Archive pour Maccabées 1

1 Maccabée 16,1-24

Posted in ciel (cieux) with tags on 23 décembre 2013 by JL

Jean monta de Gazara et avertit Simon son père de ce que Kendébée était en train d'accomplir.2 Simon appela alors ses deux fils les plus âgés, Judas et Jean, et leur dit : « Mes frères et moi, et la maison de mon père, nous avons combattu les ennemis d'Israël depuis notre jeunesse jusqu'à ce jour, et nos mains ont réussi à sauver Israël maintes fois.3 Maintenant je suis vieux, tandis que vous, par la miséricorde du ciel, vous êtes d'un âge suffisant : prenez ma place et celle de mon frère et partez combattre pour notre nation, et que le secours du Ciel soit avec vous. »4 Puis il choisit dans le pays 20.000 combattants et des cavaliers qui marchèrent sur Kendébée et passèrent la nuit à Modîn.5 S'étant levés le matin, ils s'avancèrent vers la plaine. Et voici qu'une armée nombreuse venait à leur rencontre, fantassins et cavaliers, mais il y avait un torrent entre eux.6 Jean prit position en face des ennemis, lui et sa troupe, et, voyant que la troupe craignait de traverser le torrent, il passa le premier. A cette vue, ses hommes à leur tour passèrent après lui.7 Il divisa la troupe (en deux corps) avec les cavaliers au milieu des fantassins, car la cavalerie des adversaires était fort nombreuse.8 Les trompettes retentirent et Kendébée fut mis en fuite avec son armée ; beaucoup tombèrent frappés à mort ; ceux qui échappèrent s'enfuirent vers la forteresse.9 C'est alors que fut blessé Judas, le frère de Jean. Quant à Jean, il les poursuivit jusqu'à ce que Kendébée arrivât à Kédrôn qu'il avait rebâtie.10 Ils s'enfuirent jusqu'aux tours qui sont dans les champs d'Azôtos, que Jean incendia. 2.000 d'entre eux succombèrent et il retourna en paix dans la Judée.11 Ptolémée fils d'Aboubos avait été établi stratège de la plaine de Jéricho, il possédait beaucoup d'or et d'argent,12 car il était le gendre du grand prêtre.13 Son coeur s'enorgueillit ; il aspira à se rendre maître du pays et formait des desseins perfides contre Simon et ses fils pour les supprimer.14 Or Simon faisait une tournée d'inspection dans les villes du pays, soucieux de ce qui regardait leur administration. Il descendit à Jéricho, lui et ses fils Mattathias et Judas, l'année 177, au onzième mois qui est le mois de Shebat.15 Le fils d'Aboubos les reçut par ruse dans une petite forteresse, nommée Dôk, qu'il avait bâtie. Il leur servit un grand banquet et cacha des hommes (dans le fortin).16 Lorsque Simon fut ivre ainsi que ses fils, Ptolémée se leva avec ses hommes et, prenant leurs armes, ils se précipitèrent sur Simon dans la salle du festin et le tuèrent avec ses deux fils et quelques-uns de ses serviteurs.17 Il commit ainsi une grande perfidie et rendit le mal pour le bien.18 Ptolémée en écrivit un rapport qu'il adressa au roi, afin de se faire envoyer des troupes de secours et de lui livrer les villes et la province.19 Il envoya d'autres émissaires à Gazara pour supprimer Jean, et manda par lettre aux chiliarques de venir auprès de lui pour qu'il leur donnât de l'argent, de l'or et des présents.20 Il en dépêcha d'autres pour prendre possession de Jérusalem et de la montagne du sanctuaire.21 Mais quelqu'un, ayant pris les devants, avait annoncé à Jean, à Gazara, que son père et ses frères avaient péri, et il dit : « Il a envoyé quelqu'un pour te tuer toi aussi. »22 A cette nouvelle, Jean fut tout bouleversé ; il arrêta les hommes venus pour le tuer et les mit à mort, car il savait qu'ils cherchaient à le perdre.23 Quant au reste des actions de Jean, ses combats et les exploits qu'il accomplit, les remparts qu'il construisit et ses autres entreprises,24 cela est écrit dans le livre des Annales de son pontificat depuis le jour où il devint grand prêtre après son père.

Publicités

1 Maccabées 15,1-41

Posted in désolation (dévastation, ruine), héritage (de Dieu, le nôtre,partage), Uncategorized with tags on 23 décembre 2013 by JL

Antiochus, fils du roi Démétrius, envoya, des îles de la mer, à Simon, prêtre et ethnarque des Juifs, et à toute la nation,2 une lettre ainsi conçue : « Le roi Antiochus à Simon, grand prêtre et ethnarque, et à la nation des Juifs, salut.3 Puisque des malfaiteurs se sont emparés du royaume de nos pères, que je prétends revendiquer la possession du royaume afin de le rétablir dans sa situation antérieure, et que j’ai levé quantité de troupes et équipé des vaisseaux de guerre4 avec l’intention de débarquer dans le pays et de poursuivre ceux qui l’ont ruiné et qui ont dévasté beaucoup de villes de mon royaume,5 je te confirme donc maintenant toutes les remises que t’ont concédées les rois, mes prédécesseurs, et la dispense de tous les autres présents qu’ils t’ont accordée.6 Je te permets de battre monnaie à ton empreinte, avec cours légal dans ton pays.7 Que Jérusalem et le sanctuaire soient libres ; que toutes les armes que tu as fabriquées et les forteresses que tu as bâties et que tu occupes te demeurent.8 Que tout ce que tu dois au trésor royal et ce que tu lui devras dans l’avenir te soit remis dès maintenant et pour toujours.9 Lorsque nous aurons conquis notre royaume, nous te gratifierons, toi, ta nation et le sanctuaire, de tels honneurs que votre gloire deviendra éclatante sur toute la terre. »10 L’année 174, Antiochus se mit en marche vers le pays de ses pères, et toutes les troupes s’en vinrent à lui, de sorte qu’il resta peu de monde avec Tryphon.11 Antiochus se mit à sa poursuite et Tryphon s’enfuit à Dôra sur la mer,12 car il savait que les malheurs s’amassaient sur lui et que ses troupes l’avaient abandonné.13 Antiochus vint camper devant Dôra, avec 120.000 combattants et 8.000 cavaliers.14 Il investit la ville, et les vaisseaux s’approchèrent du côté de la mer, de sorte qu’il pressait la ville par terre et par mer et ne laissait personne entrer ni sortir.15 Cependant, Nouménios et ses compagnons arrivèrent de Rome avec des lettres adressées aux rois et aux pays ; en voici la teneur :16 « Lucius, consul des Romains, au roi Ptolémée, salut.17 Les ambassadeurs des Juifs sont venus chez nous en amis et en alliés pour renouveler l’amitié et l’alliance de jadis, envoyés par le grand prêtre Simon et le peuple des Juifs.18 Ils ont apporté un bouclier d’or de mille mines.19 Il nous a plu, en conséquence, d’écrire aux rois et aux pays de ne pas leur chercher noise, de ne pas leur faire la guerre, ni à leurs villes, ni à leur pays, et de ne pas s’allier à ceux qui les attaqueraient.20 Nous avons décrété de recevoir le bouclier de leur part.21 Si donc des gens pernicieux se sont enfuis de leur pays pour se réfugier chez vous, livrez-les au grand prêtre Simon pour qu’il les punisse suivant leurs lois. »22 La même lettre fut adressée au roi Démétrius, à Attale, à Ariarathe, à Arsace23 et à tous les pays, à Sampsamé, aux Spartiates, à Délos, à Myndos, à Sicyone, à la Carie, à Samos, à la Pamphylie, à la Lycie, à Halicarnasse, à Rhodes, à Phasélis, à Cos, à Sidè, à Arados, à Gortyne, à Cnide, à Chypre et à Cyrène.24 Ils rédigèrent une copie de ces lettres pour le grand prêtre Simon.25 Le roi Antiochus campait devant Dôra, dans le faubourg, faisant avancer continuellement les détachements contre la ville et construisant des machines. Il bloquait Tryphon de sorte qu’on ne pouvait ni sortir ni entrer.26 Simon lui envoya 2.000 hommes d’élite pour prendre part au combat, avec de l’argent, de l’or et un matériel considérable.27 Il ne voulut pas les recevoir ; bien plus, il révoqua tout ce dont il avait convenu avec Simon auparavant et il devint tout autre à son égard.28 Il lui envoya Athénobius, un de ses amis, pour conférer avec lui et lui dire : « Vous occupez Joppé, Gazara et la Citadelle qui est à Jérusalem, villes de mon royaume.29 Vous avez dévasté leurs territoires, vous avez fait beaucoup de mal au pays et vous vous êtes rendu maîtres de nombreuses localités de mon royaume.30 Rendez donc maintenant les villes que vous avez prises et les impôts des cantons dont vous vous êtes emparés en dehors des limites de la Judée.31 Ou bien donnez à leur place 500 talents d’argent et, pour les dévastations que vous avez commises et pour les impôts des villes, 500 autres talents ; sinon, nous viendrons vous faire la guerre. »32 Athénobius, ami du roi, vint à Jérusalem et vit la magnificence de Simon, son buffet garni de vases d’or et d’argent et tout l’apparat dont il s’entourait. Il en fut stupéfait et lui fit connaître les paroles du roi.33 Simon lui répondit en ces termes : « Ce n’est point une terre étrangère que nous avons prise ni des biens d’autrui que nous avons conquis, mais c’est l’héritage de nos pères : c’est injustement que nos ennemis l’ont possédé un certain temps.34 Mais nous, trouvant l’occasion favorable, nous récupérons l’héritage de nos pères.35 Quant à Joppé et à Gazara que tu réclames, ces villes faisaient beaucoup de mal au peuple et désolaient notre pays, pour elles nous donnerons cent talents. » L’envoyé ne lui répondit mot.36 Il s’en revint furieux chez le roi et lui fit connaître la réponse et la magnificence de Simon, bref, tout ce qu’il avait vu, ce qui mit le roi dans une grande colère.37 Or Tryphon, étant monté sur un bateau, s’enfuit à Orthosia.38 Le roi institua Kendébée épistratège de la Zone Maritime et lui confia une armée de fantassins et de cavaliers.39 Il lui donna l’ordre de camper en face de la Judée et lui enjoignit de construire Kédrôn, de consolider ses portes et de guerroyer contre le peuple ; quant au roi il se mit à la poursuite de Tryphon.40 Kendébée se rendit à Iamnia et ne tarda pas à provoquer le peuple, à envahir la Judée, à faire des prisonniers et à massacrer.41 Il rebâtit Kédrôn et y cantonna des cavaliers et des fantassins pour opérer des sorties et patrouiller sur les chemins de Judée, comme le roi le lui avait ordonné.

1 Maccabées 14,16-49

Posted in Uncategorized with tags on 23 décembre 2013 by JL

16 Lorsqu'on apprit à Rome, et jusqu'à Sparte, que Jonathan était mort, on en fut profondément affligé.17 Mais lorsqu'on entendit que Simon, son frère, lui avait succédé comme grand prêtre et qu'il était maître du pays et des villes qui s'y trouvaient,18 ils lui écrivirent sur des tablettes de bronze pour renouveler avec lui l'amitié et l'alliance qu'ils avaient conclues avec Judas et Jonathan ses frères.19 Lecture en fut donnée devant l'assemblée à Jérusalem.20 Voici la copie des lettres qu'envoyèrent les Spartiates : « Les magistrats et la ville des Spartiates à Simon, grand prêtre, aux anciens, aux prêtres et au reste du peuple des Juifs, salut.21 Les ambassadeurs que vous avez envoyés à notre peuple nous ont informés de votre gloire et de votre bonheur, nous avons été enchantés de leur venue.22 Nous avons enregistré leurs déclarations parmi les décisions populaires en ces termes : Nouménios, fils d'Antiochos, et Antipater, fils de Jason, ambassadeurs des Juifs, sont venus chez nous pour renouer amitié avec nous.23 Et il a plu au peuple de recevoir ces personnages avec honneur et de déposer la copie de leurs discours aux archives publiques, pour que le peuple de Sparte en garde le souvenir. Il en a été exécuté par ailleurs une copie pour Simon le grand prêtre. »24 Après cela, Simon envoya Nouménios à Rome avec un grand bouclier d'or du poids de mille mines, pour confirmer l'alliance avec eux.25 En apprenant ces faits, on dit parmi le peuple : « Quel témoignage de reconnaissance donnerons-nous à Simon et à ses fils ?26 Car il s'est montré ferme, lui aussi bien que ses frères et la maison de son père ; il a, en les combattant, repoussé les ennemis d'Israël loin de lui, et établi sa liberté. » Aussi gravèrent-ils un texte sur des tables de bronze et le placèrent-ils sur des stèles au mont Sion.27 Voici la copie de ce texte : « Le dix-huit Elul de l'an 172 qui est la troisième année de Simon, grand prêtre éminent, en Asaramel,28 en la grande assemblée des prêtres, du peuple, des princes de la nation et des anciens du pays, on nous a notifié ceci :29 Lorsque des combats incessants eurent lieu dans la contrée, Simon, fils de Mattathias, descendant des fils de Ioarib, et ses frères se sont exposés au danger et ont tenu tête aux ennemis de leur nation, afin que leur sanctuaire demeurât debout ainsi que la Loi, et ils ont acquis à leur nation une grande gloire.30 Jonathan rassembla sa nation et devint son grand prêtre, puis il alla rejoindre son peuple.31 Les ennemis des Juifs voulurent envahir leur pays pour ravager leur territoire et porter la main sur leur sanctuaire.32 Alors Simon se leva et combattit pour sa nation. Il dépensa beaucoup de ses propres richesses, fournit des armes aux hommes vaillants de sa nation et leur donna une solde ;33 il fortifia les villes de Judée ainsi que Bethsour, sur les limites de la Judée, où se trouvaient auparavant les armes des ennemis, et il y mit une garnison de guerriers juifs.34 Il fortifia Joppé sur la mer et Gazara sur les limites d'Azôtos, habitée naguère par des ennemis, où il plaça des colons juifs et entreposa tout ce qui convenait à leur entretien.35 Le peuple vit la fidélité de Simon et la gloire qu'il se proposait de donner à sa nation ; ils le constituèrent leur higoumène et leur grand prêtre à cause de tous les services qu'il avait rendus, à cause de la justice et de la fidélité qu'il garda envers sa nation et parce qu'il avait travaillé de toutes manières à l'élévation de son peuple.36 En ces jours, il lui fut donné d'extirper de son pays les nations et ceux qui étaient dans la Cité de David à Jérusalem, dont ils s'étaient fait une citadelle d'où ils opéraient des sorties, souillant les alentours du sanctuaire et portant une atteinte grave à sa sainteté.37 Il y établit des guerriers juifs et la fortifia pour la sécurité du pays et de la ville, et il exhaussa les murailles de Jérusalem.38 Le roi Démétrius lui confirma en conséquence la souveraine sacrificature,39 il l'éleva au rang des amis et l'entoura d'un éclat considérable.40 Le roi en effet avait appris que les Romains appelaient les Juifs amis, alliés et frères, qu'ils avaient reçu avec honneur les ambassadeurs de Simon,41 et que les Juifs et les prêtres avaient jugé bon que Simon fût higoumène et grand prêtre pour toujours jusqu'à ce que paraisse un prophète accrédité ;42 et aussi qu'il fût leur stratège et prît soin de désigner les responsables de la fabrique du sanctuaire, de l'administration du pays, des armements et des places fortes ;43 (qu'il prît soin du sanctuaire, qu'il fût obéi de tous, que tous les actes dans le pays fussent rédigés en son nom, qu'il fût revêtu de la pourpre et portât des ornements d'or.44 Il ne sera permis à personne du peuple et d'entre les prêtres de rejeter un de ces points, ni de contredire les ordres qu'il donnera, ni de tenir un conciliabule dans le pays à son insu, ni de revêtir la pourpre ou de porter l'agrafe d'or.45 Quiconque agira contrairement à ces décisions ou en rejettera un point, sera passible d'une peine.46 Le peuple trouva bon d'accorder à Simon le droit d'agir suivant ces dispositions.47 Simon accepta et il consentit à exercer le souverain sacerdoce, à être stratège et ethnarque des Juifs et des prêtres, à être à la tête de tous.48 Ils décrétèrent que cet écrit serait gravé sur des tables de bronze qui devraient être placées dans l'enceinte du sanctuaire en un lieu apparent,49 et que des copies en seraient déposées dans le Trésor pour être à la disposition de Simon et de ses fils. »

 

1 Maccabées 14,1-15

Posted in humilité (humble), impiété, joie divine (jubilation), loi, paix, porter du fruit, pur et impur (souillure), temple (sanctuaire) with tags on 23 décembre 2013 by JL

En l’année 172, le roi Démétrius réunit son armée et s’en alla en Médie se procurer des secours afin de combattre Tryphon.2 Arsace, roi de Perse et de Médie, ayant appris que Démétrius était rentré sur son territoire, envoya un de ses généraux le capturer vivant.3 Celui-ci partit et défit l’armée de Démétrius, dont il se saisit ; il l’amena à Arsace, qui le mit en prison.4 Le pays de Juda fut en repos durant tous les jours du règne de Simon. Il chercha le bien de sa nation et son autorité fut agréée des siens, comme sa magnificence, durant toute sa vie.5 En plus de ses titres de gloire, il prit Joppé, en fit son port, et s’ouvrit un accès aux îles de la mer.6 Il recula les frontières de sa nation, tout en gardant le pays en main,7 et regroupa la foule des captifs. Il maîtrisa Gazara, Bethsour et la Citadelle, il en extirpa les impuretés et nul ne se trouva pour lui résister.8 Les gens cultivaient leur terre en paix, la terre donnait ses produits et les arbres de la plaine leurs fruits.9 Les vieillards sur les places étaient assis, tous s’entretenaient de la prospérité, les jeunes revêtaient de magnifiques armures.10 Aux villes il fournit des vivres, il les munit de fortifications, si bien que sa gloire parvint au bout du monde.11 Il fit la paix dans le pays et Israël éprouva une grande allégresse.12 Chacun s’assit sous sa vigne et son figuier et il n’y avait personne pour l’inquiéter.13 Quiconque le combattait dans le pays disparut et, en ces jours-là, les rois furent écrasés.14 Il affermit tous les humbles de son peuple et supprima tout impie et tout méchant. Il observa la Loi,15 couvrit de gloire le sanctuaire et l’enrichit de vases nombreux.

1 Maccabées 13,1-53

Posted in adversité (épreuve), cantique (chant de l'âme), idolâtrie, peuple de Dieu (Israel, Juda), prière de louange, pur et impur (souillure), remparts (murailles), temple (sanctuaire) with tags on 23 décembre 2013 by JL

Simon apprit que Tryphon avait réuni une grande armée pour aller ravager le pays de Juda.2 Voyant que le peuple tremblait d’épouvante, il monta à Jérusalem, rassembla le peuple3 qu’il exhorta en ces termes : « Vous n’êtes pas sans savoir tout ce que moi, mes frères et la maison de mon père avons fait pour les lois et le saint lieu, ainsi que les guerres et les tribulations que nous avons vues.4 C’est bien pour cela que tous mes frères ont péri, oui, pour la cause d’Israël, et que moi je suis resté tout seul.5 Maintenant, loin de moi d’épargner ma vie en aucun temps d’oppression ! car je ne suis pas meilleur que mes frères.6 Mais plutôt je vengerai ma nation, le lieu saint, vos femmes et vos enfants, parce que toutes les nations se sont coalisées pour nous anéantir, poussées par la haine. »7 A ces paroles, l’esprit du peuple se ralluma ;8 ils répondirent d’une voix forte : « Tu es notre guide à la place de Judas et de Jonathan, ton frère ;9 prends la direction de notre guerre et tout ce que tu nous diras, nous le ferons. »10 Il rassembla tous les hommes aptes au combat, se hâta d’achever les murs de Jérusalem et la fortifia.11 Il envoya à Joppé Jonathan, fils d’Absalom, avec une troupe importante ; celui-ci en chassa les habitants et s’y établit.12 Tryphon partit de Ptolémaïs avec une nombreuse armée pour entrer dans le pays de Juda, ayant avec lui Jonathan prisonnier.13 Simon vint alors camper à Adida, en face de la plaine.14 Tryphon, ayant appris que Simon avait remplacé son frère Jonathan et qu’il était sur le point d’engager la lutte avec lui-même, lui dépêcha des messagers pour lui dire :15 « C’est au sujet de l’argent que ton frère Jonathan doit au trésor royal, à raison des fonctions qu’il remplissait, que nous le tenons captif.16 Envoie donc maintenant cent talents d’argent et deux de ses fils en otages, de peur qu’une fois relâché il ne se rebelle contre nous ; alors nous le laisserons aller. »17 Simon, bien qu’il connût la fausseté des paroles que lui adressaient les messagers, envoya prendre l’argent et les enfants, de peur de s’attirer une grande inimitié de la part du peuple qui aurait dit :18 « C’est parce que je n’ai pas envoyé l’argent et les enfants que Jonathan a péri. »19 Il envoya donc les enfants et les cent talents, mais Tryphon le trompa en ne renvoyant pas Jonathan.20 Après cela, Tryphon se mit en marche pour envahir le pays et le ravager ; il fit un détour par le chemin d’Adôra : Simon et son armée lui faisaient obstacle partout où il passait.21 Cependant ceux de la Citadelle dépêchaient à Tryphon des messagers le pressant de venir chez eux par le désert et de leur faire parvenir des vivres.22 Tryphon disposa alors toute sa cavalerie pour y aller, mais dans cette nuit-là il tomba une neige si abondante qu’il ne put s’y rendre. Il partit de là et se rendit en Galaaditide.23 Aux approches de Baskama, il tua Jonathan, qui fut enseveli en ce lieu.24 Tryphon, s’en retournant, regagna son pays.25 Simon envoya recueillir les ossements de Jonathan, son frère, et il l’ensevelit à Modîn, ville de ses pères.26 Tout Israël mena sur lui un grand deuil et se lamenta durant de longs jours.27 Simon bâtit sur la sépulture de son père et de ses frères un monument de pierres polies tant par derrière qu’en façade, assez haut pour être vu.28 Il érigea sept pyramides, l’une en face de l’autre, à son père, à sa mère et à ses quatre frères.29 Il les entoura d’un ouvrage consistant en hautes colonnes surmontées de panoplies, pour un souvenir éternel, et, à côté des panoplies, de vaisseaux sculptés pour être vus par tous ceux qui naviguent sur la mer.30 Tel est le mausolée qu’il fit à Modîn, et qui existe encore aujourd’hui.31 Or Tryphon, usant de perfidie avec le jeune roi Antiochus, le mit à mort.32 Il régna à sa place, ceignit le diadème de l’Asie et fit beaucoup de mal dans le pays.33 Quant à Simon, il rebâtit les forteresses de Judée, les entoura de hautes tours et de murs élevés munis de portes et de verrous et, dans ces forteresses, il entreposa des vivres.34 En outre, Simon désigna des hommes qu’il envoya au roi Démétrius pour que celui-ci accordât rémission à la province, parce que tous les actes de Tryphon n’étaient que rapines.35 Le roi Démétrius envoya une réponse à sa demande dans une lettre libellée comme suit :36 « Le roi Démétrius à Simon, grand prêtre, ami des rois, aux anciens et à la nation des Juifs, salut.37 Nous avons agréé la couronne d’or et la palme que vous nous avez envoyées et nous sommes disposés à faire avec vous une paix complète et à écrire aux fonctionnaires de vous accorder des remises.38 Tout ce que nous avons statué à votre égard reste stable, et les forteresses que vous avez construites sont à vous.39 Nous vous remettons les erreurs et les manquements commis jusqu’à ce jour ainsi que la couronne que vous devez, et si quelque autre droit était perçu à Jérusalem, qu’il ne soit plus exigé.40 Si quelques-uns d’entre vous étaient aptes à s’enrôler dans notre garde du corps, qu’ils se fassent inscrire et que la paix soit faite entre nous. »41 L’an 170 le joug des nations fut ôté d’Israël,42 et le peuple commença à écrire sur les actes et les contrats : « En la première année sous Simon, grand prêtre éminent, stratège et higoumène des Juifs. »43 En ces jours-là, Simon vint mettre le siège devant Gazara et l’investir avec ses troupes. Il construisit une tour roulante, la fit donner contre la ville, ouvrit une brèche dans l’un des bastions et s’en empara.44 Ceux qui étaient dans la tour sautèrent dans la place, ce qui y produisit une agitation considérable.45 Les habitants de la ville avec leurs femmes et leurs enfants montèrent sur le rempart et, déchirant leurs vêtements, ils demandèrent à grands cris à Simon de faire la paix avec eux :46 « Ne nous traite pas, dirent-ils, selon notre méchanceté, mais selon ta miséricorde. »47 Simon fit un arrangement avec eux et ne les combattit pas. Seulement, il les chassa de la ville, purifia les maisons dans lesquelles il y avait des idoles, et alors il y entra au chant des hymnes et des bénédictions.48 Il en bannit toute impureté, y établit des hommes qui pratiquaient la Loi et, l’ayant fortifiée, il s’y bâtit pour lui-même une résidence.49 Quant à ceux de la Citadelle à Jérusalem, ils étaient empêchés de sortir et de se rendre à la campagne, d’acheter et de vendre : ils eurent terriblement faim et nombre d’entre eux furent emportés par la famine.50 Ils demandèrent avec cris à Simon de faire la paix avec eux, ce qu’il leur accorda. Il les chassa de là et purifia la Citadelle de toute souillure.51 Les Juifs y firent leur entrée le 23 du deuxième mois de l’an 171, avec des acclamations et des palmes, au son des lyres, des cymbales et des harpes, au chant des hymnes et des cantiques, parce qu’un grand ennemi avait été brisé et jeté hors d’Israël.52 Simon ordonna de célébrer chaque année ce jour-là avec jubilation. Il fortifia la montagne du sanctuaire du côté de la Citadelle et y habita lui et les siens.53 Simon vit que Jean, son fils, était vraiment un homme ; aussi l’établit-il chef de toutes les forces ; il résidait à Gazara.

1 Maccabées 12,1-53

Posted in Uncategorized with tags on 23 décembre 2013 by JL

Jonathan, voyant que les circonstances lui étaient favorables, choisit des hommes qu'il envoya à Rome pour confirmer et renouveler l'amitié avec les Romains.2 Aux Spartiates et en d'autres lieux il envoya des lettres dans le même sens.3 Ils se rendirent donc à Rome, entrèrent au Sénat et dirent : « Jonathan le grand prêtre et la nation des Juifs nous ont envoyés renouveler l'amitié et l'alliance avec eux telles qu'elles étaient auparavant. »4 Le Sénat leur donna des lettres pour les autorités de chaque pays, recommandant de les acheminer en paix jusqu'au pays de Juda.5 Voici la copie de la lettre que Jonathan écrivit aux Spartiates :6 « Jonathan, grand prêtre, le sénat de la nation, les prêtres et le reste du peuple des Juifs aux Spartiates leurs frères, salut !7 Déjà au temps passé, une lettre fut envoyée au grand prêtre Onias de la part d'Areios qui régnait parmi vous, attestant que vous êtes nos frères, comme le montre la copie ci-dessous.8 Onias reçut avec honneur l'homme qui était envoyé et prit la lettre, qui traitait clairement d'alliance et d'amitié.9 Pour nous, quoique nous n'en ayons pas besoin, ayant pour consolation les saints livres qui sont en nos mains,10 nous avons essayé d'envoyer renouveler la fraternité et l'amitié qui nous lient à vous afin que nous ne devenions pas des étrangers pour vous, car bien des années se sont écoulées depuis que vous nous avez envoyé une missive.11 Quant à nous, nous ne cessons pas, en toute occasion, de faire mémoire de vous aux fêtes et aux autres jours fériés, dans les sacrifices que nous offrons et dans nos prières, comme il est juste et convenable de se souvenir de ses frères.12 Nous nous réjouissons de votre gloire.13 Mais pour nous, tribulations et guerres se sont multipliées et les rois nos voisins nous ont combattus.14 Nous n'avons pas voulu vous être à charge à propos de ces guerres, ni à nos autres alliés et amis,15 car du Ciel nous vient un secours qui nous sauve. Aussi avons-nous été arrachés à nos ennemis, et ceux-ci ont été humiliés.16 Nous avons donc choisi Nouménios, fils d'Antiochos, et Antipater, fils de Jason, et nous les avons envoyés aux Romains pour renouveler l'amitié et l'alliance qui nous unissaient à eux auparavant.17 Nous leur avons mandé d'aller aussi chez vous, de vous saluer et de vous remettre notre lettre concernant le renouvellement de notre fraternité.18 Et maintenant vous ferez bien de nous répondre à ce sujet. »19 Voici la copie de la lettre qu'on avait envoyée à Onias :20 « Areios, roi des Spartiates, à Onias, grand prêtre, salut.21 Il a été trouvé dans un récit au sujet des Spartiates et des Juifs qu'ils sont frères et qu'ils sont de la race d'Abraham.22 Maintenant que nous savons cela, vous ferez bien de nous écrire au sujet de votre prospérité.23 Quant à nous, nous vous écrivons : Vos troupeaux et vos biens sont à nous et les nôtres sont à vous. En conséquence nous ordonnons qu'on vous apporte un message en ce sens. »24 Jonathan apprit que les généraux de Démétrius étaient revenus avec une armée plus nombreuse qu'auparavant pour lui faire la guerre.25 Il partit de Jérusalem et se porta à leur rencontre dans le pays de Hamath, car il ne leur donna pas le loisir d'entrer dans son territoire.26 Il envoya des espions dans leur camp ; ceux-ci revinrent et lui annoncèrent qu'ils étaient disposés à tomber, la nuit, sur les Juifs.27 Au coucher du soleil, Jonathan ordonna aux siens de veiller et d'avoir les armes sous la main pour être prêts au combat toute la nuit, et disposa des avant-postes tout autour du camp.28 A la nouvelle que Jonathan et les siens étaient prêts au combat, les ennemis eurent peur et, le coeur pénétré d'épouvante, allumèrent des feux dans leur camp et s'esquivèrent.29 Mais Jonathan et sa troupe ne s'aperçurent de leur départ qu'au matin, car ils voyaient briller les feux.30 Jonathan se mit à leur poursuite mais ne les atteignit pas, parce qu'ils avaient franchi le fleuve Eleuthère.31 Jonathan se tourna contre les Arabes appelés Zabadéens, les battit et s'empara de leurs dépouilles,32 puis, ayant levé le camp, il vint à Damas et parcourut toute la province.33 Quant à Simon, il était parti et avait marché jusqu'à Ascalon et aux places voisines. Il se détourna sur Joppé et l'occupa.34 Il avait appris en effet que les habitants voulaient livrer cette place forte aux partisans de Démétrius ; il y plaça une garnison pour la garder.35 Une fois revenu, Jonathan réunit l'assemblée des anciens du peuple et décida avec eux d'édifier des forteresses en Judée,36 de surélever les murs de Jérusalem, de dresser une haute barrière entre la Citadelle et la ville pour séparer celle-là de la ville et pour qu'elle fût isolée, afin que ses gens ne pussent ni acheter ni vendre.37 Ils se réunirent pour rebâtir la ville : il était tombé une partie du mur du torrent qui est au levant ; il remit à neuf le quartier appelé Chaphénatha.38 Quant à Simon, il rebâtit Adida dans le Bas-Pays, la fortifia et y déposa des portes munies de verrous.39 Tryphon songeait à régner sur l'Asie, à ceindre le diadème et à mettre la main sur le roi Antiochus.40 Redoutant que Jonathan ne le laissât pas faire et qu'il ne lui fît au besoin la guerre, il cherchait un biais pour l'appréhender et le faire périr ; s'étant mis en mouvement, il vint à Bethsân.41 Jonathan sortit à sa rencontre avec 40.000 hommes choisis pour la bataille rangée, et vint à Bethsân.42 Tryphon, voyant qu'il était venu avec une armée nombreuse, se garda de mettre la main sur lui.43 Il le reçut même avec honneur, le recommanda à tous ses amis, lui fit des cadeaux et ordonna à ses amis et à ses troupes de lui obéir comme à lui-même.44 Il dit à Jonathan : « Pourquoi as-tu fatigué tout ce peuple alors qu'il n'y a pas entre nous menace de guerre ?45 Renvoie-les donc chez eux, choisis-toi quelques hommes pour t'accompagner et viens avec moi à Ptolémaïs. Je te livrerai cette ville ainsi que les autres forteresses, le reste des troupes et tous les fonctionnaires, puis, prenant le chemin du retour, je m'en irai, car c'est dans ce but que je suis venu ici. »46 Lui faisant confiance, Jonathan agit suivant ses dires : il renvoya ses troupes, qui regagnèrent le pays de Juda.47 Il garda avec lui 3.000 hommes dont il détacha 2.000 en Galilée, et mille allèrent avec lui.48 Lorsque Jonathan fut entré à Ptolémaïs, les Ptolémaïtes fermèrent les portes, se saisirent de sa personne et passèrent tous ceux qui étaient entrés avec lui au fil de l'épée.49 Tryphon envoya des troupes et de la cavalerie en Galilée et dans la Grande Plaine pour exterminer tous les partisans de Jonathan.50 Ceux-ci comprirent qu'il avait été pris et qu'il était perdu comme ceux qui se trouvaient avec lui ; ils s'encouragèrent les uns les autres et marchèrent en rangs serrés, prêts au combat.51 Ceux qui les poursuivaient, voyant qu'ils luttaient pour leur vie, s'en retournèrent.52 Ils arrivèrent tous sains et saufs au pays de Juda, pleurèrent Jonathan et ses compagnons et furent en proie à une grande frayeur ; tout Israël mena un grand deuil.53 Toutes les nations d'alentour cherchèrent à les exterminer : « Ils n'ont pas de chef, disaient-ils, ni d'aide, il est temps de les attraper et nous effacerons leur souvenir du milieu des hommes. »

 

1 Maccabées 11,1-74

Posted in butin de guerre (trésor) with tags on 23 décembre 2013 by JL

Le roi d'Egypte rassembla des forces nombreuses comme le sable qui est sur le bord de la mer, ainsi que beaucoup de vaisseaux, et il chercha à s'emparer par ruse du royaume d'Alexandre pour l'ajouter à son propre royaume.2 Il s'en vint en Syrie avec des paroles de paix, les gens des villes lui ouvraient leurs portes et venaient à sa rencontre parce que l'ordre du roi Alexandre était de le recevoir, car il était son beau-père.3 Mais dès qu'il entrait dans les villes, Ptolémée casernait des troupes en garnison dans chaque ville.4 Lorsqu'il approcha d'Azôtos, on lui montra le sanctuaire de Dagôn incendié, Azôtos et ses environs ravagés, les cadavres épars, et les restes calcinés de ceux que Jonathan avait brûlés dans la guerre, car ils en avaient fait des tas sur le parcours du roi.5 Et ils racontèrent au roi ce qu'avait fait Jonathan pour qu'il le blâmât, mais le roi garda le silence.6 Et Jonathan vint à la rencontre du roi à Joppé avec apparat, ils échangèrent des salutations et couchèrent en ce lieu.7 Jonathan accompagna le roi jusqu'au fleuve appelé Eleuthère, puis revint à Jérusalem.8 Quant au roi Ptolémée, il se rendit maître des villes de la côte jusqu'à Séleucie-sur-Mer ; il méditait de mauvais desseins contre Alexandre.9 Il envoya des ambassadeurs au roi Démétrius pour lui dire : « Viens, concluons ensemble un traité : je te donnerai ma fille que possède Alexandre et tu régneras sur le royaume de ton père.10 Je me repens de lui avoir donné ma fille, car il a cherché à me tuer. »11 Il lui reprochait cela parce qu'il convoitait son royaume.12 Ayant enlevé sa fille, il la donna à Démétrius ; il changea d'attitude avec Alexandre et leur inimitié devint manifeste.13 Ptolémée fit son entrée à Antioche et ceignit le diadème de l'Asie, de sorte qu'il mit à son front deux diadèmes, celui d'Egypte et celui d'Asie.14 Le roi Alexandre se trouvait en Cilicie en ce temps-là, parce que les gens de cette contrée s'étaient révoltés.15 Alexandre, instruit de tout cela, s'avança contre lui pour livrer bataille ; Ptolémée de son côté se mit en mouvement, marcha à sa rencontre avec une forte armée et le mit en fuite.16 Alexandre s'enfuit en Arabie pour y trouver un refuge, et le roi Ptolémée triompha.17 L'Arabe Zabdiel trancha la tête d'Alexandre et l'envoya à Ptolémée.18 Le roi Ptolémée mourut le surlendemain et les Egyptiens qui étaient dans ses places fortes furent tués par les habitants de celles-ci.19 Démétrius devint roi en l'année 167.20 En ces jours-là, Jonathan réunit ceux de la Judée pour attaquer la Citadelle qui est à Jérusalem et ils dressèrent contre elle de nombreuses machines.21 Alors des gens haïssant leur nation, des vauriens, s'en allèrent trouver le roi pour lui annoncer que Jonathan faisait le siège de la Citadelle.22 A cette nouvelle, le roi fut irrité et, aussitôt averti, il partit sans retard et vint à Ptolémaïs. Il écrivit à Jonathan de cesser le siège et de venir le trouver pour conférer avec lui à Ptolémaïs le plus vite possible.23 Dès qu'il eut reçu cet avis, Jonathan ordonna de poursuivre le siège, choisit pour compagnons des anciens d'Israël et des prêtres, et se livra lui-même au danger.24 Prenant avec lui de l'argent, de l'or, des vêtements et autres cadeaux en quantité, il se rendit auprès du roi à Ptolémaïs et trouva grâce à ses yeux.25 Certains mécréants de la nation portaient contre lui des accusations,26 mais le roi agit avec lui comme avaient agi ses prédécesseurs et il l'exalta en présence de tous ses amis.27 Il lui confirma la grand-prêtrise et toutes les autres distinctions qu'il avait auparavant, et il le fit compter parmi les premiers amis.28 Jonathan demanda au roi d'exempter d'impôts la Judée, ainsi que les trois toparchies de la Samaritide, lui promettant en retour 300 talents.29 Le roi consentit et écrivit à Jonathan sur tout ceci une lettre tournée de cette manière :30 « Le roi Démétrius à Jonathan, son frère, et à la nation des Juifs, salut.31 La copie de la lettre que nous avons écrite à votre sujet à Lasthène notre parent, nous vous l'adressons aussi afin que vous en preniez connaissance :32 Le roi Démétrius à Lasthène, son père, salut.33 A la nation des Juifs qui sont nos amis et observent ce qui est juste envers nous, nous sommes décidés à faire du bien à cause des bons sentiments qu'ils ont à notre égard.34 Nous leur confirmons et le territoire de la Judée et les trois nomes d'Aphéréma, de Lydda et de Ramathaïm. Ils ont été ajoutés de la Samarie à la Judée, ainsi que toutes leurs dépendances, en faveur de tous ceux qui sacrifient à Jérusalem, en échange des redevances régaliennes que le roi y percevait auparavant chaque année sur les produits de la terre et les fruits des arbres.35 Quant aux autres droits que nous avons sur les dîmes et les impôts qui nous reviennent, sur les marais salants et les couronnes qui nous étaient dues, à dater de ce jour nous leur en faisons remise totale.36 Il ne sera dérogé en rien à toutes ces faveurs, désormais et en aucun pays.37 Ayez donc soin d'en faire une copie qui soit donnée à Jonathan et placée sur la montagne sainte en un lieu apparent. »38 Le roi Démétrius, voyant que le pays était en repos sous sa direction et que rien ne lui offrait de résistance, renvoya toute son armée, chacun dans son foyer, sauf les forces étrangères qu'il avait recrutées dans les îles des nations. Aussi toutes les troupes qu'il tenait de ses pères se mirent à le haïr.39 Or Tryphon, ancien partisan d'Alexandre, s'apercevant que toutes les troupes murmuraient contre Démétrius, se rendit chez Iamlikou l'Arabe qui élevait Antiochus, le jeune fils d'Alexandre.40 Il lui demandait avec insistance de lui livrer l'enfant pour qu'il régnât à la place de son père. Il le mit au courant de tout ce qu'avait ordonné Démétrius et de la haine que lui portaient ses armées. Il resta là de longs jours.41 Cependant Jonathan envoyait demander au roi Démétrius de faire sortir de la Citadelle de Jérusalem et des autres forteresses leurs garnisons toujours en guerre avec Israël.42 Démétrius envoya dire à Jonathan : « Non seulement je ferai cela pour toi et pour ta nation, mais je te comblerai d'honneurs ainsi que ta nation dès que j'en trouverai l'occasion favorable.43 Pour le moment tu ferais bien d'expédier des hommes à mon secours, car toutes mes armées ont fait défection. »44 Jonathan lui envoya à Antioche 3.000 hommes aguerris ; quand ils arrivèrent chez le roi, celui-ci se réjouit de leur venue.45 Les gens de la ville se massèrent au centre de la ville au nombre de près de 120.000 dans l'intention de faire périr le roi.46 Celui-ci se réfugia dans le palais tandis que les citadins occupaient les rues de la ville et commençaient l'attaque.47 Aussi le roi appela-t-il à son aide les Juifs, qui se rassemblèrent tous auprès de lui, pour se répandre à travers la ville et y tuer ce jour-là jusqu'à 100.000 habitants.48 Ils incendièrent la ville, faisant en même temps un butin considérable : c'est ainsi qu'ils sauvèrent le roi.49 Lorsque les gens de la ville virent que les Juifs s'étaient rendus maîtres de la ville comme ils voulaient, ils perdirent courage et firent entendre au roi des cris suppliants.50 « Donne-nous la main droite et que les Juifs cessent de combattre contre nous et contre la ville ! « 51 Ils jetèrent leurs armes et firent la paix. Les Juifs furent couverts de gloire en présence du roi et devant tous ceux qui font partie de son royaume. S'étant fait un nom dans ses états, ils revinrent à Jérusalem chargés d'un riche butin.52 Le roi Démétrius s'affermit sur le trône royal et le pays fut en repos sous sa direction.53 Mais il manqua à toutes les paroles données, devint tout autre à l'égard de Jonathan, ne reconnut plus les services que celui-ci lui avait rendus et lui infligea mille vexations.54 Après cela Tryphon revint et avec lui Antiochus, tout jeune enfant, qui commença à régner et ceignit le diadème.55 Et toutes les troupes dont Démétrius s'était débarrassé se groupèrent autour de lui et firent la guerre à Démétrius, qui fut mis en fuite et en déroute.56 Tryphon prit les éléphants et s'empara d'Antioche.57 Le jeune Antiochus écrivit à Jonathan en ces termes : « Je te confirme dans le souverain sacerdoce et je t'établis sur les quatre nomes et veux que tu sois parmi les amis du roi. »58 Il lui envoyait en même temps des vases d'or et un service de table, lui donnait l'autorisation de boire dans des coupes d'or, de porter la pourpre et l'agrafe d'or.59 Il institua Simon, son frère, stratège depuis l'Echelle de Tyr jusqu'aux frontières d'Egypte.60 Jonathan partit et se mit à parcourir la Transeuphratène et les cités. Toutes les troupes de Syrie se rangèrent auprès de lui pour combattre avec lui ; arrivé à Ascalon, les habitants de la ville vinrent le recevoir magnifiquement.61 Il se rendit de là à Gaza. Gaza ferma ses portes, aussi en fit-il le siège, livrant sa banlieue au feu et au pillage.62 Les gens de Gaza implorèrent Jonathan, qui leur accorda la paix mais prit comme otages les fils de leurs chefs qu'il envoya à Jérusalem. Il parcourut ensuite la contrée jusqu'à Damas.63 Jonathan apprit que les généraux de Démétrius étaient arrivés à Kédès de Galilée avec une nombreuse armée, pour l'écarter de sa charge,64 et il s'en alla à leur rencontre, tout en laissant son frère Simon dans le pays.65 Simon assiégea Bethsour, la combattit durant de longs jours et en bloqua les habitants66 qui lui demandèrent de faire la paix, ce qu'il leur accorda. Leur ayant fait évacuer la place, il prit possession de la ville et y plaça une garnison.67 De son côté, Jonathan avec son armée était venu camper près des eaux du Gennèsar et de grand matin il atteignit la plaine d'Asor.68 L'armée des étrangers s'avança à sa rencontre dans la plaine, après avoir détaché une embuscade contre Jonathan dans les montagnes. Tandis que cette armée marchait directement sur les Juifs,69 les hommes de l'embuscade surgirent de leur cachette et engagèrent le combat.70 Tous les soldats de Jonathan prirent la fuite, personne ne resta, à l'exception de Mattathias, fils d'Absalom, et de Judas, fils de Chalfi, généraux de ses troupes.71 Alors Jonathan déchira ses vêtements, répandit de la poussière sur sa tête et pria.72 Revenu au combat il mit en déroute l'ennemi qui prit la fuite.73 A cette vue, ceux des siens qui fuyaient retournèrent vers lui et ils poursuivirent ensemble l'ennemi jusqu'à Kédès où était son camp, et eux-mêmes campèrent en ce lieu.74 Il périt en cette journée-là 3.000 hommes des troupes étrangères et Jonathan retourna à Jérusalem.