'enfuis de chez eux. Dieu m'a envoyée pour réaliser avec toi des entreprises dont la terre entière sera stupéfaite quand on les apprendra.17 Car ta servante est une femme pieuse. Nuit et jour elle honore le Dieu du ciel. Alors moi, je me propose de rester près de toi, Monseigneur. Moi, ta servante, je sortirai de nuit dans le ravin et j'y prierai Dieu afin qu'il me fasse savoir quand ils auront consommé leur faute.18 Je reviendrai alors t'en informer pour que tu sortes avec toute ton armée, et nul d'entre eux ne pourra te résister.19 Je te conduirai à travers toute la Judée jusqu'à ce que tu parviennes devant Jérusalem. Je te ferai siéger au beau milieu de la cité. Alors tu les mèneras comme des brebis sans pasteur et il ne se trouvera même pas un chien pour gronder devant toi. De tout cela j'ai eu le pressentiment, cela m'a été annoncé et j'ai été envoyée pour te le révéler. »20 Les paroles de cette femme plurent à Holopherne et à tous ses aides de camp. Etonnés de sa sagesse, ils s'écrièrent :21 « D'un bout du monde à l'autre il n'y a pas de femme pareille, à la fois si belle et si bien-disante ! « 22 Et Holopherne lui dit : « Dieu a bien fait de t'envoyer en avant du peuple ! Entre nos mains sera la puissance, et chez ceux qui ont méprisé mon seigneur, la ruine.23 Quant à toi, tu es aussi jolie qu'habile en tes discours. Si tu fais comme tu l'as dit, ton Dieu sera mon Dieu, et toi tu résideras dans le palais du roi Nabuchodonosor et tu seras célèbre par toute la terre !  »