Archive pour Samuel 1

1 Samuel 31,1-13

Posted in découragement, pensée du monde (mondanité) with tags on 3 mai 2013 by JL
Les Philistins livrèrent bataille à Israël et les Israélites s'enfuirent devant les Philistins et tombèrent, frappés à mort, sur le mont Gelboé.2 Les Philistins serrèrent de près Saül et ses fils et ils tuèrent Jonathan, Abinadab et Malki-Shua, les fils de Saül.3 Le poids du combat se porta sur Saül. Les tireurs d'arc le surprirent et il fut blessé gravement par les tireurs.4 Alors Saül dit à son écuyer : « Tire ton épée et transperce-moi, de peur que ces incirconcis ne viennent et ne se jouent de moi. » Mais son écuyer ne voulut pas, car il était rempli d'effroi. Alors Saül prit son épée et se jeta sur elle.5 Voyant que Saül était mort, l'écuyer se jeta lui aussi sur son épée et mourut avec lui.6 Ainsi moururent ensemble ce jour-là Saül, ses trois fils et son écuyer.7 Lorsque les Israélites qui étaient de l'autre côté de la vallée et ceux qui étaient de l'autre côté du Jourdain virent que les hommes d'Israël étaient en déroute et que Saül et ses fils avaient péri, ils abandonnèrent leurs villes et prirent la fuite. Les Philistins vinrent s'y établir.8 Le lendemain, les Philistins, venus pour détrousser les morts, trouvèrent Saül et ses trois fils gisant sur le mont Gelboé.9 Ils lui tranchèrent la tête et le dépouillèrent de ses armes, et ils les firent porter à la ronde dans le pays philistin, pour annoncer la bonne nouvelle à leurs idoles et à leur peuple.10 Ils déposèrent ses armes dans le temple d'Astarté ; quant à son corps, ils l'attachèrent au rempart de Bet-Shân.11 Lorsque les habitants de Yabesh de Galaad apprirent ce que les Philistins avaient fait à Saül,12 tous les braves se mirent en route et, après avoir marché toute la nuit, ils enlevèrent du rempart de Bet-Shân le corps de Saül et de ses fils et, les ayant apportés à Yabesh, ils les y brûlèrent.13 Puis ils prirent leurs ossements, les ensevelirent sous le tamaris de Yabesh et jeûnèrent pendant sept jours.
Publicités

1 Samuel 30,1-30

Posted in butin de guerre (trésor), charité (partage, aumône), courage (force), détresse (désespoir), dons de Dieu, libération (délivrance, joug), prière de demande, rétribution (mérite) with tags on 3 mai 2013 by JL
David et ses hommes arrivèrent à Ciqlag le surlendemain. Or les Amalécites avaient fait une razzia au Négeb et contre Ciqlag ; ils avaient dévasté Ciqlag et l’avaient livrée au feu.2 Ils avaient fait captifs les femmes et tous ceux qui y étaient, petits et grands. Ils n’avaient tué personne, mais ils les avaient emmenés et avaient continué leur chemin.3 Lors donc que David et ses hommes arrivèrent à la ville, ils virent qu’elle était brûlée et que leurs femmes, leurs fils et leurs filles avaient été enlevés.4 Alors David et toute la troupe qui l’accompagnait se mirent à crier et à pleurer jusqu’à ce qu’ils n’en eussent plus la force.5 Les deux femmes de David avaient été emmenées captives, Ahinoam de Yizréel et Abigayil, la femme de Nabal de Karmel.6 David était en grande détresse, car les gens parlaient de le lapider ; tous avaient en effet l’âme pleine d’amertume, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David retrouva courage en Yahvé son Dieu.7 David dit au prêtre Ebyatar, fils d’Ahimélek : « Je t’en prie, apporte-moi l’éphod », et Ebyatar apporta l’éphod à David.8 Alors David consulta Yahvé et demanda : « Poursuivrai-je ce rezzou et l’atteindrai-je » La réponse fut : « Poursuis, car sûrement tu l’atteindras et tu libéreras les captifs. »9 David partit avec les 600 hommes qui l’accompagnaient et ils arrivèrent au torrent de Besor.10 David continua la poursuite avec 400 hommes, mais 200 restèrent, qui étaient trop fatigués pour franchir le torrent de Besor.11 On trouva un Egyptien dans la campagne et on l’amena à David. On lui donna du pain, qu’il mangea, et on lui fit boire de l’eau.12 On lui donna aussi une masse de figues et deux grappes de raisins secs. Il mangea et ses esprits lui revinrent ; en effet, il n’avait rien mangé ni rien bu depuis trois jours et trois nuits.13 David lui demanda : « A qui appartiens-tu et d’où es-tu ?  » Il répondit : « Je suis un jeune Egyptien, esclave d’un Amalécite. Mon maître m’a abandonné parce que j’étais malade, voici aujourd’hui trois jours.14 Nous avons fait la razzia contre le Négeb des Kerétiens et celui de Juda et contre le Négeb de Caleb, et nous avons incendié Ciqlag. »15 David lui demanda : « Veux-tu me guider vers ce rezzou ?  » Il répondit : « Jure-moi par Dieu que tu ne me feras pas mourir et que tu ne me livreras pas à mon maître, et je te guiderai vers ce rezzou. »16 Il l’y conduisit donc, et voici qu’ils étaient disséminés par toute la contrée, mangeant, buvant et faisant la fête, à cause de tout le grand butin qu’ils avaient rapporté du pays des Philistins et du pays de Juda.17 David les massacra, depuis l’aube jusqu’au soir du lendemain. Personne n’en réchappa, sauf 400 jeunes hommes, qui montèrent sur les chameaux et s’enfuirent.18 David délivra tout ce que les Amalécites avaient pris — David délivra aussi ses deux femmes.19 Rien ne fut perdu pour eux, depuis les petites choses jusqu’aux grandes, depuis le butin jusqu’aux fils et aux filles, tout ce qui leur avait été enlevé : David ramena tout.20 Ils prirent tout le petit et le gros bétail et le poussèrent devant lui en disant : « Voilà le butin de David ! « 21 David arriva auprès des 200 hommes qui avaient été trop fatigués pour le suivre et qu’il avait laissés au torrent de Besor. Ils vinrent au-devant de David et de la troupe qui l’accompagnait ; David s’approcha avec la troupe et leur souhaita le bonjour.22 Mais tous les méchants et les vauriens parmi les gens qui étaient allés avec David prirent la parole et dirent : « Puisqu’ils ne sont pas venus avec nous, qu’on ne leur donne rien du butin que nous avons sauvé, sauf à chacun sa femme et ses enfants : qu’ils les emmènent et s’en aillent ! « 23 Mais David dit : « N’agissez pas ainsi, mes frères, avec ce que Yahvé nous a accordé : il nous a protégés et il a livré entre nos mains le rezzou qui était venu contre nous.24 Qui serait de votre avis dans cette affaire ? Car : Telle la part de celui qui descend au combat, telle la part de celui qui reste près des bagages. Ils partageront ensemble. »25 Et, à partir de ce jour-là, il fit de cela pour Israël une règle et une coutume qui persistent encore aujourd’hui.26 Arrivé à Ciqlag, David envoya des parts de butin aux anciens de Juda, selon leurs villes, avec ce message : « Voici pour vous un présent pris sur le butin des ennemis de Yahvé »,27 à ceux de Betul, à ceux de Rama du Négeb, à ceux de Yattir,28 à ceux d’Aroër, à ceux de Siphmot, à ceux d’Eshtemoa,29 à ceux de Karmel, à ceux des villes de Yerahméel, à ceux des villes des Qénites,30 à ceux de Horma, à ceux de Bor-Ashân, à ceux de Etèr,31 à ceux d’Hébron et à tous les endroits que David avait fréquentés avec ses hommes.

1 Samuel 29,1-11

Posted in ange (chérubins), pensée du monde (mondanité) with tags on 3 mai 2013 by JL
Les Philistins concentrèrent toutes leurs troupes à Apheq, tandis que les Israélites campaient à la source qui est en Yizréel.2 Les princes des Philistins défilaient par centuries et par milliers, et David et ses hommes défilaient les derniers avec Akish.3 Les princes des Philistins demandèrent : « Qu'est-ce que ces Hébreux », et Akish répondit aux princes des Philistins : « Mais c'est David, le serviteur de Saül ; roi d'Israël ! Voici un an ou deux qu'il est avec moi et je n'ai trouvé aucun reproche à lui faire depuis le jour qu'il s'est rendu à moi jusqu'à maintenant. »4 Les princes des Philistins s'emportèrent contre lui et ils lui dirent : « Renvoie cet homme et qu'il retourne au lieu que tu lui as assigné. Qu'il ne vienne pas en guerre avec nous et ne se retourne pas contre nous dans le combat ! Comment celui-là achèterait-il la faveur de son maître, sinon avec la tête des hommes que voici ?5 N'est-il pas ce David, duquel on chantait dans les choeurs : « Saül à tué ses milliers et David ses myriades ? « 6 Akish appela donc David et lui dit : « Aussi vrai que Yahvé est vivant, tu es loyal et il me plairait que tu sortes et rentres avec moi dans le camp, car je n'ai rien trouvé de mauvais en toi depuis le jour que tu es venu chez moi jusqu'à maintenant. Mais tu n'es pas bien vu des princes.7 Donc retourne et va-t'en en paix, pour ne pas indisposer les princes des Philistins. »8 David dit à Akish : « Qu'ai-je donc fait et qu'as-tu à reprocher à ton serviteur depuis le jour où je suis entré à ton service jusqu'à maintenant, pour que je ne puisse pas venir et combattre les ennemis de Monseigneur le roi ? « 9 Akish répondit à David : « C'est vrai que tu m'es aussi agréable qu'un ange de Dieu, seulement les princes des Philistins ont dit : Il ne faut pas qu'il aille au combat avec nous.10 Donc lève-toi de bon matin avec les serviteurs de ton maître qui sont venus avec toi, et allez à l'endroit que je vous ai assigné. Ne garde en ton coeur aucun ressentiment, car tu m'es agréable. Vous vous lèverez de grand matin et, dès qu'il fera jour, vous partirez. »11 David et ses hommes se levèrent de bonne heure pour partir dès le matin et retourner au pays philistin. Quant aux Philistins, ils montèrent en Yizréel.

1 Samuel 28,1-25

Posted in attributs et noms divins, colère de Dieu, divination (incantation), ecouter (voix du Seigneur), immortalité de l'âme (souffle de vie), malédiction, péché (faute), pensée du monde (mondanité), peuple de Dieu (Israel, Juda), prière d'invocation, prophète, royauté en Israel, serment (vœux), vision (songe, extase) with tags on 3 mai 2013 by JL
Or, en ce temps-là, les Philistins rassemblèrent leurs troupes pour la guerre afin de combattre Israël, et Akish dit à David : « Sache bien que tu iras à l'armée avec moi, toi et tes hommes. »2 David dit à Akish : « Eh bien ! Tu sauras toi-même ce que fera ton serviteur. » Alors Akish dit à David : « Eh bien ! Je t'instituerai pour toujours mon garde du corps. »3 Samuel était mort, tout Israël avait fait son deuil et on l'avait enseveli à Rama, dans sa ville. Saül avait expulsé du pays les nécromants et les devins.4 Les Philistins se rassemblèrent, et vinrent camper à Shunem. Saül rassembla tout Israël et ils campèrent à Gelboé.5 Lorsque Saül vit le camp philistin, il eut peur et son coeur trembla fort.6 Saül consulta Yahvé, mais Yahvé ne lui répondit pas, ni par les songes, ni par les sorts, ni par les prophètes.7 Saül dit alors à ses serviteurs : « cherchez-moi une femme qui pratique la divination pour que j'aille chez elle la consulter. » Ses serviteurs lui répondirent : « Il y a une femme qui pratique la divination à En-Dor ».8 Saül se déguisa et endossa d'autres vêtements, puis il partit avec deux hommes et ils arrivèrent de nuit chez la femme. Il lui dit :  » je t'en prie, pratique pour moi la divination et évoque pour moi celui que je te dirai. »9 La femme lui dit : « Voyons, tu sais toi-même ce qu'a fait Saül et comment il a supprimé du pays les nécromants et les devins. Pourquoi tends-tu un piège à ma vie pour me faire mourir ? »10 Alors Saül lui fit ce serment par Yahvé : « Par la vie de Yahvé, tu n'encourras aucun blâme pour cette affaire. »11 La femme demanda : « Qui faut-il évoquer pour toi ? », et il répondit : « Evoque-moi Samuel. »12 Alors la femme vit Samuel et, poussant un grand cri, elle dit à Saül : « Pourquoi m'as-tu trompée ? Tu es Saül ! »13 Le roi lui dit : « N'aie pas peur ! Mais que vois-tu ? » Et la femme répondit à Saül : »Je vois un dieu qui monte de la terre. »14 Saül lui demanda : « Quelle apparence a-t-il ? », et la femme répondit : « C'est un vieillard qui monte, il est drapé dans un manteau. » Alors Saül sut que c'était Samuel, et s'inclinant face contre terre, il se prosterna.15 Samuel dit à Saül : « Pourquoi m'as-tu dérangé en me faisant évoquer ?  » Saül dit : « Je suis dans une grande angoisse. Les Philistins me font la guerre et Dieu s'est détourné de moi, il ne répond plus, ni par les prophètes, ni en songe. Alors je t'ai appelé pour que tu m'indiques ce que je dois faire. »16 Samuel dit : « Pourquoi me consulter, quand Yahvé s'est détourné de toi et est devenu ton adversaire ?17 Yahvé a fait pour un autre comme il t'avait dit par mon entremise : il a arraché de ta main la royauté et l'a donnée à ton prochain, David,18 parce que tu n'as pas écouté la voie de Yahvé, et que tu n'as pas satisfait l'ardeur de sa colère contre Amaleq. C'est pour cela que Yahvé t'a traité de la sorte aujourd'hui.19 De plus, Yahvé livrera avec toi Israël aux mains des Philistins ; demain, toi et tes fils, vous serez avec moi ; l'armée d'Israël aussi, Yahvé la livrera aux mains des Philistins. »20 Aussitôt, Saül tomba à terre de tout son long. Il était terrifié par les paroles de Samuel ; de plus il était sans force, n'ayant rien mangé de tout le jour et de toute la nuit.21 La femme vint à Saül, et, le voyant épouvanté, elle lui dit : »Vois, ta servante t'a obéi, j'ai risqué ma vie et j'ai obéi aux ordres que tu m'avais donnés.22 Maintenant, je t'en prie, écoute à ton tour la voix de ta servante : laisse-moi te servir un morceau de pain et mange ; ainsi tu auras des forces pour te remettre en route. »23 Saül refusa : « Je ne mangerai pas », dit-il. Mais ses serviteurs le pressèrent, ainsi que la femme, et il les écouta. Il se leva de terre et s'assit sur le divan.24 La femme avait chez elle un veau à l'engrais. Vite, elle l'abattit et, prenant de la farine, elle pétrit et fit cuire des pains sans levain.25 Elle servit Saül et ses gens. Ils mangèrent, puis se levèrent et partirent cette même nuit.

1 Samuel 27,1-12

Posted in etranger (terre étrangère) with tags on 3 mai 2013 by JL
David se dit en lui-même : « Un de ces jours, je vais périr par la main de Saül, je n'ai rien de mieux à faire que de me sauver au pays des Philistins. Saül renoncera à me traquer encore dans tout le territoire d'Israël et j'échapperai à sa main. »2 Donc David se mit en route et passa, avec les 600 hommes qu'il avait, chez Akish, fils de Maok, le roi de Gat.3 David s'établit auprès d'Akish à Gat, lui et ses hommes, chacun avec sa famille, David avec ses deux femmes, Ahinoam de Yizréel et Abigayil, la femme de Nabal de Karmel.4 On informa Saül que David s'était enfui à Gat et il cessa de le chercher.5 David dit à Akish : « Je t'en prie, si j'ai trouvé faveur à tes yeux, qu'on me donne une place dans l'une des villes de l'extérieur, où je puisse résider. Pourquoi ton serviteur demeurerait-il à côté de toi dans la ville royale ? « 6 Ce même jour, Akish lui donna Ciqlag. C'est pourquoi Ciqlag a appartenu jusqu'à maintenant aux rois de Juda.7 La durée du séjour que David fit en territoire philistin fut d'un an et quatre mois.8 David et ses gens partirent en razzia contre les Geshurites, les Girzites et les Amalécites, car telles sont les tribus habitant la région qui va de Télam en direction de Shur et jusqu'à la terre d'Egypte.9 David dévastait le pays et ne laissait en vie ni homme ni femme, il enlevait le petit et le gros bétail, les ânes, les chameaux et les vêtements, puis il revenait et rentrait chez Akish.10 Quand Akish demandait : « Où avez-vous fait la razzia aujourd'hui », David répondait que c'était contre le Négeb de Juda ou le Négeb de Yerahméel ou le Négeb des Qénites.11 David ne laissait en vie ni homme ni femme à ramener à Gat, « de peur, se disait-il, qu'ils ne fassent des rapports contre nous en disant : Voilà ce que David a fait. » Telle fut sa manière d'agir tout le temps qu'il séjourna en territoire philistin.12 Akish avait confiance en David ; il se disait : « Il s'est sûrement rendu odieux à Israël son peuple et il sera pour toujours mon serviteur. »

1 Samuel 26,1-25

Posted in attributs et noms divins, chemin (voie du Seigneur), fidélité (infidélité), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), idolâtrie, justice (justification, juste), libération (délivrance, joug), malédiction, onction (oindre), rétribution (mérite), sang with tags on 3 mai 2013 by JL
Les gens de Ziph vinrent à Gibéa et dirent à Saül : « Est-ce que David ne se cache pas sur la colline de Hakila, à l’orée de la steppe ? « 2 S’étant mis en route, Saül descendit au désert de Ziph, accompagné de 3.000 hommes, l’élite d’Israël, pour traquer David dans le désert de Ziph.3 Saül campa à la colline de Hakila, qui est à l’orée de la steppe, près de la route. David séjournait au désert et il vit que Saül était venu derrière lui au désert.4 David envoya des espions et il sut que Saül était effectivement arrivé.5 Alors David se mit en route et arriva au lieu où Saül campait. Il vit l’endroit où étaient couchés Saül et Abner, fils de Ner, le chef de son armée : Saül était couché dans le campement et la troupe bivouaquait autour de lui.6 David, s’adressant à Ahimélek le Hittite et à Abishaï, fils de Ceruya et frère de Joab, leur dit : « Qui veut descendre avec moi au camp, jusqu’à Saül ?  » Abishaï répondit : « C’est moi qui descendrai avec toi. »7 Donc David et Abishaï se dirigèrent de nuit vers la troupe : ils trouvèrent Saül étendu et dormant dans le campement, sa lance plantée en terre à son chevet, et Abner et l’armée étaient couchés autour de lui.8 Alors Abishaï dit à David : « Aujourd’hui Dieu a livré ton ennemi en ta main. Eh bien, laisse-moi le clouer à terre avec sa propre lance, d’un seul coup et je n’aurai pas à lui en donner un second ! « 9 Mais David dit à Abishaï : « Ne le tue pas ! Qui pourrait porter la main sur l’oint de Yahvé et rester impuni ? « 10 David ajouta : « Aussi vrai que Yahvé est vivant, c’est Yahvé qui le frappera, soit que son jour arrive et qu’il meure, soit qu’il descende au combat et qu’il y périsse.11 Mais que Yahvé me garde de porter la main sur l’oint de Yahvé ! Maintenant, prends donc la lance qui est à son chevet et la gourde d’eau, et allons-nous en. »12 David prit du chevet de Saül la lance et la gourde d’eau et ils s’en allèrent : personne n’en vit rien, personne ne le sut, personne ne s’éveilla, ils dormaient tous, car une torpeur venant de Yahvé s’était abattue sur eux.13 David passa de l’autre côté et se tint sur le sommet de la montagne au loin ; il y avait un grand espace entre eux.14 Alors David appela l’armée et Abner, fils de Ner : « Ne vas-tu pas répondre, Abner », dit-il. Et Abner répondit : « Qui es-tu, toi qui appelles ? « 15 David dit à Abner : « N’es-tu pas un homme ? Et qui est ton pareil en Israël ? Pourquoi donc n’as-tu pas veillé sur le roi ton maître ? Car quelqu’un du peuple est venu pour tuer le roi ton maître.16 Ce n’est pas bien ce que tu as fait. Aussi vrai que Yahvé est vivant, vous êtes dignes de mort pour n’avoir pas veillé sur votre maître, l’oint de Yahvé. Maintenant, regarde donc où est la lance du roi et où est la gourde d’eau qui était à son chevet ! « 17 Or Saül reconnut la voix de David, et il demanda : « Est-ce bien ta voix, mon fils David » — « Oui, Monseigneur le roi », répondit David.18 Et il continua : « Pourquoi donc Monseigneur poursuit-il son serviteur ? Qu’ai-je fait et de quoi suis-je coupable ?19 Maintenant, que Monseigneur le roi veuille écouter les paroles de son serviteur : si c’est Yahvé qui t’excite contre moi, qu’il soit apaisé par une offrande, mais si ce sont des humains, qu’ils soient maudits devant Yahvé, car ils m’ont banni aujourd’hui, en sorte que je ne participe plus à l’héritage de Yahvé, comme s’ils disaient : Va servir des dieux étrangers !20 Maintenant, que mon sang ne soit pas répandu à terre loin de la présence de Yahvé ! En effet, le roi d’Israël est sorti à la quête de ma vie, comme on pourchasse la perdrix dans les montagnes. »21 Saül dit : « J’ai péché ! Reviens, mon fils David, je ne te ferai plus de mal, puisque ma vie a eu aujourd’hui tant de prix à tes yeux. Oui, j’ai agi en insensé et je me suis très lourdement trompé. »22 David répondit : « Voici la lance du roi. Que l’un des garçons traverse et vienne la prendre.23 Yahvé rendra à chacun selon sa justice et sa fidélité : aujourd’hui Yahvé t’avait livré entre mes mains et je n’ai pas voulu porter la main contre l’oint de Yahvé.24 De même que ta vie a compté beaucoup à mes yeux en ce jour, ainsi ma vie comptera beaucoup au regard de Yahvé et il me délivrera de toute angoisse. »25 Saül dit à David : « Béni sois-tu, mon fils David. Certainement tu entreprendras et tu réussiras. » David alla son chemin et Saül retourna chez lui.

1 Samuel 25,1-44

Posted in bénédiction, conscience (examen), enfer (géhenne, vallée du Cédron), immortalité de l'âme (souffle de vie), royauté en Israel with tags on 2 mai 2013 by JL
Samuel mourut. Tout Israël s'assembla et fit son deuil ; on l'ensevelit chez lui à Rama. David partit et descendit au désert de Maôn.2 Il y avait à Maôn un homme, qui avait ses affaires à Karmel ; c'était un homme très riche, il avait mille moutons et mille chèvres, et il était alors à Karmel pour la tonte de son troupeau.3 L'homme se nommait Nabal et sa femme, Abigayil ; mais alors que la femme était pleine de bon sens et belle à voir, l'homme était brutal et malfaisant ; il était Calébite.4 David, ayant appris au désert que Nabal tondait son troupeau,5 envoya dix garçons auxquels il dit : « Montez à Karmel, rendez-vous chez Nabal et saluez-le de ma part.6 Vous parlerez ainsi à mon frère : Salut à toi, salut à ta maison, salut à tout ce qui t'appartient !7 Maintenant, j'apprends que tu as les tondeurs. Or tes bergers ont été avec nous, nous ne les avons pas molestés et rien de ce qui leur appartenait n'a disparu, tout le temps qu'ils furent à Karmel.8 Interroge tes serviteurs et ils te renseigneront. Puissent les garçons trouver bon accueil auprès de toi, car nous sommes venus un jour de fête. Donne, je te prie, ce que tu as sous la main à tes serviteurs et à ton fils David. »9 Les garçons de David, étant arrivés, redirent toutes ces paroles à Nabal de la part de David et attendirent.10 Mais Nabal, s'adressant aux serviteurs de David, leur dit : « Qui est David, qui est le fils de Jessé ? Il y a aujourd'hui trop de serviteurs qui se sauvent de chez leurs maîtres.11 Je vais peut-être prendre mon pain, mon vin, ma viande que j'ai abattue pour mes tondeurs et en faire cadeau à des gens qui viennent je ne sais d'où ! « 12 Les garçons de David rebroussèrent chemin et s'en retournèrent. A leur arrivée, ils répétèrent toutes ces paroles à David.13 Alors David dit à ses hommes : « Que chacun ceigne son épée !  » Ils ceignirent chacun son épée, David aussi ceignit la sienne, et 400 hommes environ partirent à la suite de David, tandis que 200 restaient près des bagages.14 Or Abigayil, la femme de Nabal, avait été avertie par l'un des serviteurs, qui lui dit : « David a envoyé, du désert, des messagers pour saluer notre maître, mais celui-ci s'est jeté sur eux.15 Pourtant ces gens ont été très bons pour nous, ils ne nous ont pas molestés et nous n'avons rien perdu, tout le temps que nous avons circulé près d'eux, quand nous étions dans la campagne.16 Nuit et jour, ils ont été comme un rempart autour de nous, tout le temps que nous fûmes avec eux à paître le troupeau.17 Reconnais maintenant et vois ce que tu dois faire, car la perte de notre maître et de toute sa maison est une affaire réglée, et c'est un vaurien à qui on ne peut rien dire. »18 Vite Abigayil prit 200 pains, deux outres de vin, cinq moutons apprêtés, cinq boisseaux de grain rôti, cent grappes de raisin sec, 200 gâteaux de figues, qu'elle chargea sur des ânes.19 Elle dit à ses serviteurs : « Passez devant, et moi je vous suis », mais elle ne prévint pas Nabal, son mari.20 Tandis que, montée sur un âne, elle descendait derrière un repli de la montagne, David et ses hommes descendaient vis-à-vis d'elle et elle les rencontra.21 Or David s'était dit : « C'est donc en vain que j'ai protégé dans le désert tout ce qui était à ce bonhomme et que rien de ce qui lui appartenait n'a disparu ! Il me rend le mal pour le bien !22 Que Dieu fasse à David ce mal et qu'il ajoute cet autre si, d'ici à demain matin, je laisse de tous les siens subsister un seul mâle. »23 Dès qu'Abigayil aperçut David, elle se hâta de descendre de l'âne et, tombant sur la face devant David, elle se prosterna jusqu'à terre.24 Se jetant à ses pieds, elle dit : « Que la faute soit sur moi, Monseigneur ! Puisse ta servante parler à tes oreilles et daigne écouter les paroles de ta servante !25 Que Monseigneur ne fasse pas attention à ce vaurien, à ce Nabal, car il porte bien son nom : il s'appelle La Brute et vraiment il est abruti. Mais moi, ta servante, je n'avais pas vu les garçons que Monseigneur avait envoyés.26 Maintenant, Monseigneur, par la vie de Yahvé et ta propre vie, par Yahvé qui t'a empêché d'en venir au sang et de te faire justice de ta propre main, que deviennent comme Nabal tes ennemis et ceux qui cherchent du mal à Monseigneur !27 Quant à ce présent que ta servante apporte à Monseigneur, qu'il soit remis aux garçons qui marchent sur les pas de Monseigneur.28 Pardonne, je t'en prie, l'offense de ta servante ! Aussi bien, Yahvé assurera à Monseigneur une maison durable, car Monseigneur combat les guerres de Yahvé et, au long de ta vie, on ne trouve pas de mal en toi.29 Et si un homme se lève pour te poursuivre et attenter à ta vie, l'âme de Monseigneur sera ensachée dans le sachet de vie auprès de Yahvé ton Dieu, tandis que l'âme de tes ennemis, il la lancera au creux de la fronde.30 Lors donc que Yahvé aura accompli pour Monseigneur tout le bien qu'il a dit à ton propos et lorsqu'il t'aura établi chef sur Israël,31 que ce ne soit pas pour toi un trouble et un remords pour Monseigneur d'avoir versé en vain le sang et de s'être fait justice de sa main. Quand Yahvé aura fait du bien à Monseigneur, souviens-toi de ta servante. »32 David répondit à Abigayil : « Béni soit Yahvé, Dieu d'Israël, qui t'a envoyée aujourd'hui à ma rencontre.33 Bénie soit ta sagesse et bénie sois-tu, pour m'avoir retenu aujourd'hui d'en venir au sang et de me faire justice de ma propre main !34 Mais, par la vie de Yahvé, Dieu d'Israël, qui m'a empêché de te faire du mal, si tu n'étais pas venue aussi vite au-devant de moi, je jure que, d'ici au lever du matin, il ne serait pas resté à Nabal un seul mâle. »35 David reçut ce qu'elle lui avait apporté et il lui dit : « Remonte en paix chez toi. Vois : je t'ai exaucée et je t'ai fait grâce. »36 Quand Abigayil arriva chez Nabal, il festoyait dans sa maison. Un festin de roi : Nabal était en joie et complètement ivre ; aussi, jusqu'au lever du jour, elle ne lui révéla rien.37 Le matin, quand Nabal eut cuvé son vin, sa femme lui raconta cette affaire : alors son coeur mourut dans sa poitrine et il devint comme une pierre.38 Une dizaine de jours plus tard, Yahvé frappa Nabal et il mourut.39 Ayant appris que Nabal était mort, David dit : « Béni soit Yahvé qui m'a rendu justice pour l'injure que j'avais reçue de Nabal et qui a retenu son serviteur de commettre le mal. Yahvé a fait retomber la méchanceté de Nabal sur sa propre tête. » David envoya demander Abigayil en mariage.40 Les serviteurs de David vinrent donc trouver Abigayil à Karmel et lui dirent : « David nous a envoyés vers toi pour te prendre comme sa femme. »41 D'un mouvement, elle se prosterna la face contre terre et dit : « Ta servante est comme une esclave, pour laver les pieds des serviteurs de Monseigneur. »42 Vite, Abigayil se releva et monta sur un âne ; suivie par cinq de ses servantes, elle partit derrière les messagers de David et elle devint sa femme.43 David avait aussi épousé Ahinoam de Yizréel, et il les eut toutes deux pour femmes.44 Saül avait donné sa fille Mikal, femme de David, à Palti, fils de Layish, de Gallim.