Archive for the indulgence (intercession) Category

Daniel 3,1-50

Posted in abondance, adoration (contemplation), alliance, ange (chérubins), bénédiction, chemin (voie du Seigneur), commandements (préceptes, décrets), consacré (consécration), droiture, encens (odeur agréable à Dieu), espérance, face de Dieu (visage), fécondité (prospérité, postérité), gloire de Dieu, honte (humiliation), humilité (humble), idolâtrie, indulgence (intercession), Jérusalem (Sion), jugement, justice (justification, juste), kénose (abaissement, cœur brisé), libération (délivrance, joug), mal (méchanceté), offrande (prémisse et autres), pardon (miséricorde, pitié), passage de la mort, péché (faute), peuple de Dieu (Israel, Juda), prière de louange, pureté du coeur, sacrifice d'holocauste et communion, source d'eau vive (rosée, pluie), vérité, Yahvé (nom du Seigneur, Je Suis) with tags on 26 février 2014 by JL

01Le roi Nabucodonosor fit une statue d’or : elle était haute de soixante coudées, large de six coudées. Il l’érigea dans la plaine de Doura, dans la province de Babylone.

02 Le roi Nabucodonosor fit rassembler les satrapes, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les fonctionnaires des provinces, pour qu’ils viennent à l’inauguration de la statue érigée par le roi Nabucodonosor.

03 Alors, les satrapes, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les fonctionnaires des provinces se rassemblèrent pour l’inauguration de la statue qu’avait érigée le roi Nabucodonosor. Ils se tenaient là, debout, devant la statue que le roi Nabucodonosor avait érigée.

04 Le crieur public proclama avec force : « Vous, peuples, nations et gens de toutes langues, on vous l’ordonne :

05 Quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue d’or que le roi Nabucodonosor a érigée.

06 Celui qui ne se prosternera pas et n’adorera pas sera jeté immédiatement au milieu d’une fournaise de feu ardent. »

07 Alors, à l’instant même où tous entendirent le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments, tous les peuples, nations et gens de toutes langues se prosternèrent et adorèrent la statue d’or que le roi Nabucodonosor avait érigée.

08 Là-dessus, à ce moment, des devins s’approchèrent pour dénoncer les Juifs.

09 Prenant la parole, ils dirent à Nabucodonosor : « Ô roi, puisses-tu vivre à jamais !

10 Toi, ô roi, tu as ordonné que tout homme qui entendrait le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments se prosternerait pour adorer la statue d’or.

11 Celui qui ne se prosternerait pas et n’adorerait pas serait jeté au milieu d’une fournaise de feu ardent.

12 Tu as confié l’administration de la province de Babylone à des Juifs : Sidrac, Misac et Abdénago. Eh bien, ô roi, ces hommes n’ont pas tenu compte de toi ! Ils ne servent pas tes dieux, ils n’adorent pas la statue d’or que tu as érigée. »

13 Alors Nabucodonosor, pris d’une violente colère, ordonna qu’on lui amène Sidrac, Misac et Abdénago. Et ces hommes furent amenés devant le roi.

14 Le roi Nabucodonosor leur parla ainsi : « Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago, que vous refusez de servir mes dieux et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ?

15 Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner pour adorer la statue que j’ai faite, quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments ? Si vous n’adorez pas cette statue, vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent ; et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? »

16 Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor : « Ce n’est pas à nous de te répondre.

17 Si notre Dieu, que nous servons, peut nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi.

18 Et même s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi : nous ne servirons pas tes dieux, nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée. »

19 Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur contre Sidrac, Misac et Abdénago, et son visage s’altéra. Il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’à l’ordinaire.

20 Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago et de les jeter dans la fournaise de feu ardent.

21 Alors, on ligota ces hommes, vêtus de leurs manteaux, de leurs tuniques, de leurs bonnets et de leurs autres vêtements, et on les jeta dans la fournaise de feu ardent.

22 Là-dessus, comme l’ordre du roi était strict et la fournaise extrêmement chauffée, la flamme brûla à mort les hommes qui y portaient Sidrac, Misac et Abdénago.

23 Et ces trois hommes, Sidrac, Misac et Abdénago, tombèrent, ligotés, au milieu de la fournaise de feu ardent.

24 Or ils marchaient au milieu des flammes, ils louaient Dieu et bénissaient le Seigneur.

25 Azarias, debout, priait ainsi ; au milieu du feu, ouvrant la bouche, il dit :

26 « Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères, loué sois-tu, glorifié soit ton nom pour les siècles !

27 Oui, tu es juste en tout ce que tu as fait ! [Toutes tes œuvres sont vraies ; ils sont droits, tes chemins, et tous tes jugements sont vérité.

28 Tes sentences de vérité, tu les as exécutées par tout ce que tu nous as infligé, à nous et à Jérusalem, la ville sainte de nos pères. Avec vérité et justice, tu as infligé tout cela à cause de nos péchés.]

29 Car nous avons péché ; quand nous t’avons quitté, nous avons fait le mal : en tout, nous avons failli. [

30 Nous n’avons pas écouté tes commandements, nous n’avons pas observé ni accompli ce qui nous était commandé pour notre bien.

31 Oui, tout ce que tu nous as infligé, tout ce que tu nous as fait, tu l’as fait par un jugement de vérité.

32 Tu nous as livrés aux mains de nos ennemis, gens sans loi, les plus odieux des renégats, à un roi injuste, le pire de toute la terre.

33 Maintenant, nous ne pouvons plus ouvrir la bouche : ceux qui te servent et qui t’adorent n’ont plus en partage que la honte et l’injure.]

34 À cause de ton nom, ne nous livre pas pour toujours et ne romps pas ton alliance.

35 Ne nous retire pas ta miséricorde, à cause d’Abraham, ton ami, d’Isaac, ton serviteur, et d’Israël que tu as consacré.

36 Tu as dit que tu rendrais leur descendance aussi nombreuse que les astres du ciel, que le sable au rivage des mers.

37 Or nous voici, ô Maître, le moins nombreux de tous les peuples, humiliés aujourd’hui sur toute la terre, à cause de nos péchés.

38 Il n’est plus, en ce temps, ni prince ni chef ni prophète, plus d’holocauste ni de sacrifice, plus d’oblation ni d’offrande d’encens, plus de lieu où t’offrir nos prémices pour obtenir ta miséricorde.

39 Mais, avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés, reçois-nous,

40 comme un holocauste de béliers, de taureaux, d’agneaux gras par milliers. Que notre sacrifice, en ce jour, trouve grâce devant toi, car il n’est pas de honte pour qui espère en toi.

41 Et maintenant, de tout cœur, nous te suivons, nous te craignons et nous cherchons ta face.

42 Ne nous laisse pas dans la honte, agis envers nous selon ton indulgence et l’abondance de ta miséricorde.

43 Délivre-nous en renouvelant tes merveilles, glorifie ton nom, Seigneur.

44 Qu’ils soient tous confondus, ceux qui causent du tort à tes serviteurs ! Qu’ils soient couverts de honte, privés de tout pouvoir, et que leur force soit brisée !

45 Qu’ils sachent que toi, tu es le Seigneur, le seul Dieu, glorieux sur toute la terre ! »

46 Les serviteurs du roi qui les avaient jetés dans la fournaise ne cessaient d’alimenter le feu avec du bitume, de la poix, de l’étoupe et des sarments,

47 et la flamme s’élevait de quarante-neuf coudées au-dessus de la fournaise.

48 En se propageant, elle brûla ceux des Chaldéens qu’elle trouva autour de la fournaise.

49 Mais l’ange du Seigneur était descendu dans la fournaise en même temps qu’Azarias et ses compagnons ; la flamme du feu, il l’écarta de la fournaise

50 et fit souffler comme un vent de rosée au milieu de la fournaise. Le feu ne les toucha pas du tout, et ne leur causa ni douleur ni dommage.

 

Publicités

Ecclésiastique 17,1-32

Posted in alliance, arbre du bien et du mal, attributs et noms divins, bonté divine (amour de Dieu), charité (partage, aumône), ciel (cieux), commandements (préceptes, décrets), conversion (faire retour, repentir), créateur (création), ecouter (voix du Seigneur), espérance, eternité (vie éternel), image de Dieu (ressemblance), indulgence (intercession), intendant (partenaire), lumière (lampe), mal (méchanceté), oeuvre du Seigneur, omniscience divine, pardon (miséricorde, pitié), péché (faute), péché originel, peuple de Dieu (Israel, Juda), poussière (cendre, glaise), prière de louange, rétribution (mérite), shéol (hades, séjour des morts) with tags on 30 janvier 2014 by JL

Le Seigneur a tiré l’homme de la terre pour l’y renvoyer ensuite.2 Il a assigné aux hommes un nombre précis de jours et un temps déterminé, il a remis en leur pouvoir ce qui est sur terre.3 Il les a revêtus de force, comme lui-même, à son image il les a créés.4 A toute chair il a inspiré la terreur de l’homme, pour qu’il domine bêtes sauvages et oiseaux.5 Ils reçurent l’usage des cinq pouvoirs du Seigneur, comme sixième, l’intelligence leur fût donnée en partage et comme septième la raison, interprète de ses pouvoirs.6 Il leur forma une langue, des yeux, des oreilles, il leur donna un coeur pour penser.7 Il les remplit de science et d’intelligence et leur fit connaître le bien et le mal.8 Il mit sa lumière dans leur coeur pour leur montrer la grandeur de ses oeuvres.9 Et il leur donna de célébrer éternellement ses merveilles.10 Ils loueront son saint nom, racontant la grandeur de ses oeuvres.11 Il leur accorda encore la connaissance, il les gratifia de la loi de la vie :12 il a conclu avec eux une alliance éternelle et leur a fait connaître ses jugements ;13 leurs yeux contemplèrent la grandeur de sa majesté, leurs oreilles entendirent la magnificence de sa voix.14 Il leur dit : « Gardez-vous de tout mal », il leur donna des commandements chacun à l’égard de son prochain.15 Leur conduite est toujours devant lui, jamais cachée à ses regards.16 Dès la jeunesse leurs voies les mènent au mal et ils ne purent changer leur coeur de pierre en un coeur de chair, car dans la répartition des peuples et de toute la terre,17 A chaque peuple il a préposé un prince, mais Israël est la portion du Seigneur.18 son premier-né qu’il nourrit de discipline, auquel il dispense la lumière de son amour sans l’abandonner.19 Toutes leurs actions sont devant lui comme le soleil, ses regards sont assidus à observer leur conduite.20 Leurs injustices ne lui sont point cachées, tous leurs péchés sont devant le Seigneur.21 Mais le Seigneur est bon et connaît sa créature, il ne les détruit ni ne les abandonne, mais les épargne.22 L’aumône d’un homme est pour lui comme un sceau, il conserve un bienfait comme la pupille de l’oeil.23 Un jour il se lèvera et les récompensera, sur leur tête il fera venir leur récompense.24 Mais à ceux qui se repentent il accorde un retour, il réconforte ceux qui ont perdu l’espérance.25 Convertis-toi au Seigneur et renonce à tes péchés, implore-le bien en face, cesse de l’offenser.26 Reviens vers le Très-Haut, détourne-toi de l’injustice et hais vigoureusement l’iniquité.27 Car qui louera le Très-Haut dans le shéol, si les vivants ne lui rendent gloire ?28 La louange est inconnue des morts comme de ceux qui ne sont pas, celui qui a vie et santé glorifie le Seigneur.29 Qu’elle est grande la miséricorde du Seigneur, son indulgence pour ceux qui se tournent vers lui !30 Car l’homme ne peut tout avoir, puisque le fils d’homme n’est pas immortel.31 Quoi de plus lumineux que le soleil ? Pourtant il disparaît. La chair et le sang ne peuvent nourrir que malice.32 C’est lui qui surveille les puissances en haut des cieux, et tous les hommes ne sont que terre et cendre.

2 Maccabées 12,1-45

Posted in attributs et noms divins, idolâtrie, impiété, indulgence (intercession), libération (délivrance, joug), omniscience divine, péché (faute), puissance divine, pur et impur (souillure), résurrection, sacrifice pour les péchés (expiation) with tags on 26 décembre 2013 by JL

Ces traités conclus, Lysias revint chez le roi, tandis que les Juifs se remettaient aux travaux des champs.2 Parmi les stratèges en place, Timothée et Apollonius, fils de Gennéos, et aussi Hiéronyme et Démophon, à qui s’ajoutait Nikanor le Cypriarque, ne laissaient goûter aux Juifs ni repos, ni tranquillité.3 Les habitants de Joppé commirent un acte particulièrement impie. Ils invitèrent les Juifs domiciliés chez eux à monter avec leurs femmes et leurs enfants sur des barques qu’ils avaient préparées eux-mêmes, comme si nulle inimitié n’existait à leur égard.4 Sur l’assurance d’un décret rendu par le peuple de la ville, les Juifs acceptèrent comme des gens désireux de la paix et sans défiance, mais quand ils furent au large, on les coula à fond au nombre d’au moins 200.5 Dès que Judas eut appris la cruauté commise contre les gens de sa nation, il fit savoir ses ordres à ceux qui étaient avec lui,6 et, après avoir invoqué Dieu, le juge équitable, il marcha contre les meurtriers de ses frères. De nuit, il incendia le port, brûla les vaisseaux et passa au fil de l’épée ceux qui y avaient cherché un refuge.7 Mais la place ayant été fermée, il partit dans le dessein d’y revenir pour extirper toute la cité des Joppites.8 Averti que ceux de Iamnia voulaient jouer le même tour aux Juifs qui habitaient parmi eux,9 il attaqua de nuit les Iamnites, incendia le port avec la flotte, de telle sorte que les lueurs des flammes furent aperçues jusqu’à Jérusalem quoique distante de 240 stades.10 Il s’était éloigné de là de neuf stades dans une marche contre Timothée, lorsque tombèrent sur lui des Arabes au nombre d’au moins 5.000 hommes de pied et 500 cavaliers.11 Un violent combat s’étant engagé, et les soldats de Judas l’ayant emporté avec l’aide de Dieu, les nomades vaincus demandèrent à Judas de leur donner la main droite, promettant de lui livrer du bétail et de lui être utiles en tout le reste.12 Comprenant qu’en réalité ils pourraient lui rendre beaucoup de services, Judas consentit à faire la paix avec eux et, après qu’on se fut donné la main, ils se retirèrent sous la tente.13 Judas attaqua aussi une certaine ville forte, entourée de remparts, habitée par un mélange de nations et dont le nom était Kaspîn.14 Confiants dans la puissance de leurs murs et leurs dépôts de vivres, les assiégés se montraient grossiers à l’excès envers Judas et les siens, joignant aux insultes les blasphèmes et des propos impies.15 Judas et ses compagnons, ayant invoqué le grand Souverain du monde qui sans béliers ni machines de guerre renversa Jéricho au temps de Josué, assaillirent le mur avec férocité.16 Devenus maîtres de la ville par la volonté de Dieu, ils firent un carnage indescriptible, au point que l’étang voisin, large de deux stades, paraissait rempli par le sang qui y avait coulé.17 Comme ils s’étaient éloignés à 750 stades de là, ils atteignirent le Charax, chez les Juifs appelés Toubiens.18 Quant à Timothée, ils ne le trouvèrent point dans ces parages, car il avait quitté les lieux sans avoir rien fait, mais non sans avoir laissé sur un certain point une très forte garnison.19 Dosithée et Sosipater, généraux du Maccabée, s’y rendirent et tuèrent les hommes laissés par Timothée dans la forteresse au nombre de plus de 10.000.20 Maccabée, de son côté, ayant distribué ses troupes en cohortes, nomma ceux qui seraient à leur tête et s’élança contre Timothée, qui avait autour de lui 120.000 fantassins et 2.500 cavaliers.21 Informé de l’approche de Judas, Timothée envoya tout d’abord les femmes, les enfants et le reste des bagages au lieu dit le Karnion, car la place était inexpugnable et difficile d’accès à cause des passes étroites de toute la contrée.22 La cohorte de Judas parut la première : l’épouvante s’étant emparée de l’ennemi, ainsi que la crainte que leur inspirait la manifestation de Celui qui voit tout, ils prirent la fuite en tous sens, de telle sorte que souvent ils se blessaient entre eux et se transperçaient de leurs propres épées.23 Judas les poursuivit avec une vigueur extrême, embrochant ces criminels dont il fit périr jusqu’à 30.000 hommes.24 Timothée, étant tombé lui-même aux mains des gens de Dosithée et de Sosipater, les conjura avec beaucoup d’artifice de le laisser aller sain et sauf, affirmant qu’il avait en son pouvoir des parents et même des frères de beaucoup d’entre eux, à qui il pourrait arriver d’être supprimés.25 Quand il les eut persuadés par de longs discours qu’il leur restituerait ces hommes sains et saufs en vertu de l’engagement qu’il prenait, ils le relâchèrent pour sauver leurs frères.26 S’étant rendu au Karnion et à l’Atargatéion, Judas égorgea 25.000 hommes.27 Après leur désastre (et leur perte), il conduisit son armée contre Ephrôn, ville forte où habitait Lysanias. De robustes jeunes gens, rangés devant les murailles, combattaient avec vigueur, et, à l’intérieur, il y avait des quantités de machines et de projectiles en réserve.28 Mais, ayant invoqué le Souverain qui brise par sa puissance les forces des ennemis, les Juifs se rendirent maîtres de la ville et couchèrent sur le sol, parmi ceux qui s’y trouvaient, environ 25.000 hommes.29 Partis de là, ils foncèrent sur Scythopolis, à 600 stades de Jérusalem.30 Mais les Juifs qui s’y étaient fixés, ayant attesté que les Scythopolites avaient eu pour eux de la bienveillance et leur avaient réservé un accueil humain au temps du malheur,31 Judas et les siens remercièrent ces derniers et les engagèrent à se montrer encore à l’avenir bien disposés pour leur race. Ils arrivèrent à Jérusalem très peu avant la fête des Semaines.32 Après la fête appelée Pentecôte, ils foncèrent contre Gorgias, stratège de l’Idumée.33 Celui-ci sortit à la tête de 3.000 fantassins et 400 cavaliers,34 qui engagèrent une bataille rangée où il arriva qu’un certain nombre de Juifs succombèrent.35 Le dénommé Dosithée, cavalier du corps des Toubiens, homme vaillant, se rendit maître de la personne de Gorgias et, l’ayant saisi par la chlamyde, il l’entraînait de force en vue de capturer vivant ce maudit, mais un cavalier thrace, se jetant sur Dosithée, lui trancha l’épaule, et Gorgias s’enfuit à Marisa.36 Cependant ceux qui se trouvaient avec Esdrias combattaient depuis longtemps et tombaient d’épuisement. Judas supplia le Seigneur de se montrer leur allié et leur guide dans le combat.37 Entonnant ensuite à pleine voix dans la langue des pères le cri de guerre avec des hymnes, il mit en déroute les gens de Gorgias.38 Judas, ayant ensuite rallié son armée, se rendit à la ville d’Odollam et, le septième jour de la semaine survenant, ils se purifièrent selon la coutume et célébrèrent le sabbat en ce lieu.39 Le jour suivant, on vint trouver Judas (au temps où la nécessité s’en imposait) pour relever les corps de ceux qui avaient succombé et les inhumer avec leurs proches dans le tombeau de leurs pères.40 Or ils trouvèrent sous la tunique de chacun des morts des objets consacrés aux idoles de Iamnia et que la Loi interdit aux Juifs. Il fut donc évident pour tous que cela avait été la cause de leur mort.41 Tous donc, ayant béni la conduite du Seigneur, juge équitable qui rend manifestes les choses cachées,42 se mirent en prière pour demander que le péché commis fût entièrement pardonné, puis le valeureux Judas exhorta la troupe à se garder pure de tout péché, ayant sous les yeux ce qui était arrivé à cause de la faute de ceux qui étaient tombés.43 Puis, ayant fait une collecte d’environ 2.000 drachmes, il l’envoya à Jérusalem afin qu’on offrît un sacrifice pour le péché, agissant fort bien et noblement d’après le concept de la résurrection.44 Car, s’il n’avait pas espéré que les soldats tombés dussent ressusciter, il était superflu et sot de prier pour les morts,45 et s’il envisageait qu’une très belle récompense est réservée à ceux qui s’endorment dans la piété, c’était là une pensée sainte et pieuse. Voilà pourquoi il fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché.

Tobie 5,1-22

Posted in ange (chérubins), attributs et noms divins, ciel (cieux), confiance en Dieu, famine (sécheresse spirituelle), indulgence (intercession), lumière (lampe), providence, shéol (hades, séjour des morts) with tags on 25 novembre 2013 by JL

Alors Tobie répondit à son père Tobit : « Je ferai, père, tout ce que tu m'as commandé.2 Seulement, comment faire pour lui reprendre ce dépôt ? Lui ne me connaît pas, et moi, je ne le connais pas non plus. Quel signe de reconnaissance vais-je lui donner, pour qu'il me croie et qu'il me remette l'argent ? De plus, je ne sais pas les routes à prendre pour ce voyage en Médie. »3 Alors Tobit répondit à son fils Tobie : « Nous avons échangé nos signatures sur un billet, et je l'ai coupé en deux pour que nous en ayons chacun la moitié. J'ai pris l'une, et j'ai mis l'autre avec l'argent. Dire que cela fait vingt ans que j'ai mis cet argent en dépôt ! Maintenant, mon enfant, cherche-toi quelqu'un de sérieux pour compagnon de voyage, il sera à nos frais jusqu'à ton retour ; et puis va toucher cet argent chez Gabaël. »4 Tobie sortit, en quête d'un bon guide capable de venir avec lui en Médie. Dehors, il trouva Raphaël, l'ange, debout face à lui, sans se douter que c'était un ange de Dieu.5 Il lui dit : « D'où es-tu, mon ami ?  » L'ange répondit : « Je suis l'un des Israélites tes frères, je suis venu chercher du travail par là. » Tobie lui dit : « Sais-tu la route pour aller en Médie ? « 6 L'autre répondit : « Bien sûr ! J'y ai été plusieurs fois, je connais tous les chemins par coeur. Je suis allé fréquemment en Médie, j'ai été reçu chez Gabaël, l'un de nos frères qui habites à Rhagès de Médie. Il faut bien deux jours de marche normale, d'Ecbatane à Rhagès ; Rhagès est situé dans la montagne, et Ecbatane est au milieu de la plaine. »7 Tobie lui dit : « Attends-moi, mon ami, que j'aille prévenir mon père : j'ai besoin que tu viennes avec moi, je te paierai tes journées. »8 L'autre répondit : « Bien, j'attends. Seulement ne sois pas long. »9 Tobie alla prévenir son père qu'il avait trouvé quelqu'un de leurs frères israélites. Et le père dit : « Présente-le moi, que je m'informe de sa famille et de sa tribu. Il faut voir si l'on peut compter sur lui pour t'accompagner, mon enfant. » Tobie sortit donc l'appeler : « Mon ami, dit-il, mon père te demande. »10 L'ange entra dans la maison. Tobit salua le premier, et l'autre lui répondit par des souhaits de bonheur. Tobit reprit : « Puis-je encore avoir du bonheur ? Je suis un aveugle, je ne vois plus l'éclat du ciel, je suis plongé dans l'obscurité, comme les morts qui ne contemplent plus la lumière. Je suis un enterré vivant, j'entends la voix des gens sans les voir. » L'ange lui dit : « Aie confiance, Dieu ne tardera pas à te guérir. Aie confiance !  » Tobit lui dit : « Mon fils Tobie désire aller en Médie. Veux-tu te joindre à lui comme guide ? Frère, je te paierai. » Il répondit : « Je veux bien l'accompagner, je sais tous les chemins, je suis souvent allé en Médie, j'en ai traversé toutes les plaines et les montagnes, et j'en connais toutes les pistes. »11 Tobit dit : « Frère, de quelle famille et de quelle tribu es-tu ? Veux-tu me l'indiquer, frère » —12 « Que peut te faire ma tribu » — « Je veux savoir pour de bon de qui tu es fils et quel est ton nom » —13 « Je suis Azarias, fils d'Ananias le grand, l'un de tes frères » —14 « Sois le bienvenu, salut, frère ! Ne te froisse pas si j'ai désiré connaître ta vraie famille : il se trouve que tu es mon parent, de belle et bonne lignée. Je connais Ananias et Nathân, les deux fils de Séméias le grand. Ils venaient avec moi à Jérusalem, nous y avons adoré ensemble, et ils n'ont pas quitté la bonne route. Tes frères sont des hommes de bien, tu es de bonne souche : sois le bienvenu ! « 15 Il poursuivit : « Je t'engage pour une drachme par jour, avec ton entretien, comme pour mon fils. Voyage donc avec mon fils,16 et je dépasserai le prix convenu. » L'ange répondit : « Je ferai le voyage avec lui. Ne crains rien. Notre départ se passera bien, et notre retour aussi, parce que la route est sûre. »17 Tobit lui dit : « Sois béni, frère !  » Puis il s'adressa à son fils : « Mon enfant, dit-il, prépare ce qu'il te faut pour le voyage, et pars avec ton frère. Que le Dieu qui est dans les cieux vous protège là-bas, et qu'il vous ramène sains et saufs auprès de moi ! Que son ange vous accompagne de sa protection, mon enfant !  » Tobie sortit pour se mettre en route, et il embrassa son père et sa mère. Tobit lui dit : « Bon voyage ! « 18 Sa mère pleura, et elle dit à Tobit : « Pourquoi as-tu décidé le départ de mon enfant ? N'est-ce pas lui le bâton de notre main, lui qui va et vient devant nous ?19 J'espère que l'argent ne passe pas avant tout, mais qu'il ne compte pas à côté de notre enfant.20 Le mode de vie que Dieu nous avait donné nous suffisait bien. »21 Il lui dit : « Ne te fais pas des idées ! Notre enfant ira bien en partant, il ira encore bien en rentrant à la maison. Le jour où il te reviendra, tes yeux verront qu'il va toujours très bien. Ne te fais pas des idées, n'aie pas d'inquiétude pour eux, ma soeur.22 Un bon ange l'accompagnera, il fera bon voyage, et il reviendra en bien bonne santé !  »

Néhémie 5,1-19

Posted in détresse (désespoir), indulgence (intercession), remparts (murailles) with tags on 24 novembre 2013 by JL

Une grande plainte s'éleva parmi les gens du peuple et leurs femmes contre leurs frères juifs.2 Les uns disaient : « Nous devons donner en gage nos fils et nos filles pour recevoir du blé, manger et vivre. »3 D'autres disaient : « Nous devons engager nos champs, nos vignes et nos maisons pour recevoir du blé pendant la famine. »4 D'autres encore disaient : « Pour acquitter l'impôt roi, nous avons dû emprunter de l'argent sur nos champs et nos vignes ;5 et alors que nous avons la même chair que nos frères, que nos enfants valent les leurs, nous devons livrer en esclavage nos fils et nos filles ; il en est, parmi nos filles, qui sont asservies ! Nous n'y pouvons rien, puisque nos champs et nos vignes sont déjà à d'autres. »6 Je me mis fort en colère quand j'entendis leur plainte et ces paroles.7 Ayant délibéré en moi-même, je tançai les grands et les magistrats en ces termes : « Quel fardeau chacun de vous impose à son frère !  » Et convoquant contre eux une grande assemblée,8 je leur dis : « Nous avons, dans la mesure de nos moyens, racheté nos frères juifs qui s'étaient vendus aux nations. Et c'est vous maintenant qui vendez vos frères pour que nous les rachetions !  » Ils gardèrent le silence et ne trouvèrent rien à répliquer.9 Je poursuivis : « Ce que vous faites là n'est pas bien. Ne voulez-vous pas marcher dans la crainte de notre Dieu, pour éviter les insultes des nations, nos ennemies ?10 Moi aussi, mes frères et mes gens, nous leur avons prêté de l'argent et du blé. Eh bien ! faisons abandon de cette dette.11 Restituez-leur sans délai leurs champs, leurs vignes, leurs oliviers et leurs maisons, et remettez-leur la dette de l'argent, du blé, du vin et de l'huile que vous leur avez prêtés. »12 Ils répondirent : « Nous restituerons ; nous n'exigerons plus rien d'eux ; nous agirons comme tu l'as dit. »13 Puis je secouai le pli de mon vêtement en disant : « Que Dieu secoue de la sorte, hors de sa maison et de son bien, tout homme qui ne tiendra pas cette parole : qu'il soit ainsi secoué et vidé !  » Et toute l'assemblée répondit : « Amen !  » et loua Yahvé. Et le peuple agit suivant cet engagement.14 Bien plus, depuis le jour où le roi m'institua gouverneur au pays de Juda, de la vingtième à la trente-deuxième année du roi Artaxerxès, pendant douze ans, moi et mes frères n'avons jamais mangé la provende du gouverneur.15 Or les anciens gouverneurs, qui m'ont précédé, pressuraient le peuple : ils lui prenaient chaque jour, pour la provende, 40 sicles d'argent ; leurs serviteurs aussi opprimaient le peuple. Moi au contraire je n'ai jamais agi de la sorte, par crainte de Dieu.16 Je me suis également appliqué au travail de ce rempart, bien que je ne fusse propriétaire d'aucun champ ! Tous mes gens étaient là, réunis à la tâche.17 A ma table mangeaient les grands et les magistrats, au nombre de 150, sans compter ceux qui nous venaient des nations environnantes.18 Quotidiennement on apprêtait à mes frais un boeuf, six moutons de choix et des volailles ; tous les dix jours, on apportait quantité d'outres de vin. Malgré cela, je n'ai jamais réclamé la provende du gouverneur, car sur ce peuple pesait un lourd service.19 Souviens-toi, mon Dieu, en ma faveur, de tout ce que j'ai fait pour ce peuple !

2 Rois 4,1-7

Posted in allégorie (analogie), communion des saints, indulgence (intercession), offrande (prémisse et autres), prière d'intercession, prière de demande with tags on 14 juin 2013 by JL
La femme d'un des frères prophètes implora Elisée en ces termes : « Ton serviteur, mon mari, est mort, et tu sais que ton serviteur craignait Yahvé. Or le prêteur sur gages est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves. »2 Elisée lui dit : « Que puis-je faire pour toi ? Dis-moi, qu'as-tu à la maison ?  » Elle répondit : « Ta servante n'a rien du tout à la maison, sauf un flacon d'huile. »3 Alors, il dit : « Va emprunter dehors des vases à tous tes voisins, des vases vides et pas trop peu !4 Puis tu rentreras, tu fermeras la porte sur toi et sur tes fils et tu verseras l'huile dans tous ces vases, en les mettant de côté à mesure qu'ils seront pleins. »5 Elle le quitta et ferma la porte sur elle et sur ses fils ; ceux-ci lui tendaient les vases et elle ne cessait de verser.6 Or, quand les vases furent pleins, elle dit à son fils : « Tends-moi encore un vase », mais il répondit : « Il n'y a plus de vase » ; alors l'huile cessa de couler.7 Elle alla rendre compte à l'homme de Dieu, qui dit : « Va vendre cette huile, tu rachèteras ton gage et tu vivras du reste, toi et tes fils ! « 
 

Ruth 4,1-22

Posted in bénédiction, consolation (solidarité), fécondité (prospérité, postérité), indulgence (intercession), providence with tags on 23 avril 2013 by JL
Or Booz était monté à la porte et s'y était assis, et voici que le parent dont Booz avait parlé vint à passer. « Toi, dit Booz, approche et assieds-toi ici. » L'homme s'approcha et vint s'asseoir.2 Booz prit dix hommes parmi les anciens de la ville : « Asseyez-vous ici », dit-il, et ils s'assirent.3 Alors il dit à celui qui avait droit de rachat : « La pièce de terre qui appartenait à notre frère Elimélek, Noémi qui est revenue des Champs de Moab la met en vente.4 Je me suis dit que j'allais t'en informer en disant : Acquiers-la en présence de ceux qui sont assis là et des anciens de mon peuple. Si tu veux exercer ton droit de rachat, rachète, mais si tu ne le veux pas, déclare-le moi pour que je le sache. Tu es le premier à avoir le droit de rachat, moi je ne viens qu'après toi. » L'autre répondit : « Oui ! je veux racheter. »5 Mais Booz dit : « Le jour où, de la main de Noémi, tu acquerras ce champ, tu acquiers aussi Ruth la Moabite, la femme de celui qui est mort, pour perpétuer le nom du mort sur son patrimoine. »6 Celui qui avait droit de rachat répondit alors : « Je ne puis exercer mon droit, car je craindrais de nuire à mon patrimoine. Exerce pour toi-même mon droit de rachat, car moi je ne puis l'exercer. »7 Or c'était autrefois la coutume en Israël, en cas de rachat ou d'héritage, pour valider toute affaire : l'un ôtait sa sandale et la donnait à l'autre. Telle était en Israël la manière de témoigner.8 Celui qui avait droit de rachat dit donc à Booz : « Fais l'acquisition pour toi-même », et il retira sa sandale.9 Booz dit aux anciens et à tout le peuple : « Vous êtes témoins aujourd'hui que j'acquiers de la main de Noémi tout ce qui appartenait à Elimélek et tout ce qui appartenait à Mahlôn et à Kilyôn,10 et que j'acquiers en même temps pour femme Ruth la Moabite, veuve de Mahlôn, pour perpétuer le nom du mort sur son héritage et pour que le nom du mort ne soit pas retranché d'entre ses frères ni de la porte de sa ville. Vous en êtes aujourd'hui les témoins. »11 Tout le peuple qui se trouvait à la porte répondit : « Nous en sommes témoins », et les anciens répondirent : « Que Yahvé rende la femme qui va entrer dans ta maison semblable à Rachel et à Léa qui, à elles deux, ont édifié la maison d'Israël. Deviens puissant en Ephrata et fais-toi un nom dans Bethléem.12 Que grâce à la postérité que Yahvé t'accordera de cette jeune femme, ta maison soit semblable à celle de Pérèç, que Tamar enfanta à Juda. »13 Booz prit Ruth et elle devint sa femme. Il alla vers elle, Yahvé donna à Ruth de concevoir et elle enfanta un fils.14 Les femmes dirent alors à Noémi : « Béni soit Yahvé qui ne t'a pas laissé manquer aujourd'hui de quelqu'un pour te racheter. Que son nom soit proclamé en Israël !15 Il sera pour toi un consolateur et le soutien de ta vieillesse, car il a pour mère ta bru qui t'aime, elle qui vaut mieux pour toi que sept fils. »16 Et Noémi, prenant l'enfant, le mit sur son sein, et ce fut elle qui prit soin de lui.17 Les voisines lui donnèrent un nom, elles dirent : « Il est né un fils à Noémi » et elles le nommèrent Obed. C'est le père de Jessé, père de David.18 Voici la postérité de Pérèç : Pérèç engendra Heçrôn.19 Heçrôn engendra Ram et Ram engendra Amminadab.20 Amminadab engendra Nahshôn et Nahshôn engendra Salmôn.21 Salmôn engendra Booz et Booz engendra Obed.22 Et Obed engendra Jessé et Jessé engendra David.